Sofia Coppola explique enfin ce que devait être son adaptation de La Petite Sirène qu'elle ne fera jamais

Christophe Foltzer | 23 juin 2017
Christophe Foltzer | 23 juin 2017

Sofia Coppola a su très tôt s'imposer comme une réalisatrice à part entière, libéré de l'ombre encombrante de son père, Francis Coppola, pour nous présenter un univers bien à elle. Alors la voir aux commandes de La Petite Sirène intriguait beaucoup.

Et on ne parle pas ici du remake du film Disney, puisque La Petite Sirène version Coppola était produite par la Universal et n'entrait donc pas dans le grand plan révisionniste de Mickey et ses amis. Il n'empêche que le projet intriguait pas mal, surtout quand on connait l'univers et la sensibilité de la réalisatrice et c'est avec une pointe de tristesse que l'on a appris que le film ne se ferait finalement pas. 

 

Photo 2 Ariel

 

Cela dit, comme son nouveau film, le remake de Les Proies sort bientôt, Sofia Coppola s'est permise durant un événement intitulé Une soirée avec Sofia Coppola, dans le cadre de la promotion de son dernier opus (notre avis ici), de revenir sur cet épisode sous-marin en révélant notamment que sa version de La Petite Sirène devait être bien dark comme il faut :

"Ce n'était pas la version Disney mais plus le conte original qui est bien plus sombre. Je pensais que ce pourrait être sympa de faire un conte de fées. J'ai toujours aimé les contes de fées, donc j'étais assez curieuse d'en faire un.

Le projet est devenu un peu trop gros. Je voulais vraiment le tourner sous l'eau, ce qui aurait été un cauchemar. Mais les images sous-marines sont tellement belles. On a même fait quelques tests. Ce n'était pas une approche très réaliste, mais c'était intéressant de l'envisager."

 

Photo 3 Ariel

 

C'est malin, on a envie de le voir maintenant. Mais si le film ne s'est pas fait au final, ce n'est pas uniquement dû à cette approche audacieuse qui a rendu le défi hors de portée :

"Pour moi, quand un film possède un budget aussi élevé que celui-ci, ça devient une question de business. Ou en tout cas, le business prend le pas sur l'art. Quand il est plus petit que moins de gens sont impliqués, d'un point de vue financier, cela ne constitue plus un risque aussi important."

Donc voilà, nous sommes toujours face au même problème, le manque de risque financier qui anime l'industrie actuelle. Et c'est dommage, parce que pour le coup cela nous prive de films autrement plus ambitieux que ce que l'on a en ce moment. Mais, que l'on se rassure, cela n'a pas détruit Sofia Coppola pour autant, puisqu'elle s'est rapidement repliée sur Les Proies que vous pourrez découvrir en salles dès le 23 août prochain.

 

Photo

 

Tout savoir sur La Petite Sirène

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Euh!
23/06/2017 à 23:39

Ca me rappel le 20 000 Lieues sous les mer que Fincher devait réaliser... ;(

Zanta
23/06/2017 à 14:14

Ca fera plaisir aux copains de Papa, Tontons Spielby et Lucas, d'apprendre qu'ils prennent moins de risques qu'elle.

votre commentaire