Léviathan : un thriller SF en mode battle royale dans l'espace

Flavien Appavou | 18 janvier 2022 - MAJ : 18/01/2022 17:26
Flavien Appavou | 18 janvier 2022 - MAJ : 18/01/2022 17:26

Nouvelle création originale chez Ki-oon, Léviathan est un titre qui fait plaisir à lire autant sur l'aspect graphique que sur sa narration. Une critique sociale en mode SF avec une grosse pensée à Battle Royale, le tout se déroulant dans l'espace en huis clos, ça ne peut présager que du bon. Zoom sur ce titre glaçant. 

L'éditeur Ki-oon cherche toujours des petites perles à éditer, ici il tire le gros lot avec sa nouvelle création originale, venue tout droit du Japon. Léviathanécrit et dessiné par Shiro Kuroi, est un manga glaçant au scénario haletant soigné par un dessin aux expressions fortes et des décors à couper le souffle. Ce thriller sous fond de Battle Royale en huis clos dans un navire à la dérive dans l'espace est tout simplement intrigant. Le parti pris scénaristique est assez osé et ce n'est pas tous les jours qu'un manga comme celui-là nous tombe dans la main.

 

Léviathan : Couverture, Shiro KuroiPeinture numérique

 

Survie en espace trouble

Léviathan raconte l'histoire d'une classe de collégien partant pour la Terre pour leur voyage scolaire, dans un gros paquebot low cost. Tout se passe bien, la vie se fait tranquillement pendant la traversée : les amourettes, les amitiés, les brimades et autres réjouissances. Lorsque tout à coup, le vaisseau se fait attaquer, pour une raison qui n'est évoquée qu'à moitié dans ce premier tome. Celui-ci est grandement détruit et les seuls survivants ne sont que les élèves et leurs professeurs. Dans ce bonheur, un malheur arrive vite, tout le compartiment d'alimentation en oxygène a été vaporisé, il ne reste plus que deux jours d'oxygène avec autant de personnes à bord. Et pour couronner le tout, il n'y a plus de réseau pour envoyer un signal de détresse… 

Plus encore, un des professeurs et deux de ses élèves apprennent l'existence d'un seul caisson de cryogénisation, équipé d'une seule place. Une nouvelle qui, une fois divulguée, ne pourra qu'envenimer la situation et qui la fera tourner en pugilat général. Le voyage scolaire se transforme en battle royale dans l'espace. Pour aider et voir les dessous de l'histoire, celle-ci est racontée à travers le journal d'un des élèves, retrouvé bien plus tard, par des pilleurs de l'espace. Tout en lisant ce curieux récit, ils sont, eux aussi, confrontés à la dure réalité. Survivre ou vivre, il faut choisir.

 

Léviathan : Planche 1, Shiro KuroiQui a été le plus égoïste ? © Shiro Kuroi / Ki-oon

 

Léviathan propose une histoire somme toute banale au premier abord avec des collégiens livrés à eux-mêmes, des adultes incompétents et égoïstes et une seule porte de sortie possible. Tout en essayant de savoir qui sera le dernier survivant dans cette aventure morbide, le principe des pilleurs de l'espace qui reviennent sur les détails reste assez intéressant, permettant de prendre du recul sur la tragédie. Car mine de rien, le parti pris de ce récit est de voir des collégiens ne pas hésiter à s'entretuer pour leur bien-être ou par pur égoïsme.

Même si les analogies avec différentes œuvres du même genre sont nombreuses - L'école emportéeBattle Royale -, les élèves étaient un peu plus âgés dans les œuvres cités, ici on est vraiment sur une représentation d'une mini société.

Les schémas que reprennent ces enfants sont représentatifs de ce que pourraient faire des adultes dans une situation similaire. Du coup, l'histoire prend une tournure différente, un peu plus glaçante et grinçante. Mettant parfois le lecteur mal à l'aise avec ce qu'il lit. De plus, l'auteur met un point d'honneur à mettre en lumière ce malaise via les graphismes, car là où le manga porte tout son intérêt c'est réellement sur son dessin peu commun et ultra travaillé. 

 

Léviathan : Illustration 2, Shiro KuroiShiro Kuroi n'excelle absolument pas en graphisme, non, non © Shiro Kuroi / Ki-oon

 

Léviathan aux doigts de fée

Il faut dire que Shiro Kuroi est un fan des décors de Nausicaä de la vallée du vent, ainsi que ceux d'Akira. Il est aussi passé par la case Toei en travaillant sur les décors d'anime comme One Piece ou autre et il a travaillé avec Tsutomu Nihei (Knight of Sidonia, Blame), avant de devenir web designer dans une agence. D'ailleurs, on reconnait la patte que Nihei lui a laissée dans son encrage, surtout dans les contrastes de noir, dans lequel il excelle vraiment. C'est majestueux. Shiro Kuroi revient au manga en créant des fanzines et des créations originales qu'il vend dans les conventions et se fait repérer. L'aventure Léviathan peut enfin commencer, par la France. 

Par son expérience dans les studios d'animations et en ayant été assistant-mangaka, Shiro Kuroi remet ce qu'il a appris dans son manga, en le sublimant. Les décors sont extrêmement précis, sa maitrise des outils numériques se sent aussi dans son encrage et la lumière qu'il laisse transparaître dans les cases. On sent que le monsieur est minutieux dans son travail. De plus, les expressions des personnages sont aussi très pointues, mises en valeur par des plans très bien choisis et surtout, et on le répète par un travail sur la lumière assez exceptionnel. 

 

Léviathan : Planche 3, Shiro KuroiY'a du boulot sur cette planche © Shiro Kuroi / Ki-oon

 

Le seul bémol qu'on pourrait mettre, mais c'est pour chercher la petite bête, c'est son découpage. La fin des chapitres est assez redondante. Puisqu'il s'agit avant tout d'un thriller, tous les chapitres se concluent par des cliffhangers qui, à la longue, deviennent un peu blasants. Par contre, à l'intérieur des chapitres, la tension ne fait que monter aussi bien via le scénario qu'à travers les dessins. Ce premier tome pose les bases de son modèle de découpage et de sa narration, il reste tout à fait convenable et intrigue, même si sur le fond, on peut juger discutable de revoir des jeunes qui s'entretuent.

Dans tous les cas, il réussit son pari d'être magnifique, bien travaillé, tout en laissant cet arrière-goût amer de la frustration à la fin du tome. Ce qui est toujours bien pour une série à suspens ! Léviathan, c'est chez Ki-oon pour ce premier tome qui ne laisse présager que du bon pour la suite.  

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Marc
19/01/2022 à 16:55

Du point graphique c'est magnifique avec des influences de qualité. une adaptation sur grand Écran un jour

Marc
19/01/2022 à 16:44

Du point de vu graphique c'est magnifique l'histoire d'enfants seul dans un vaisseau. Le LEVIATHAN une adaptation sur grand Écran !

votre commentaire