Twin Peaks Saison 3 Episode 8 : une plongée dans les abysses

Benjamin Malka | 27 juin 2017
162
Twin Peaks

Quel plaisir que de pouvoir (enfin) découvrir cette troisième saison de Twin Peaks. Plus la série avance, plus les enjeux apparaissent clairement et plus les mystères demeurent, néanmoins. Alors que nous sommes à un épisode de la moitié de l'aventure, où en est donc l'agent Cooper ? ATTENTION SPOILERS !

 

Photo Kyle MacLachlan

 

BOB, L'IMMORTEL

Nous qui pensions en avoir déjà pris plein les mirettes avec ce début saison, voilà que cet épisode nous plonge dans les abysses de l'univers lynchien avec les 55 minutes les plus expérimentales et radicales qui soient. Alors que l'épisode précédent semblait nous éclairer clairement sur certains points de l'intrigue, voici que Lynch nous emmène dans un voyage ténébreux et tumultueux aux origines de son univers, totalement à contre courant d'une narration classique. 

Tout commence pourtant de manière assez conventionnelle. Nous suivons le méchant Cooper/Doppleganger, tout fraîchement échappé de prison, qui se retrouve piégé par son complice : Ray. Ce dernier, visiblement de mèche avec Jeffries, tente de l'éliminer et lui tire dessus à deux reprises. De là, apparaissent des êtres effrayants (dont un était apparu lors de l'épisode deux) à la peau noire et s'agglutinant autour du corps de Cooper en ouvrant son ventre. Une scène terriblement étrange et marquante, qui illustre bien toute la noirceur de cette nouvelle saison. Une fois n'est pas coutume, nous avons ensuite le plaisir de découvrir un morceau live interprété cette fois par Nine Inch Nails au sein du désormais fameux Bing Bing Bar : "She's Gone Away". Un titre sombre et torturé, qui colle parfaitement à l'ambiance. Avant que l'auteur ne nous emmène totalement ailleurs. 

 

Photo

 

AUX ORIGINES

Ainsi, la quasi totalité de ce qui suit est aussi surprenant que (très) perturbant. Lynch opère un premier flash-back (une première dans la série) et nous ramène au 16 Juillet 1945, date de Trinty, où la fameuse première explosion nucléaire au Nouveau Mexique par l'armée américaine pour son projet Manhattan (et probablement l'explosion encadrée dans le bureau de Gordon Cole)

L'auteur change ainsi totalement d'esthétique pour une alternance de noir et blanc puis de couleurs chaudes. Une ambiance saccadée et malaisante, qui rappelle à la fois son film Eraserhead et les expérimentations cosmiques de Kubrick ou Terrence Malick. Nous voyageons littéralement au centre de l'explosion, qui semble faire naître avec fracas la créature démoniaque et grisâtre aperçue lors du premier épisode ainsi que l'esprit Bob (sous forme de pierre). Pour ensuite atterrir dans l'étrange bâtisse que nous avions découvert lors de l'incroyable troisième épisode. Se trouvent à l'intérieur le fameux géant, ainsi qu'une sorte de Pin-Up muette, le tout sous fond de jazz de cabaret. Les deux s’unissent pour créer une pierre ambrée dans laquelle apparaît le visage juvénile de Laura Palmer. Nous pouvons ainsi y voir, non sans peine, la création des deux forces stellaires du bien et du mal, au centre de l'univers de Twin Peaks. 

 

Photo

 

Nous nous retrouvons ensuite en 1956, avec un jeune couple et l'apparition de deux hommes à la peau noir. L'un d'entre eux se rend dans une station radio, assassine toute le monde sauvagement et répète une sorte d'incantation mystique sur les ondes. Une scène particulièrement étrange, aussi fascinante que violente, qui laisse sans voix.

Il est à noter que l'utilisation de la musique est absolument grisante. Avec ce qu'il faut de notes de synthétiseurs ambiants et opaques concoctés par Lynch et Badalamenti. Ainsi qu'un morceau de Krzysztof Penderecki, Threnody for the victims of Hiroshima, tout un symbole, en somme. Il fallait au moins ça pour illustrer ce voyage nucléaire et cosmique aux origines du mal.

 

Photo

 

Esthétiquement sans concession, à rapprocher de Eraserhead ou Lost Highway, et avec une narration cryptée en diable, cet épisode est une véritable œuvre d'art à vous retourner le cerveau. Il parait clair que David Lynch est ici totalement libre et semble vouloir nous offrir l’expérience la plus intense qui soit. Pour la clarté de l'histoire, il faudra repasser plus tard, mais pour le reste, nous voici comblés. 

 

Affiche

commentaires lecteurs votre commentaire !

Eastwood111
23/04/2018 à 19:50

Voilà ne l'aillant lue nulle part je faisais part d'une de mes hypothèses sur ce forum :
Ce qui m'a toujours intrigué dans l'explosion atomique de l'ep08 est cet amalgame dorée de "mercure" ressemblant à une "graine" ...
Pourquoi ne pas dés lors imaginer que l'orbe de Laura envoyée par le géant est une "Méga graine" . Quand on voit que l'électricité seule sur une petite seed crée un tulpa , pourquoi ne pas en déduire que la fission atomique sur une grosse ne dupliquerait pas la Terre entière ?
Imaginons que le Fireman veuille piéger Mother/Babalon/Lilith ( enfin la sale bête ) , il crée un tulpa de la terre ( donc tout le monde connu dans les 3 saisons ) .
Un monde piège qui garde les mêmes personnes de 1950 qui continuent leurs vies ( mais avec des choix différents : l'enfant de Mme Cooper devient Dale à la place de Richard par exemple ).
Donc le monde de l'épisode 18 serait le monde "originel" et le monde de twin peaks sa copie carbone .
Le but de Mother n'étant pas de retrouver ou de garder prisonière Laura mais de sortir de ce piège où l'a enfermé le fireman tout simplement ?

Si cette théorie a déjà été exprimée , désolé du doublon

Si cette théorie vous interpelle , j'attends vos critiques/avis
( j'ai essayé d'être le plus clair possible )

DISE NORE
18/11/2017 à 04:50

Étrange cette critique elle dit tout et son contraire. Quand on ne sait pas quoi dire, mais qu'on doit écrire quelque chose pour mériter son salaire, on tartine. : )

goon
02/10/2017 à 11:12

une belle occasion de s'abandonner aux images et de se laisser porter.
une chouette expérience.

Mani
10/09/2017 à 19:44

Perdu 50 mn a voir du n importe quoi...

J
02/09/2017 à 14:56

Vous ne voyez pas le lien possible avec le Pentagone, les expériences nucléaires ? Le fait que la folie du monde a touché à l'atome et déchaîné des forces trop puissantes pour l'humain ? Et que tout cela se retrouve dans les deux Cooper ?

Chrixs
24/08/2017 à 19:56

Après avoir vu l'épisode 8, on semble comprendre que du coup les personnages de Bob et de Laura Palmer seraient issus de la bombe atomique c'est çà ?. Non mais franchement, c'est du sérieux ? Et puis expliquez moi la symbolique de l'insecte, les personnages errant devant la station service etc... Tous ceux qui ont été "éblouis" par cette orgie d'art contempourien : expliquez moi donc, concrètement la signification de tout cela.

jesuistoutdur
19/08/2017 à 18:18

Épisode fondamental !
hormis le morceau de NIN qui vient comme un cheveu sur la soupe sans aucun intérêt ( la musique de ce groupe est de toute façon nulle à chier ) si ce n'est d'honorer peut-être un cahier des charges de "musiciens" préalablement imposé ?
Pour le reste, c'est très intéressant n'en déplaise aux débiles pétris de préjugés qui ne supportent pas le mélange des genres....

Greg Gn_85009
18/08/2017 à 00:30

Si je veux voir NIN, je vais en concert...
Si je veux voir un tableau, je visite une galerie...
Si je veux ne rien comprendre à ce que je regarde, je me fais une petite séance d'art corporel sur ARTE.
Mais là, je voulais regarder la suite de la série que je trouve vraiment intéressante, riche, originale...
Du coup cet épisode est (pour moi) totalement sans intérêt et totalement incompréhensible. Pour ne pas dire chiant, car je suis sur que certains se gargariserons du génie cinématographique érectile et incroyable de Lynch.
Si vous êtes comme moi, alors ne perdez pas 3/4 d'heure devant cette bouse incompréhensible et contentez vous de lire le résumé, qui de toute façon n'est pas, lui non plus, vraiment sur de ce qu'il a vu.
On enchaîne et on oubli...

Magic
10/08/2017 à 22:51

Un épisode étrange et dérangeant.

FlynnRider
20/07/2017 à 14:30

Ouais... Il est certain que je m'y connais pas outre mesure en terme de prouesse techniques et compagnie, mais j'ai l'impression que cet article se donne plus des airs snob qu'analytiques. Non parce que les conneries sans explications ça va 2 minutes mais là faut pas pousser. Ok twin peaks c'était un peu foufou au niveau du scénar et de l'histoire de temps en temps (black lodge... etc) mais là, ça déraille total. Ce qui faisait la beauté de TP, c'était, à MON SENS, le mélange subtil d'ésotérisme, d'humour, de cliché et de poétique. Là, ça ressemble à la croûte de fin de vie qu'un peintre réalise en vitesse pour faire un dernier chèque en or avant de claquer sa révérence...

Plus

votre commentaire