Scream Queens Saison 1 - Episode 1 : Tous pourris !

Christophe Foltzer | 24 septembre 2015
Christophe Foltzer | 24 septembre 2015

Alors que Scream faisait son grand retour sur MTV cet été, notre attention était déjà toute tournée vers la rentrée et la nouvelle série de Ryan Murphy, Scream Queens, l'autre slasher diffusé quant à lui sur la chaine Fox. Le papa de Nip/Tuck et Glee a-t-il réussi son pari ? Attention SPOILERS.

En 1995, une fête de la sororité la plus populaire du campus, Kappa Kappa Tau tourne au drame lorsqu'une des soeurs accouche dans une baignoire avant d'y mourir quelques minutes après. 20 ans plus tard, une nouvelle rentrée se prépare à l'université de Wallace. La sororité n'a rien perdu de sa popularité et se révèle n'être qu'un ramassis d'étudiantes pourries gâtées, précieuses, sadiques, racistes et franchement perverses, menées à la baguette par leur présidente, Chanel Oberlin. 

La doyenne du campus, Cathy Munsch, qui ne supporte pas les fraternités, entend atomiser celle-ci de l'intérieur en ordonnant que quiconque s'y présente soit automatiquement reçu. Dans le même temps, Grace, une nouvelle étudiante souhaite intégrer les Kappa Kappa Tau parce que sa mère, morte alors qu'elle était encore très jeune, en était membre. Mais le test d'initiation dégénère alors qu'un mystérieux personnage habillé en diable rouge hante le campus. Et le massacre peut commencer.

 

 

UN SLASHER FOU FOURIEUX !

SI l'on ne s'attendait pas à un slasher classique de la part de Ryan Murphy, on ne pensait pas assister à un tel déferlement de folie furieuse dès le premier épisode. On pourra sans conteste qualifier Scream Queens de parodie facile mais il n'en est rien tant l'épisode annonce un délire hardcore comme on en a rarement vu à la télévision. Dès le départ, le ton est donné : les Kappa Kappa Tau sont dépeintes comme la lie de l'humanité (qui préfèrent ne pas rater leur danse sur Waterfalls de TLC plutôt qu'aider leur camarade en plein accouchement parce que c'est un rendez-vous à ne pas manquer dans la soirée). La présidente de la sororité appelle ses soeurs des minions et leur attribue des numéros, harcèle la bonne, entend bien faire régner sa loi et sort évidemment avec le garçon le plus populaire du campus, odieux calculateur qui se croit intelligent parce qu'il suit des études de psychologie tout en considérant Michael Bay comme le meilleur réalisateur du monde. 

Les autres personnages ne sont pas en reste puisque chacun est présenté comme manipulateur, avant tout égocentrique et se parant d'une noble cause pour servir ses propres intérêts. Même le personnage de Grace, présenté comme le plus innocent du lot, montre son versant sombre dès le premier épisode.

 

 

On le voit, Scream Queens n'est pas tant un slasher qu'une radioscopie tranchante et cynique de la société américaine actuelle qui ne mérite pas d'être sauvé. Si l'on peut craindre que la série n'abatte ses cartes trop rapidement (sentiment bien présent à l'issue du pilote), le show devient immédiatement sympathique tant il est fou furieux.

Emma Roberts s'éclate dans le rôle de la pétasse de service, une princesse connasse comme on en a rarement vu, et Jamie Lee Curtis semble s'amuser tout autant dans son personnage de doyenne revancharde et manipulatrice.

Mais le plus important est ailleurs, Scream Queens est très drôle et fait preuve d'une imagination débordante. Entre la décapitation à la tondeuse à gazon, l'assassinat à la friteuse et le meurtre par textos alors que tueur et victime se font face, la série fait un bien fou dans la mesure où elle ne cherche pas à se prendre au sérieux et réussit avec une facilité déconcertante à jouer avec les codes du genre pour nous surprendre.

Si, évidemment, on a encore du mal à voir dans quelle direction va se diriger l'histoire, on est impatients d'en savoir plus parce que si Scream Queens arrive à tenir son postulat, cela risque d'être grandiose. Pas étonnant donc que la série n'ait pas vraiment trouvé son public aux USA, tant elle explose les habitudes. Et c'est tant mieux !

 

Tout savoir sur Scream Queens

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
thierry
24/09/2015 à 23:03

Difficile de s’attacher, enfin.. disons s’intéresser à une liste de personnalités aussi affligeante...peut être que le curseur à été poussé un peu loin cette fois.
Oui, le premier épisodes affiche clairement ses intentions, mais il faut un pilote fort pour accrocher les spectateurs dés le départ, cela n'aurait pas été le cas s'il avait placé ses pions d'une manière plus progressive. les chaînes ne prennent plus de risque.
Mais j'ai été très étonné par une Lea Michele totalement inattendue dans le rôle de la gamine à la minerve.

Boo
24/09/2015 à 13:00

C'est pas mal. Les meurtres sont sympas, je sens bien le potentiel mais l'ambiance pétasse qui couine, crie, vire hystérique au moindre truc, ça risque de me gonfler assez vite.
Et je sais pas si je supporterai Emma Roberts toute une saison (déjà hautement pénible dans AHS), mais je vais continuer à regarder au moins pour Jamie Lee Curtis.

Trashyboy
24/09/2015 à 12:52

En effet, les 2 premiers épisodes abattent les cartes à la vitesse grand V, avec un humour furieux. S'ils tiennent le rythme sur les 15 épisodes avec cette même folie, ce sera fantastique!

votre commentaire