Twilight : pourquoi Robert Pattinson a bien failli se faire virer du film comme un malpropre

Jacques-Henry Poucave | 31 mai 2017
Jacques-Henry Poucave | 31 mai 2017

SI Robert Pattinson a accédé à la célébrité grâce à la saga Twilight, le comédien a bien failli se faire virer manu  militari du premier film.

Avant de devenir l’égérie d’un cinéma plus indépendant, arty, voire underground (comme Good Time, découvert à Cannes), Pattinson fut la star planétaire de Twilight, dont il entama le tournage du premier épisode à seulement 22 ans. Entouré sur le plateau d’autres très jeunes comédiens, l’acteur était visiblement turbulent, à tel point que les dirigeants de Summit Entertainment ont bien failli prendre une décision radicale.

 

Robert Pattinson dans Twilight - chapitre 1 : Fascination

 

C’est le New York Times, dans un article consacré à l’artiste et à son parcours, qui a révélé qu’en cours de tournage, la production avait songé à se débarrasser purement et simplement de lui, Pattinson entretenant une atmosphère de « rébellion » sur le plateau. L’acteur n’ayant jamais fait mystère de combien la célébrité l’attirait peu et combien l’univers de Twilight le laissait indifférent, on imagine assez facilement que le jeune homme de 22 ans a pu ne pas toujours se comporter en professionnel aguerri.

Manifestement, il n’a dû sa place qu’à la diplomatie de ses agents, qui ont obtenu du studio une seconde chance, même si, comme l’affirme Robert Pattinson au New York Times, il n’a pas totalement infléchi ses positions.

« On ne m’a pas demandé de passer ma vie à lécher le cul de qui que ce soit. Et je ne crois pas l’avoir fait, en tout cas. »

Good Time, le polar urbain et hallucinogène des frères Safdie, sortira sur les écrans en octobre 2017.

 

Affiche officielle

Tout savoir sur Robert Pattinson

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Twinkle
31/05/2017 à 18:16

Je pense qu'il mérite pas de seconde chance

nicolas
31/05/2017 à 17:13

Quel rebelle...

votre commentaire