L'Eden des sorcières : un manga écologique et poétique parfait l'été

Flavien Appavou | 21 juillet 2021 - MAJ : 21/07/2021 18:43
Flavien Appavou | 21 juillet 2021 - MAJ : 21/07/2021 18:43

L'été est propice pour de douces lectures, très apaisantes. C'est le cas avec la dernière sortie des éditions Ki-oon, l'Éden des sorcières. Un manga poétique et engagé parfait pour l'été. 

Pour une douce et jolie lecture estivale, il faut souvent une histoire un peu tragique et pleine de tendresse. Avec L'Éden des sorcières de Yumeji chez Ki-oon, c'est totalement le cas.  Dans le manga, le monde est totalement abandonné par la nature après que les humains lui ont fait beaucoup de mal (tiens, ça nous rappelle quelque chose).

Bref, c'est là qu'entre en scène la petite Pilly, jeune sorcière vivant dans une oasis de verdure et de beauté, entretenue par Toura et elle-même. Mais lorsque Toura tombe malade, Pilly doit aller en ville pour lui chercher des remèdes en ville. Elle se retrouve confrontée à la barbarie des humains qui tuent et immolent les sorcières. Elles qui peuvent communiquer avec la nature et faire en sorte qu'humain et nature vivent en harmonie...

 

Planche 2, YumejiBonjour, je pousse très vite © Yumeji / Ki-oon

 

En demandant de l'aide à un homme appelé Zakun, elle ne se rend pas compte qu'elle fait entrer le loup dans la bergerie. Celui-ci n'a qu'une envie : se débarrasser des sorcières et acquérir tout leur savoir pour lui-même. En se défendant, Pilly invoque d'une graine un énorme loup, mi-animal, mi-végétal, très puissant. Celui-ci arrive très vite à bout des agresseurs. N'étant plus en sécurité dans son oasis, Pilly se met à la recherche de l'Éden des Sorcières, lieu où sorcière et nature vivent en paix et en harmonie. Et dans son cheminement, Pilly pourra peut-être elle aussi semer des graines de bontés chez les humains. 

Ce manga est une création originale, ce qui veut dire que Yumeji a été repéré par les éditeurs de Ki-oon et qu'ils ont travaillé le titre ensemble pour la France. Avec son trait si particulier oscillant entre finesse et technique pointue, l'autrice sait mettre en valeur son histoire. Les détails sont particulièrement travaillés pour rendre l'esthétique du manga bluffant. C'est tour à tour ingénieux et poétique. Les trames posées sont millimétrées. Le travail nous rappelle aussi celui de Kamome Shirahama dans L'Atelier des sorciers chez Pika. Du coup, on est encore plus transporté par la grandeur et la candeur du dessin ainsi que du découpage. C'est beau et foisonnant. 

 

Couverture tome 1, YumejiLe premier tome d'une belle série

 

Sur l'histoire, celle-ci est pleine de bonne volonté. Vu qu'on est sur un premier tome, elle pose les bases et les enjeux. On comprend très vite l'enjeu sociétal derrière l'histoire en espérant que celui-ci suive son cours dans les futurs tomes. La petite Pilly devient actrice et spectatrice de ce monde qui l'entoure, cruel et égoïste, où les hommes n'ont peur que d'une chose : mourir et dépérir. Sans être un pamphlet sur la préservation de la nature, l'autrice arrive à montrer l'importance du monde qui nous entoure dans le partage et la communication. Encore une fois, c’est une belle réussite. 

Le premier tome de L'Éden des sorcières est paru le 1er juillet 2021 chez Ki-oon. C'est une autre création originale qui vient remplir les étagères bien remplies de chez Ki-oon, après les excellents Guess What, Beyond The cloud ou encore Tsugumi Project. D'ailleurs, on attend avec impatience Léviathan de Kuroi Shiro qui paraitra en septembre toujours chez le même éditeur et en création originale.

Pour ce qui est de L'Éden des sorcières, le lancement de ce manga arrive pile-poil pour nos préoccupations sociétales et nous permet aussi d'appréhender notre été avec poésie, facétie et surtout réflexion.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire