Radiant Black : le comics qui déborde de power (et de rangers) débarque en France

La Rédaction | 19 mai 2022 - MAJ : 19/05/2022 10:33
La Rédaction | 19 mai 2022 - MAJ : 19/05/2022 10:33

C'est ce 18 mai que la France a accueilli le nouveau super-héros des éditions Delcourt : Radiant Black. Et il a un petit air de Power Rangers...

Avec ses hordes de héros en combinaisons colorées, le Super Sentai est un des genres les plus emblématiques et prolifiques de la culture populaire japonaise. Mais force est de constater qu’entre railleries, incompréhension de ses codes et franche hostilité, il n’a pas toujours eu bonne presse en France. Avec la sortie de Radiant Black chez nous, Kyle Higgins revisite ces univers et nous offre une belle opportunité de les appréhender avec un œil neuf.

Quant au mitan des années 80, la culture japonaise fait irruption dans les foyers hexagonaux via le poste de télévision, l’enthousiasme des spectateurs est immédiat, tant elle fait souffler un vent de fraîcheur (parfois de subversion) sur la case du divertissement enfantin ou supposé tel. Il ne faudra pas longtemps à une partie des médias comme de la classe politique pour en faire leurs boucs émissaires.

 

Radiant Black : photoHome bitter-sweet home

 

Depuis, les mangas et animes auront trouvé leur place en France, constituant même un élément essentiel d’une culture populaire toujours plus avide d’en découvrir tant les classiques que les pépites plus confidentielles ou pointues. Pour autant, le Super Sentai, dont Bioman constitua le fer de lance en Occident, est demeuré un sous-genre fréquemment appréhendé avec condescendance, voire un franc mépris.

Pour autant, quantité d’auteurs s’y sont frottés en le relisant, déconstruisant ou transformant, notamment à la suite de l’avènement des Power Rangers, qui compta parmi les premières tentatives américaines de s’approprier les codes du domaine. Et justement, c’est le cas de Radiant Black, nouvelle création du scénariste Kyle Higgins, qui fit ses armes aussi bien du côté des super-héros avec Nightwing, que de Power Rangers.

 

Radiant Black : photoInterstellar black ?

 

Delcourt publie donc le premier tome de cette nouvelle série, dont Marcelo Costa assure le dessin. On y suivra Nathan, trentenaire dont la vie n’est pas exactement une cascade de satisfaction et de champagne. Cumulant les boulots alimentaires et ses frustrations d’écrivain raté, il s’apprête à retourner vivre chez ses parents quand il découvre le Radiant, objet qui lui confère d’incommensurables pouvoirs.

Et s’il est bien décidé à en user pour transformer radicalement son existence, les êtres cosmiques qui l’ont créé sont prêts à tout pour le récupérer. Vous l’aurez compris, Radiant Black pourrait bien secouer gentiment ses lecteurs et contribuer à redéfinir un sous-genre hybride aux possibilités créatives particulièrement prometteuses. Et ça tombe bien, vous pouvez être secoué à votre tour puisque Radiant Black est disponible depuis ce 18 mai.

 

Radiant Black : Couverture

 

Ceci est un article publié dans le cadre d'un partenariat. Mais c'est quoi un partenariat Ecran Large ?

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Connard Le Barban
20/05/2022 à 17:11

Et avant X-or, il y a eut Spectreman ^^

Merlin En Chantier
20/05/2022 à 08:40

@Bipbip

X-or ne fait pas parti du genre super sentai comme Bioman mais du genre metal hero.
Le super sentai, ce sont des équipes de super héros, parfois très nombreux, les metal heros sont des heros solitaires qui peuvent faire équipe le temps d'un cross over.

Même si ça se ressemble pour un Français, pour un Japonais ce sont deux genres bien différents.

Bipbip
20/05/2022 à 07:27

Avant bioman, il y eu Xor

votre commentaire