The Old Guard, Tyler Rake : et si c'était le même film-formule (nul) Netflix ?

Geoffrey Crété | 12 août 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Geoffrey Crété | 12 août 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Retour sur deux cartons Netflix : The Old Guard avec Charlize Theron, et Tyler Rake avec Chris Hemsworth.

Chris Hemsworth dans Tyler Rake et Charlize Theron dans The Old Guard : deux superstars hollywoodiennes dans la peau de super-warriors adaptés de comics, qui affrontent des hordes de méchants, traversent des orages de balles, s'achètent une rédemption et se payent un succès en or sur Netflix.

Arrivé en avril sur Netfix, le film réalisé par Sam Hargrave et écrit par Joe Russo a vite été un carton plein, avec environ 100 millions de visionnages en un mois, soit un record pour le géant de la SVOD. Lâché en juillet, le film de Gina Prince-Bythewood a marché dans ses pas, avec potentiellement plus de 72 millions de visionnages en un mois. Malgré le flou très clair de Netflix vis-à-vis de ces chiffres (il est souvent question d'estimation, et il suffit de regarder deux minutes pour être comptabilisé), les deux films d'action ont été des événements, plébiscités par le grand public.

Au-delà de nos avis sur les deux, avec un Tyler Rake qu'on trouve efficace et un The Old Guard qu'on trouve médiocre, la comparaison ouvre d'intéressantes et amusantes questions sur une possible formule du succès... et deux manières très différentes de s'y prendre.

 

photo, Chris HemsworthVoir au loin le succès de The Old Guard

 

A STAR IS PORN

Dans les deux cas, Netflix a misé sur une superstar qui a rameuté les cinéphiles des salles obscures vers leurs petits écrans. D'un côté, il y a Chris Hemsworth, alias Thor, qui n'a jamais été autant reconnu et fantasmé que dans le cinéma d'action des Avengers - dommage pour Au cœur de l'océan, Hacker ou ses comédies comme Vive les vacances et S.O.S. Fantômes. De l'autre, il y a Charlize Theron, actrice prestige et oscarisée, qui a récemment opéré un virage dans l'action, en grande partie grâce à Mad Max : Fury Road. De Fast & Furious 8 à Atomic Blonde, le message est clair.

Netflix a donc logiquement construit The Old Guard et Tyler Rake sur leur charisme, leur corps, leur visage. Ils sont de quasiment tous les plans, ils pleurent et suent et courent et sautent et marchent au ralenti. La caméra n'a d'yeux que pour eux, même s'ils sont malmenés à l'écran.

Si vous aimez voir Chris Hemsworth promener ses muscles saillants et sa petite barbe soignée, embaumé dans un nuage de virilité très années 80-90, Tyler Rake est un délice du début à la fin. Si vous aimez voir Charlize Theron taper fort des gens et fendre l'air de ses regards les plus durs, portée par la vague du féminisme hollywoodien 2020, The Old Guard est calibré pour vous. Que vous ayez envie d'une ration de Chris ou de Charlize (ou des deux), les films sont là pour satisfaire vos envies et vos yeux.

 

photo, Chris HemsworthMarcher comme une femme

 

Des deux côtés, il y a aussi des acteurs pleinement conscients d'eux-mêmes, de leur image de marque, et leur famille ou zone de cinéma. Tyler Rake est le premier film de Sam Hargrave, mais Chris Hemsworth n'est pas allé en terrain inconnu : le réalisateur a une grosse carrière comme coordinateur de cascades, notamment chez Marvel depuis Captain America : Civil War jusqu'à Avengers : Endgame. Hemsworth et lui s'étaient donc tatés sur les tournages des blockbusters, et la famille s'est recréée puisque c'est Joe Russo, co-réalisateur phare des récents cartons du MCU, qui a écrit Tyler Rake, en plus de le produire avec son frère Anthony, et Hemsworth lui-même. Ce n'est donc aucunement un petit coup risqué avec un premier film sorti de nulle part : c'était une équation entre collaborateurs très malins.

Même chose pour The Old Guard. Le projet est d'abord né chez Skydance Media, mais Theron est arrivée à bord avec sa propre boîte, Denver and Delilah Productions. C'était un package, avec l'actrice et la productrice. Le projet était déjà dans les tuyaux avec la réalisatrice Gina Prince-Bythewood, mais Charlize Theron a pris soin de s'impliquer au-delà de ses parades de castagnes à l'écran.

Autre point commun qui rapproche tout ce petit monde : Sam Gargrave a travaillé sur les cascades d'Atomic Blonde, avec Theron.

PRIX DE LA BELLE PERSONNE FILMÉE SOUS TOUS LES ANGLES : Chris Hemsworth, en sueur, en sang, qui traîne ses grands pieds virils avant de tomber du pont, après avoir laissé tout le monde admirer sa personne.

 

photo, Charlize TheronMarcher comme un homme

 

L'ARCHÉTYPE ZEROÏQUE

Tyler Rake est un dur à cuire solitaire, brisé par la mort de son enfant, qui noie sa culpabilité profonde dans l'alcool et la violence. (Auto)destructeur, il se jette dans des missions de mercenaire, déconnecté de ses émotions, moins parce qu'il se croit immortel que parce qu'il espère en finir avec la vie.

Andromache de Scythia alias Andy est une dure à cuire solitaire, brisée par la perte d'un être cher, qui noie sa culpabilité dans l'alcool et le cynisme. Immortelle, elle distribue les coups et brise les nuques en attendant avec impatience d'enfin mourir, pour sortir de ce cycle infernal et apaiser sa conscience millénaire.

Les deux vont être symboliquement réanimés par la jeunesse : Tyler est chargé d'extraire Ovi, le fils d'un truand indien, et Andy va former Nile, une jeune militaire qui se trouve être elle aussi une immortelle. Au contact de cette fraîcheur, cette pureté, les deux vieux loups vont se reconnecter à leur humanité. Tyler va réaliser qu'il est prêt à utiliser sa vie et ses muscles pour défendre quelque chose, et Andy va réaliser qu'elle tient à la vie, en fait, puisque c'est pas mal parfois d'être vivant et d'avoir des copains.

 

photo, Charlize Theron, KiKi Layne"Ça, c'est le regard profond : c'est important quand t'as une scène de merde à jouer"

 

Bien évidemment, le scénario n'a pas peur d'user des vieilles ficelles des effets miroir. Tyler va donc pouvoir sauver à maintes reprises Ovi, lui qui n'avait pas pu sauver son fiston d'un cancer. Andy, elle, va pouvoir rejouer un vieux trauma : elle a perdu une ancienne camarade de combat, emprisonnée et condamnée à se noyer pour l'éternité dans une zone inconnue, et va pouvoir accompagner Nile, comme une deuxième chance. "Tu m'as rappelé que certaines personnes valent qu'on se batte pour elle", en gros. Le b.a.-ba de la dramaturgie ultra-classique donc.

Les deux films se terminent avec la quasi mort des protagonistes, qui touchent du bout du bout des doigts leur mortalité. Tyler est laissé pour mort dans l'eau parce que l'eau, c'est beau, et que c'est le symbole de la renaissance, et qu'en plus ça renvoie au début du film, et à la piscine de la scène finale (silence impressionné). Andy finit à moitié en rampant et évite de peu de se prendre une balle fatale dans la tronche, grâce à un plan improvisé qui défie tout bon sens : Nile fait comme si elle avait tiré sur Andy, le méchant tire sur Nile, Andy attaque le méchant et lui plante sa jolie hache dans le cou, Nile protège Andy d'une ultime balle... et au lieu de simplement pousser le méchant dans le vide juste derrière, elle se jette avec lui. Ok, pourquoi pas.

En tout cas, que ce soit Tyler Guard ou The Old Rake, on sent que tout le monde a révisé les mêmes leçons de scénario pour les nuls.

PRIX DE LA DRAMATURGIE QUI FAISANDE : égalité-nullité. Prends ça Robert McKee.

 

photo, Chris Hemsworth, Rudraksh Jaiswal"Ça, c'est pas un biceps petit, touche le mien tu verras"

 

GENTILS MÉCHANTS, MÉCHANTS GENTILS

Autre chapitre dans le petit guide du scénario classique : le personnage héroïque doit être trahi, si possible par un acteur reconnu, parce que la frontière entre les gentils et les méchants est parfois compliquée, comme la vie. Andy sera donc trahie par Matthias Schoenaerts, et Tyler, par David Harbour alias Hellboy. Dans les deux cas, ce sont de vieux amis, qui sont là pour sauver la vie de leur grand copain superstar, jusqu'au point de rupture où il faut bien penser à sa gueule.

Harbour propose à Tyler de tuer Ovi pour se partager en toute tranquillité les 10 millions offerts par les méchants, et comme monsieur Rake s'y oppose avec ses biceps, il est quasiment tué, au milieu d'un salon réduit en miettes - toujours ce rapport d'amour-haine à la déco d'intérieur. Schoenaerts, lui, est juste fatigué : il livre toute la bande d'immortels à Merrick, espérant devenir mortel. Il survivra, finira excommunié... mais retrouvé par la fameuse Quynh, visiblement pas contente. Quand on parle de trahisons diverses et variées.

 

photo, Chris HemsworthHell-Indian-boy

 

Dans les deux cas, le traître est un miroir du personnage principal. Tyler a l'option (et même l'ordre) d'abandonner le môme, et continuer sa route, et c'est ce que propose le copain Gaspar. Andy a le désir de mourir, exténuée par des siècles de bataille, et son compagnon semble avoir trouvé la clé, même si le prix à payer est lourd. Derrière chaque héros, il y a un simple humain.

Dans les deux films, il y a aussi une figure de méchant qui se révèle être gentille. Dans The Old Guard, Chiwetel Ejiofor est l'ancien agent de la CIA qui piège les héros dès le début du film, puis les traque au service du méchant PDG, avant de réaliser qu'il bosse peut-être pour de gros méchants. Il finira donc pas être recruté par Andy et sa bande, pour les aider. Dans Tyler Rake, c'est Randeep Hooda, qui passe la moitié du film à tenter d'exploser le héros, avant de l'aider à sauver Ovi. Il est tellement gentil au fond qu'il se sacrifiera en cours de route.

PRIX DES GENTILS QUI SONT MÉCHANTS ET DES MÉCHANTS UN PEU GENTILS : Tyler Rake, où le mec qui t'a tiré dessus, foncé dessus, et tapé la gueule avec passion, peut devenir ton pote, quand ton vrai pote essaie de t'empaler avec un pied de table à côté du canapé. Sacrée thérapie en perspective.

 

photo, Charlize Theron, Matthias SchoenaertsDe rouille et dans l'os

 

LE CASTAGNE ÇA VOUS GAGNE

Bien sûr, on n'est pas juste là pour voir de beaux acteurs maquillés avec de la fausse sueur et des mèches sauvagement plaquées sur leur meilleur profil. Il faut que ça tape, et que ça tape sévère. Tyler et Andy sont donc des machines de guerre, capables de mettre au sol dix figurants en quelques minutes, dans une rue poussiéreuse ou une vieille église française.

Tyler et Andy sont bons joueurs. S'ils ont des armes à feu, ils tirent avec joie. S'ils n'en ont pas, ils utilisent leurs poings et leurs pieds. Ils ont aussi une âme de MacGyver, et Tyler Raker a même un côté Valérie Damidot très proche de la déco : une table de salon, une boîte de conserve, un joli mur en briques, ou un râteau dans les parages, et le bonhomme ne peut résister. Il doit tâter et tester.

Andy a beau avoir une jolie hache historique et même une hache incendie si besoin, Tyler tape plus fort et plus longtemps qu'elle. Rien que parce qu'il affronte avec Saju (incarné par Randeep Hooda) un ennemi à sa hauteur, il est mis en scène plus longuement et violemment dans l'action, avec des scènes étirées.

PRIX DES PLUS GROSSES BURNES EN SUEUR : Tyler Rake, parce qu'il casse, longuement, pleinement, passionnément. Et qu'en plus on arrive à comprendre ce qui se passe à l'image.

 

photo, Chris Hemsworth, Randeep HoodaTango et Cash : Indian edition

 

(WO)MAN OF STYLE

A l'heure des John Wick, presque tout le monde court après les cascades brutales, spectaculaires, sensationnelles, avec des défis évidents pour surpasser, égaler ou simplement amuser. Mais de la même manière qu'il faut souiller Chris Hemsworth et Charlize Theron sans descendre trop bas sur le baromètre du sexy, le style et l'allure doivent être soignés.

Le meilleur représentant est Tyler Rake, avec son fameux (faux) plan-séquence d'environ 12 minutes, où le héros s'amuse avec une voiture, une mitraillette, une paire de gros bras et un cerveau reptilien de superprédateur en surrégime. Peu importe si c'est en réalité quelques dizaines de plans différents, recollés en post-production : l'illusion est là, et l'ambition aussi. Le joyeux jeu d'auto-tamponneuses et têtes indiennes éclatées est sans nul doute le point d'orgue du film, et l'un des beaux leviers marketing. C'est une dose généreuse de baston, de poursuites, de tension, qui se termine par une explosion.

 

photoSpeed Racer

 

The Old Guard n'a pas la même vivacité dans les scènes d'action, pour le dire très poliment, mais il y a là aussi l'envie sur le papier. La scène d'intro où toute l'équipe est abattue avant de se relever pour atomiser les soldats, la baston dans l'avion entre les deux héroïnes, la fusillade dans l'église, la dernière ligne droite dans le building londonien : le film de Gina Prince-Bythewood s'efforce de remplir le quota action. Il y a même quelques petites astuces, surtout dans l'entraide au sein de la bande, qui enchaîne les coups, se passe les armes et se protège si besoin, pour parfois donner l'impression d'une danse violente que les adversaires vont sentir passer sur leurs thorax.

Sans oublier les mini-flashbacks de Cosplay dans la prairie, l'amour de l'héroïne pour les haches, et les mises à mort/résurrections. Nul doute que tout le monde était fier du plan où Nile se jette dans le vide avec le méchant nain PDG, pour s'écraser sur une voiture, ou cette autre scène où le bon Français exhibe ses tripes dans son fauteuil.

Le succès de tels films, consommés massivement sur la page d'accueil de Netflix, repose en partie sur leur capacité à imprimer sur la rétine des images, des sensations, des scènes, susceptibles de faire décrocher du téléphone portable pendant quelques minutes, et nourrir des débats en capsule. Le plan-séquence de Tyler Rake en est le meilleur exemple.

PRIX DU MEILLEUR STYLE : Le Chris Hemsworth show, en mode Fous du volant, The Raid et qui rend hommage à Brad Pitt écrasé dans la rue par une voiture dans Rencontre avec Joe Black. Prends ça Orson Welles.

 

photoEtat de molle cérébrale

 

LE (MAUVAIS) GOÛT DES CHOSES

Des deux côtés, la même capacité indécente mais potentiellement magique à ne pas savoir s'arrêter, et à repousser les limites de la tolérance au mauvais goût. Dans The Old Guard par exemple, la musique dans laquelle se noient quantité de scènes d'action donne envie de se crever les tympans avec un coton-tige en fil de fer, même si c'est de toute évidence censé caresser dans le sens du poil un certain public. Qui a cru que la BO d'un ersatz Cinquante nuances de Grey était une bonne idée ici ?

Dans Tyler Rake, la pseudo-mort du héros, qui se vide de son sang autant qu'il se remplit de virilité, est un grand moment old school, surtout avec le regard admiratif de Golshifteh Farahani au loin et la musique dramatique. Le bonhomme se relève et rampe, les mèches au vent et le soleil en toile de fond, avec le petit signe de tête et le flashback vers le gamin aryen. C'est mis en scène comme l'apothéose d'un Shakespeare, mais Shakespeare comme l'aurait joué Ben Stiller dans Tonnerre sous les Tropiques. Qui a eu le génie malade d'aller aussi loin dans le premier degré ?

Avec leurs moyens confortables (des budgets d'environ 60-70 millions tout de même), The Old Guard et Tyler Rake ont donc pu arroser les stars, mais un peu comme les gens riches qui portent des fringues de merde en buvant un mojito à la framboise, le bon goût ne s'achète pas.

PRIX DE L'ENNEMI PUBLIC NUMÉRO 1 DU BON GOUT : la personne qui a supervisé la BO de The Old Guard.

 

photo, Chris HemsworthLes flammes de l'enfer

 

LE POINT FINAL

Mention spéciale au teasing gros comme les roquettes de Golshifteh Farahani, qui habille la fin de Tyler Rake et The Old Guard d'un nuage de vieille série TV. Du côté des gros bras en sueur, il y a la silhouette finale et floue, au-delà de la piscine, qui laisse à penser que OH MON DIEU COMMENT ÇA LA STAR DU FILM N'EST PAS MORTE. Cherchez pas à contredire le sarcasme : toute l'équipe parade avec des idées de prequel (rires) et suite depuis.

Du côté des immortels, c'est encore plus glorieux, puisque la copine d'Andy qui a passé quelques siècles à se noyer en boucle dans une vieille caisse au fond d'un océan est revenue. Elle s'est coiffée, maquillée, a acheté un col roulé, a envie de boire un verre d'eau, et elle est pas contente. The Old Guard 2 : Ma-Copine-est-de-retour-et-elle-est-vener-je-vais-devoir-l'affronter-et-la-ramener-à-la-raison est donc à l'horizon. C'est digne d'une fin de saison de série CW ou... Netflix. La magie des scènes post-générique qui donnent instantanément envie d'éviter la suite, ça n'a pas de prix.

Seule option pour se sortir de cette impasse du bon goût et noyer son plaisir régressif dans trois pintes de bière (ou 4 litres de mojito framboise si vous insistez) : que les producteurs de Freddy contre Jason se mettent sur le coup, et nous donnent un The Tyler Rake vs The Old Andy d'ici deux ou trois ans.

 

photo, Veronica NgoLa vengeance est un plat Quynh se mange froid

Tout savoir sur The Old Guard

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Badab
21/01/2021 à 14:16

Depuis les années 90 avoir de l'action tout le temps faut y aller et pas moyen de s'ennuyer tyler rake film d'action de 2020 c tout.

B2o
16/08/2020 à 04:29

Et les gens au lieu de critiquer les deux film et ke soit les deux son nul ou ke sa soit les deux sont bien ou ke sa soi l un ou l autre engagé vous dans une carrière de d acteur on verra si vous fête mieux mais j'en doute fortement

Simon Riaux - Rédaction
13/08/2020 à 17:55

@Tophyse

On drague tous les lecteurs.
Surtout les abonnés.
Business impitoyable.

Tophyze
13/08/2020 à 17:45

@Geoffrey Crété
L'humour de m... (foutu bot qui n'accepte pas le terme) c'est mon violon-dingre, j'adore ! ;)
Par contre, vas-y mollo avec ta douceur ou je vais finir par croire que c'est de la drague ! Mdr

Geoffrey Crété - Rédaction
13/08/2020 à 16:36

@Tophyze @Deny @Flash

Merci pour les retours si doux sur l'article ! Ravi que notre humour de merde vous amuse :)

Paamu100
13/08/2020 à 16:12

<<525 600 000 morts/résurrections>>
étant donné qu'ils ont déjà peur au bout de quelques morts pour les jeunes, ca serait pas logiq... ah on parle d'un film osef.

Tophyze
13/08/2020 à 14:47

@Kouak Excellente, remarquable analyse ! Mdr
Sinon, comme @Citizen Wick le suggère (et vous-même à la toute fin de l'article), pourquoi pas un crossover entre les 2 franchises ?
Et pour finir, article très agréable à lire ! ;) J'adore votre style, votre humour sarcastique qui agrémente vos texte ! :)

Kouak
13/08/2020 à 11:20

Bonjour,
si on considère que Quynh est dans l'eau depuis 500 ans et qu'elle ressuscite toutes les 30 secondes :
500ansx365jours=182 500 joursx24heures=4 380 000heuresx60minutes=262 800 000 minutesx2 (30secondes)
=525 600 000 morts/résurrections...!!!
Mazette ! C'est vrai qu'il y a de quoi devenir folle ! PTDR...
Et puis tu dois avoir la peau vachement fripée...
Maintenant , comme je n'ai pas été jusqu'au bout du film, peut-être a t-elle été libérée au bout de quelques temps...
Je le souhaite pour elle...Si, si, franchement...
;-)
Bref...

Arsene kouame
13/08/2020 à 07:36

Pourquoi on parle jamais de American last crime???

Ludwig Van
12/08/2020 à 20:32

Les deux films ne boxent pas dans la même catégorie.

Tyler Rake est ultra efficace, bien réalisé, bien interprèté (charisme incroyable de Randeep Hooda qui vole presque la vedette à Hemsworth à un moment). C'est clairement un film formaté, avec des défauts (la psychologie de Rake et ses démons... Inutile à mon avis), mais qui ne ment pas à son public et respecte son contrat.

The Old Guard est juste horrible de bout en bout : mise en scène plate, acteurs mauvais (même Charlize et Shoenaerts sont nazes dans le film, c'est incroyable), scénario sans surprise (y'en à pas beaucoup dans Tyler Rake non plus mais ce n'est pas ce qu'on lui demande), musique horrible voir hors de propos.

Plus
votre commentaire