Sex friends : Critique

Simon Riaux | 15 février 2011
Simon Riaux | 15 février 2011

Genre archi-codifié, la comédie romantique (rom com, pour les intimes) et ses poncifs vieux de trente ans nous font souvent dire que le genre aurait bien besoin d'un dépoussiérage dans les règles. Alors quand Ivan Reitman, secondé d'une jeune scénariste (Elisabeth Meriwether), décide de nous raconter comment une histoire de fesses entre Natalie Portman et Ashton Kutcher va se muer en histoire d'amour, on se dit qu'on tient peut-être un sérieux challenger.

Passé une première séquence maline, le spectateur déchante rapidement. Rien ne tourne rond dans Sex Friends. Tout d'abord, le metteur en scène semble avoir perdu tout sens du rythme. Le mécanisme tourne à vide, et des situations pourtant bien écrites perdent systématiquement leur mordant. Le film semble vouloir s'élever au-dessus de sa condition, ne pas coller aux canons esthétiques dégoulinants de la comédie romantique. Dans un sens il y parvient, mais toujours au détriment du tempo, tant et si bien que le tout se transforme en un long tunnel dialogué, tout à fait indigeste.

 

 

Et le sexe dans tout ça ? Ceux qui avaient cru deviner à travers Love et autres drogues et ce long-métrage un retour du corps dans le cinéma mainstream américain en seront pour leur frais. Les rares et brèves scènes de sexe sont quasiment toutes rassemblées dans une unique séquence, que vous pourrez découvrir telle quelle dans la bande-annonce. En plus d'être bien moins présents que le spectateur moyen pouvait l'espérer, ces passages ont un effet dévastateur sur l'intérêt du film. En effet, même si l'amitié sexuelle est un concept (faussement) moderne, son utilisation annihile tout véritable enjeu, puisque que nous savons au bout de vingt minutes que nos deux héros sont beaux, se plaisent, aiment faire l'amour ensemble, et ne fréquentent personne d'autre. Certes, ils peinent à s'avouer leurs sentiments, mais c'est franchement un peu léger pour maintenir notre intérêt pendant 1H 45.

 

 

Ajoutez à cela des sidekicks totalement amorphes, un Kevin Kline en petite forme, une série de gags finaux à faire déprimer un clown, et vous tiendrez là la recette de la comédie romantique ratée et désincarnée. Au milieu de ce ratage, seule surnage Natalie Portman, sexy et pétillante. Si vous cherchez un film à regarder à deux, passez votre chemin, sans quoi votre soirée tiendra plus de l'éjaculation précoce que du feu d'artifice.

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.5)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire