Polémique Wonder Woman : la réalisatrice répond aux attaques de James Cameron sur le féminisme

Jean-Luc Hassaique | 25 août 2017
Jean-Luc Hassaique | 25 août 2017

Il y a quelques heures, James Cameron initiait une bonne grosse polémique en qualifiant Wonder Woman de « recul » pour le féminisme. La réalisatrice vient de monter au créneau pour défendre son film.

Il faut dire que Patty Jenkins , actuellement en négociations finales pour mettre en scène Wonder Woman 2 , n’a probablement pas l’intention de laisser le metteur en scène de Terminator 2 ou Aliens saloper la réputation de son blockbuster, dont certains se surprennent à rêver qu’il concourt en bonne place aux prochains Oscars.

L’artiste s’est donc emparée rapidement des réseaux sociaux pour répondre à James Cameron, avec un mélange de fermeté et de diplomatie.

 

Photo Robin Wright

Robin Wright, un des personnages féminins les plus réussis de Wonder Woman

 

« L’incapacité de James Cameron à comprendre ce qu’est Wonder Woman, ou ce qu’elle représente n’est une surprise pour personne puisque, tout grand cinéaste qu’il soit, ce n’est pas une femme. Les femmes fortes sont formidables. Ses compliments au sujet de mon film Monster et de notre portrait femme forte mais brisée avaient alors été grandement appréciés. »

On ne relèvera pas le premier argument de Patty Jenkins, fin comme du gros sel et plus de l’ordre du clin d’œil que de l’attaque en bonne et due forme, d’autant plus qu’elle n’a pas manqué d’expliciter son point de vue.

« Mais si les femmes doivent toujours être dures, brutes, et torturées pour être fortes, que nous n’avons pas liberté d’avoir plusieurs facettes ou de célébrer une femme iconique sous prétexte qu’elle est attirante et aimante, alors nous n’avons pas beaucoup avancé n’est-ce pas. Je crois que les femmes peuvent et doivent être TOUT, exactement comme peuvent l’être les personnages masculins. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaises incarnations de la femme forte. Et le public féminin venu en masse, qui a fait du film un succès, est sûrement capable de décider quelles sont ses icones progressistes. »

 

tournage

Patty Jenkins en plein tournage

 

Pour le coup, la réalisatrice de Wonder Woman aura très bien joué, le terrain étant particulièrement glissant. Wonder Woman est un des succès de l’année, très populaire et généralement considéré comme féministe (dans un monde où, ne l’oublions pas, Francis Cabrel a pu faire l’actualité en se rasant la moustache), par conséquent, Jenkins aurait sans doute pu tenter la stratégie de l’autruche, faire le dos rond et attendre que ce micro-orage passe, les fans se chargeant déjà de débattre vigoureusement en ligne.

Mais en rappelant combien Cameron est un grand auteur, en ne répondant finalement pas aux problèmes qu’il soulevait (le fait que l’héroïne de Wonder Woman était finalement objectivée et en aucun cas « en charge » de son propre récit), tout en pointant du doigt un ingrédient du cinéma de Cameron qui peut être perçu comme une limite (sa tendance à « masculiniser » des personnages féminins pour en faire des femmes fortes), la réalisatrice a joué avec beaucoup d’habileté.

Gageons que les défenseurs de Cameron et de Jenkins ne feront pas toujours preuve d’autant de finesse dans leurs commentaires sur les réseaux sociaux.

 

Gal gadoty

 Tout ça va finir par nous énerver Gal Gadot

Tout savoir sur Wonder Woman

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

MystereK
28/08/2017 à 07:03

"mais on s'en fout à la base non ?"

Et bien non... !

rgsteel
26/08/2017 à 13:49

réplique très pertinente !
si pour Cameron un personnage féminin réussi est un personnage qui doit être uniquement dur féroce et troublé et parfois même se comporter comme un homme c'est qu'il est exactement comme les personnes qu'il dénonce. c'est du virilisme flagrant là !

john
26/08/2017 à 08:24

Tout mes réalisateur préfère deviennent gatouille... Aie aie... James Cameron parle mais comme d'hab 10 ans pour un film... Avatar film entièrement pompé sur les manga japonais et dans avec les loups...

Thomas
26/08/2017 à 05:14

mais on s'en fout à la base non ?

swisstasystem
26/08/2017 à 04:07

@Hasgarn
je n'ai aucun problème avec les oeuvres Cameron mon intervention a ce sujets était pour montré que ces film son loin d'être des modèles de référence dans la cause féminine. encore une fois la n'est pas le sujets. et si j'en revient au vrais débats.
"Que le personnage ne semble pas acteur de son histoire et qu'elle fait figure de femme objet"

James Cameron n'est pas fan des super-héros du coup il s'attarde sur l'iconisation du personnage. et au final ça fausse son jugement et dégage de la mauvaise fois dans ce qu'il dit. sinon il verrait bien qu'il y a des petites similitudes entre ses personnages et Diana. c'est à dire, je reprends tes mots.

" Ses femmes sont toujours un moteur de l'histoire, parcourent toujours un chemin durant le ou les films et ne sont jamais les mêmes à la fin, se prennent en main seule ou avec de l'aide, ont un impact considérable sur les autres personnages"

c'est exactement ce qui se passe dans le film. au début diana vivait dans une île paradisiaque, ignoré tout du monde des humains, pensé qu'ils étaient tous bon et que seule un dieu(ares) était source de leurs corruption. mais au fur et a mesure elle devient moins naïve et change complètement sa manière de voir le monde. la plus grandes différence réside dans les acquis. (diana à sa force et sa détermination des le début, mais ne sait pas comment s'en servir réellement)
sarah connor elle les acquièrent avec le temps, par ses expériences.

dit comme ça j'ai donne l'air de comparé wonder woman aux oeuvres de cameron ou de le défendre ardemment (ce n'est pas le cas).
seulement en disant que le film est un pas en arrière, Cameron a clairement manqué d'élégance parcequ'il ignore son apport extérieur. c'est à dire. qu'une femme peut aussi tenir des grosses productions qui puisse bien marché.

Hasgarn
25/08/2017 à 23:41

swisstasystem

Au bout d'un moment, c'est un problème.
Et comme le dit Mysterek, il y a plus à voir avec Danse avec les Loups que Pocaontas et pour le coup, comme le film de Costner est antérieur, c'est correct. Je pense que les gens d'arrêtent à l'héroïne (Pocaontas) qui chante les arbres et les oiseaux et les hamsters aussi (il n'y a qu'en parodie que je peux voir des extrais de ce film) en faisant un parallèle qui n'a pas lieu d'être avec Neytiri.

Pour conclure avec cette polémique que je trouve vraiment bas du front, et je précise que je défends le travail de James Cameron sans avoir vu Wonder Woman (je ne supporte plus les films de supers héros, mon overdose date de Iron Man 3 suivi de Man of Steel).
James Cameron n'a jamais fait de film féministe.
Jamais .
Il a toujours écrit des personnages féminins forts, complexes, avec de défauts (Sarah Connor en est le meilleur exemple) qui valorise leur alter égo masculin lui même n'étant pas complet sans cette femme.
Avec un seul film dont le protagoniste est féminin : Aliens.

Que reproche t'il a WW ?
Que le personnage ne semble pas acteur de son histoire et qu'elle fait figure de femme objet.
C'est une critique qu'on retouve ça et la.

Cameron a toujours mis en scène des femmes qui vivent de situations difficiles qu'un mec ne pourrait pas forcément traverser. Si ça, ce n'est pas rétablir une égalité entre homme et femme, c'est quoi ?

Son analyse est légitime. Il a beaucoup fait pour imposer des personnages féminins fort (Ripley passe de la fillette hurlante dans le film de Scott à celle de guerrière badasse avec logique, Rose choisit de vivre sa vie en brisant le carcan de son avenir de fille à marier en rencontrant Jack qui ne fait que l'aider, elle en a l'esprit avant).

Ses femmes sont toujours un moteur de l'histoire, parcourent toujours un chemin durant le ou les films et ne sont jamais les mêmes à la fin, se prennent en main seule ou avec de l'aide, ont un impact considérable sur les autres personnages. Marche aussi avec les films qui a écrit (Point Break et Strange Days).

Si Wonder Woman oublie un seul de ces points, alors son intervention est justifiée.

Manontherun33
25/08/2017 à 20:09

Elle se prend vraiment pour une vedette. a croire que personne n'ose lui dire qu'elle est très loin de faire des super films. Elle profite des tendances. James Cameron crée des tendances. Elle devrait plutôt lui rendre hommage sur le talent immense de cet homme. James, t'es extraordianire

MystereK
25/08/2017 à 19:46

@swisstasystem

Si on prend la trame générale, et même certains détail, Avatar est aussi très proche de DANSE AVEC LES LOUPS :

Un militaire blessé
Il s’intègre dans la population indigène
La vie et les coutumes des Na'vi sont très proches de celles des indiens d'amérique
Le militaire tombe amoureux, il s'intègre encore plus

Il y a beaucoup plus de ressemblances que ça, mais parce que j'ai vu le film il y a 8 ans, je n'ai plus tous les éléments en têtes.

L'abre lui a été piqué à un livre de James Blish, Un cas de conscience ou là aussi les terriens vienne détruire une population extra-terreste

La grosse différence, c'est que James Cameron revisite la de l'histoire et ce sont les indigènes qui gagne, le contrairement à la véritable des USA. Et malgré le pacifisme de ces indigènes, tout se résout dans la violence, dans la contradiction de ce qui fait leur raison de vivre.

FredFred
25/08/2017 à 18:07

Wonder Woman symbole du féminisme...Ah ah ah...! J'adore cette époque !
C'est vrai que Cal Gadot à un beau Q...I bien sûr...

swisstasystem
25/08/2017 à 17:40

@JC. "Diana ne joue pas a la débile sans éducation" dans le film, elle est juste naïve (ce qui est totalement différent). En découlent de cette naïveté une certaine innocence et candeur, mais ce n'est pas de l'idiotie. Ce prisme quasi "enfantin" évolue au fur et à mesure de ses découvertes. C'est assez évident à comprendre et plutôt bien développé dans le film.

@hasgarn. " pocahontas est sorti en 1995 Cameron a écrit son premier traitement en 1994 "
là n'est pas le problème. le problème ce que vu de loin les deux produits sont similaires. " des étrangers arrive sur une terre, convoite ses richesses. envoient un homme séduire la fille du chef pour le convaincre de partir vivre ailleurs "
je n'accuse pas cameron de plagiat. je dis seulement que faire un film avec comme personne principale une femme n'en fait pas forcément un film qui defend la cause féministe avatar est un exemple.

je n'ai aucun problème avec ses films je les adore tous (sauf avatar) c'est son arrogance a dire que ce film est "un pas en arrière" qui me dérange. (Si j'étais une femme de sa notoriété qui plus est, pas de tres bonne fois j'aurais pu tout aussi dire dans les médias un truc genre : "j'aime les films de cameron, ils sont incroyables mais sur la forme il veut juste nous montré que seule un homme peut mieux valorisé la femme est-ce un pas en avent pour la cause ?" et nombreux auraient dit : "oui elle a pas tort la femme, Cameron c'est qu'un sexiste")

car même si WW n'est pas exceptionnel, il ouvre des voies. comme par exemple qu'un film peut être porté par une femme même derrière l'écran. et très bien marché

Plus

votre commentaire