Westworld saison 3 épisode 2 : la guerre des vrais mondes

Geoffrey Crété | 23 mars 2020 - MAJ : 23/03/2020 11:41
6
photo

Notre critique du deuxième épisode de la saison 3 de Westworld.

Retrouvez le résumé express des deux premières saisons.

Testez tes connaissances dans ce quiz spécial Westworld.

 

ATTENTION SPOILERS !

 

photoBarrage à spoiler

 

MAEVE S'EN VA-T-EN GUERRE

Elle était dans la scène post-générique du premier épisode de la saison 3, et elle est au premier plan de ce nouveau morceau. Maeve (Thandie Newton) avait terminé la saison 2 dans un piteux état après avoir rempli sa mission, assumée dès la fin de la saison 1 : retrouver et sauver sa fille, ou du moins l'hôte qui était sa fille dans une vie passée de Westworld. Pendant que Dolores quittait le parc sous l'apparence de Charlotte, avec quelques boules dans sa poche (dont Bernard), Maeve était tuée, encore, et ramenée dans les locaux, encore.

Qu'elle se réveille ici dans un décor de Seconde Guerre mondiale, face à de méchants nazis, indiquait qu'un nouveau parc était dévoilé, après Westworld, le Raj et Shogun World. La promo de la saison a joué sur ça. Que nenni : la série repousse toujours plus loin la foire aux illusions, puisque tout ceci est une réalité virtuelle, une simulation, que Maeve décèle très vite face au retour de Lee, laissé pour mort dans la saison 2 et peu reconnaissable.

Ici, Westworld rejoue un motif potentiellement dangereux : celui des fausses apparences. Bernard était un hôte, Stubbs était un hôte, Charlotte aussi quand Dolores l'a remplacée, sans oublier la tromperie sur l'homme en noir et William, et les jeux sur les temporalités... La surprise réelle a laissé place à une prudence omniprésente, qui pousse le spectateur à toujours questionner ces réalités montrées à l'écran, et s'interroger sur l'honnêteté de chaque bout de sein ou parpaing à l'image.

L'idée est belle dans sa cohérence avec l'histoire et le monde, mais possiblement lourdingue si la mécanique est utilisée à outrance. Avec le danger de réduire l'intrigue à une succession d'effets, et ne plus avoir cette sincère et totale surprise.

 

photo, Thandie NewtonFucking fuck Maeve

 

Ce petit manège permet de montrer pour la énième fois une Maeve très perspicace qui, faute de super-pouvoirs lui permettant de diriger les autres hôtes, sème le chaos pour créer un disfonctionnement massif dans cette grosse VR, et essayer de s'échapper - encore.

De quoi révéler une chose intéressante : Delos cherche à tout prix à localiser la Valley Beyond, le Paradis virtuel créé par Robert Ford (Anthony Hopkins) comme refuge pour les hôtes, qui peuvent y vivre libres (mais dans une non-réalité absolue). Cette mascarade nazie, où Hector (Rodrigo Santoro) joue un rôle, avait donc pour but de pousser Maeve à le dire. Elle n'en a aucune idée, mais Delos ignorait visiblement que seule Dolores pouvait les aider.

La fuite et la férocité de Maeve prennent une dimension Doom-like quand elle s'empare d'un drone de maintenance des unités centrales de hôtes, pour fuir et attaquer les gardes. Arrive alors une petite phase type FPS, amusante quoique un peu stérile, qui donne néanmoins quelques couleurs à cet épisode, avec aussi le changement de format lorsque la simulation est démasquée (comme dans la bibliothèque de la Forge, en saison 2).

Tout ça finit avec Maeve-la-boule abattue par les gardes, dans un endroit inconnu. Encore. Mais cette fois, un réveil très différent l'attend.

 

photo, Thandie Newton14ème réveil dans un monde inconnu pour Maeve

 

RETOUR À L'OUEST

La convergence des luttes ramène Bernard à Westworld, après une ellipse depuis la mer de Chine. Il retourne dans la cabane dans les bois, celle où il a tué Theresa pour Ford, et où les autres hôtes Bernard sont stockés. Il y retrouve Stubbs (Luke Hemsworth), ce qui confirme le teasing de fin de saison : il est lui aussi un hôte. Sa mission était de protéger les autres hôtes, et les aider à s'échapper.

Toute la révélation sur le War World factice de Maeve repose sur un montage en parallèle entre ce duo, et l'héroïne. Efficace certes, mais la série ayant déjà utilisé cette ficelle, l'impact est limité.

Bernard et Stubbs retrouvent ainsi le corps de la guerrière dans les sous-sols du parc, le crâne vidé de son unité centrale comme si un arachnide de Starship Troopers était passé par là. Dans tous les cas, et comme évoqué avec Charlotte dans le précédent épisode, les parcs sont encore en reconstruction, le personnel est réduit, et Delos se remet sur pied suite au chaos de la saison 2.

Toute cette partie sert aussi à préparer la suite, ou plutôt confirmer ce qui était déjà là : Bernard veut affronter Dolores, et faute d'avoir pu trouver et convaincre Maeve, il fait de Stubbs son garde du corps officiel après avoir rappelé ses capacités de warrior lors d'une fusillade dans les couloirs bien connus du parc. Et il n'est pas le seul à vouloir stopper l'héroïne de Westworld...

 

photo, Jeffrey WrightBernard l'ex-hermite

 

FRENCH CONNECTION

L'épisode se conclut sur une scène majeure, à bien des niveaux. C'est la première apparition de Vincent Cassel dans le rôle du mystérieux Angharad Serac, l'homme derrière Rehoboam, la grosse boule high tech vue dans le précédent épisode, et vraisemblablement la force en présence dans cette saison 3. Tel un Macron un lundi ordinaire, il parle d'une guerre à mener, contre un ennemi inattendu. Tellement inattendu qu'il pensait que ce serait Maeve, avant de constater que c'était Dolores. Et pour gagner cette guerre, il a besoin d'une arme massive : Maeve.

Là se profile la direction de cette saison 3. Absente de cet épisode, l'héroïne incarnée par Evan Rachel Wood est officiellement l'ennemie public numéro 1, visée par Bernard et le puissant Serac. Et celui-ci n'est pas aussi idiot que les autres puisqu'il démontre déjà qu'il a reprogrammé Maeve pour pouvoir la contrôler, et la stopper si nécessaire. Peut-il aussi lui ordonner de traquer et détruire Dolores ? Veut-il d'abord miser sur son libre-arbitre ? Les deux héroïnes vont-elle vraiment s'affronter autour de l'avenir de l'espèce humaine, chacune ayant une vision très différente de la guerre contre l'Homme ?

La saison 3 de Westworld ne compte que 8 épisodes, il va donc falloir accélérer la cadence si cet affrontement des titans doit avoir lieu et être à la hauteur.

 

photo, Vincent CasselQué s'appelerio Serac

 

ET SINON

Avec la simulation de War World, Westworld semble clairement le redire : la série a laissé les parcs derrière elle.

L'épisode entretient cette tradition d'un morceau sans Evan Rachel Wood, comme L'Adversaire dans la saison 1, et L'Enigme du sphinx dans la saison 2. Celui-ci arrive particulièrement tôt néanmoins.

Luke Dempsey Jr., le personnage incarné par John Gallagher Jr., n'est donc pas sorti de nulle part : Dolores l'a déniché dans les dossiers virtuels de la Forge, ce qui lui a donné son objectif.

Bernard a t-il trouvé en lui un code implanté par Dolores ? Le mystère est là.

Il y a un parc médiéval avec de la jolie musique chez Delos.

Il y a aussi UN DRAGON quelque part, et c'est ici la courte apparition clin d'œil des showrunners de Game of Thrones, David Benioff et D.B. Weiss #HBOLovesDragons

 

Affiche, Westworld

commentaires lecteurs votre commentaire !

Marc
24/03/2020 à 11:14

@ Piwi

Excellant ta remarque MDR @+

Piwi
24/03/2020 à 09:57

@Marc

Bravo, tu as résumé le résumé de l'article

Vivement que quelqu'un résume ton résumé du résumé.

Marc
24/03/2020 à 09:31

Cette épisode 2 nous montre Maeev dans WarWorld une simulation elle n'est pas dupe par son intelligence de déchiffré le code de bouger la simulation pour voir derrière le miroir la réalité qui essaye de manipuler...en prenant le contrôle d'un cyborg elle trouve son Ghost et sa fuite fût stopper net. Lun concepteur de Insignt jouer par Vincent Cassel comprend le potentiel de Maeev et le vrai danger de son entreprise. DOLORES. Vivement la semaineprochaine. .

Hailde
24/03/2020 à 08:22

L'histoire repart du bon pied avec une nouvelle ambition. C'est une bonne chose. Mais j'ai bien l'impression malheureusement que les deux ans d'attente et la lourdeur narrative de la saison 2 ont tué la série... Dommage les deux épisodes sont loin d'être mauvais, au contraire.

Jesse pinkman
23/03/2020 à 19:19

Quelle série sûrement là meilleur du moment

Thierry
23/03/2020 à 15:33

Après un premier épisode beau plastiquement mais ennuyeux voire creux, on retrouve de la complexité. De mieux en mieux, la frontière entre humains et androïdes s’efface pour donner à voir des programmes qui tournent, animant toutes sortes d’enveloppes corporelles. Très intéressant de nouveau. Ouf !!!

votre commentaire