Martin Scorsese pourrait finalement retrouver Leonardo DiCaprio pour Devil in the White City

Christophe Foltzer | 21 décembre 2016
Christophe Foltzer | 21 décembre 2016

Martin Scorsese est l'un des plus grands réalisateurs en activité de notre époque et il semble de plus en plus évident que 2017 sera son année. Et l'occasion pour lui de régler un vieux compte.

Si l'on attend Silence comme un collégien pourrait attendre son premier rendez-vous amoureux, c'est bel et bien parce que nous avons l'impression que nous sommes en présence d'un grand film de Martin ScorseseLe Loup de Wall-Street c'était super certes, mais Silence nous promet de retrouver un certain souffle épique comme il n'y en a plus eu depuis très longtemps dans sa filmo et, forcément, nous piaffons d'impatience. 

 

Image 450225

 

Le film n'est pas encore sorti chez nous (ce sera le cas le 8 février prochain) et Scorsese est déjà parti sur son prochain projet, The Irishman, rencontre très attendu entre lui, De Niro, Al Pacino et Harvey Keitel pour un gros film de gangsters dont il a le secret. Mais le réalisateur a déjà une idée pour ce qui sera le film d'après. Le maître vient en effet d'annoncer au micro du Toronto Sun qu'il pourrait finalement faire l'adaptation du roman d'Erik Larson, The Devil in the White City, un projet qui traine quand même dans les couloirs d'Hollywood depuis 2003.

"L'une des choses que j'ai dû arrêter ces six derniers mois était mes réunions sur ce script. Mais ils veulent que je le reprenne en janvier et que l'on trouve un moyen de le faire parce que c'est un scénario extraordinaire."

 

Image 450220

 

Le film prendrait place à Chicago en 1893 lors de l'Exposition Universelle, événement qui devait montrer au monde entier que la ville avait ressuscité après le grand incendie dont elle avait été victime en 1871 et qui en avait détruit la majeure partie. Nous y suivons les destins croisés de l'architecte Daniel Burnham et du serial killer H. H. Holmes, tueur au grand charme et qui attirait ses victimes dans un hôtel proche de la manifestation. Il les passait à la chambre à gaz puis au crematorium pour ensuite revendre leurs squelettes aux scientifiques et médecins du coin. Si 27 victimes ont été officiellement comptées à son actif, il se murmure que le chiffre véritable avoisinerait les 200.

Un sujet en or donc pour Scorsese, tout autant que l'occasion rêvée d'une bonne critique sur la société américaine et le système libéral. Et à ce titre, il pourrait retrouver une nouvelle fois son Leonardo DiCaprio préféré, bien que l'on ne sache pas encore s'il incarnerait l'architecte ou le tueur. En tout cas, voilà un projet qui fait fichtrement rêver. On croise les doigts.

 

Image 450280

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire