300 : le film épique qui a défini le cinéma de Zack Snyder

Arnold Petit | 28 octobre 2020
Arnold Petit | 28 octobre 2020

Retour sur 300, le film qui a défini la carrière de Zack Snyder et sa façon de concevoir les adaptations de comics.

Zack Snyder n'a jamais fait l'unanimité et c'est un constat que l’on observe avec quasiment tous ses films, pour différentes raisons : L'Armée des morts, parce qu'il n’a plus rien à voir avec le film dont il est le remake ; Watchmen, à cause d'une trop grande fidélité et de la fin qui a été modifiée ; Man of Steel, décrié pour son Superman meurtrier ou Batman v Superman : L’Aube de la justice et son Chevalier Noir sans pitié, sans oublier les Martha.

Comme les autres éléments qui composent sa filmographie, 300 n’y échappe pas non plus. Alors que certains décrivent le long-métrage comme un classique du péplum qui a révolutionné l’utilisation du numérique, d'autres, en revanche, le considèrent comme un objet hideux, dépourvu d’émotion et de mise en scène. Pourtant, l’adaptation du roman graphique de Frank Miller est un film qui a marqué son temps, mais qui a aussi défini la façon dont Zack Snyder conçoit le cinéma et les adaptations de comics.

 

photo, Gerard ButlerAOUH AOUH AOUH

 

THIS IS SPARTA

Avant même de faire son entrée dans le monde du cinéma par la grande porte avec L'Armée des Morts, Zack Snyder avait déjà pour ambition d’adapter le roman graphique de Frank Miller, légendaire scénariste qui a réinventé la figure du super-héros avec Daredevil : Renaissance, The Dark Knight Returns ou Batman : Année Un.

En 2002, après une solide carrière en tant que réalisateur de publicités pour des marques comme Budweiser, Nike et Foot Locker, un documentaire sur Michael Jordan et le basketball appelé Playgroundmais aussi des clips pour les ZZ Top ou encore Rod Stewart, il décide de faire le tour des studios pour leur proposer son idée, mais aucun d'entre eux n'y croit, comme le racontait Zack Snyder à USA Today :

« Personne n'était vraiment intéressé à en faire un film. Ils n'ont tout simplement pas compris. C'était fin 2002, et Troie venait d'entamer sa pré-production. Ils avaient Brad Pitt et tout ce dont ils avaient besoin. Ils ont dit : "Oh, quoi ? Tu vas venir avec ton roman graphique de fou ?" Je ne savais pas à quel point c'était dur de faire un film. »

 

photoQuand tu proposes une adaptation de comics sans Batman dedans

 

Après avoir refusé de réaliser S.W.A.T. Unité d'élite à cause du classement PG-13 réclamé par le studio, il se voit confier le remake du Zombie de George Romero et présente alors une relecture percutante du film culte en l'amenant dans une ère contemporaine, avec violence et intensité. Le réalisateur a fait ses preuves comme il l'entendait, en marquant le genre horrifique de son empreinte, et retourne alors frapper à la porte des studios.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Tout savoir sur 300

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Sanchez
30/10/2020 à 17:52

Un degueuli visuel bien raciste et homophobe. Le film a déjà très mal vieilli et à la limite du regardable aujourd’hui

Popeye
29/10/2020 à 10:12

.Moi.j'ai.adorer.300.j'ai.vue.pas.mal.de.peplum.j'ai.trouver.les.decors.bien.fait.il.devrait.faire.des.films.comme.sa.plus.souven'y.j'ai.regarder.la.suite.300.la.naissance.d'un.empire.il.est.pas.mal.non.plus.j'espère.que.le.réalisateur.qui.a.fais.se.film.en.fera.d'autre.intéressant.
Raffi.

Batsy
28/10/2020 à 18:29

@menemen

Peut-être parce que ceux que tu cite le fond mal ? Voir très mal pour le deuxième (ahh ce 3ème act de End Game, tant de chose à dire.) Les films de Snyder, même 10 ans après n'ont pas pris une ride. Les deux que tu cite ne peuvent pas en dire autant, même au bout de 2 ans.

Et sinon, article très intéressant au passage. J'attends être déçu d'un film du bonhomme, vraiment. La haine qu'il reçoit d'un peu près tout bord est incompréhensible. Et je parle bien de haine et non pas de simple "j'aime pas ses films". Bizarrement, les gens ne veulent pas entendre les dires des gens qui travaillent avec lui... 300 reste une claque, les musiques, les costume, les décors... Je me souvient d'une interview de Alan F. Horn qui disait être dégouté d'être partie de chez WB au moment où le film se faisait et de n'avoir pas été impliqué, la question était "Quel est votre plus grand regret". Ça en dit long quand même.

De Passage
28/10/2020 à 18:23

(Désolé, j'ai piquer ton pseudo en voulant te citer)

menemen
28/10/2020 à 18:23

Lol, c'est effectivement vrai dans mon entourage. Lorsqu'il s'agît de se différencier de la "masse", on ferme les yeux.

menemen
28/10/2020 à 17:58

Filmé intégralement sur fond vert mais personne dit rien, par contre quand c'est Star Wars ou Marvel ça crie.

Hasgarn
28/10/2020 à 14:39

J'ai toujours aimé ce film juster parce que Snyder a poussé les potards au max et a assumé totalement sa démarche. Il a mon respect depuis.
Et puis visuellement, c'est tellement impressionnant.

Kyle Reese
28/10/2020 à 14:03

Très intéressant article. Ayant été très partagé à l'époque de ma première vision, scénario assez vide, beau graphiquement avec une mise en scène hyper dynamique et fluide mais difficile de faire abstraction de la patte du quasi tout numériques pour les décors et autres, avec une impression d'hystérie guerrière testostéronée à outrance (c'est pourtant un fan de Schwarzy qui parle), j'avais aussi l'impression que son utilisation à outrance des ralentis était plus le fait du manque de contenu tourné. J'ai bcq aimé ça suite que j'ai regardé peut être avec plus de recul et de légèreté qu'en 2007. (Eva Green est plus jolie a regarder que Gérard Butler ça a du compter) De l'eau à coulé sous les ponts et j'ai appris à apprécier Snyder que j'aime bcq aujourd'hui. Je vais donc rapidement le revoir afin de sans doute le ré-évaluer.

votre commentaire