Blade Runner 2049 : on décrypte la bande-annonce de la suite et ses images hypnotiques

Jacques-Henry Poucave | 19 décembre 2016
Jacques-Henry Poucave | 19 décembre 2016

Attendu pour le mois d’octobre 2017, Blade Runner 2049 vient de dévoiler ses toutes premières images dans un somptueux teaser trailer.

Pas évident de décoder le contenu cryptique de ces premières images. Plusieurs éléments sont néanmoins présents, afin de flatter le fan, mais aussi de stimuler sa curiosité. Autopsie d’une bande-annonce plus riche qu’il n’y paraît.

 

 

 

Design Runner

Le chef d’œuvre de Ridley Scott est resté dans les mémoires pour sa direction artistique, en partie conçue par le designer Syd Mead, qui parvient à concevoir un futur à la fois radicalement différent de notre monde, tout en en constituant un prolongement cauchmardesque.

 

Ryan Gosling Bande-annonce Harrison Ford

 

On retrouve donc les pluies de néon, l’humidité, le smog, typiques de Los Angeles, devenue une mégalopole à forte population asiatique et terriblement polluée. Jusque dans le look des véhicules, l’influence de l’œuvre originelle est prégnante. Les fans ne manqueront d’ailleurs pas de reconnaître le pistolet avec lequel Harrison Ford menace Ryan Gosling, tout droit sorti du premier Blade Runner.

 

Ryan Gosling Bande-annonce Harrison Ford

Ryan Gosling Bande-annonce Harrison Ford

 

Chaud Cacao

Mais si Blade Runner 2049 nous réserve son lot d’hommages, il choisit également de trancher radicalement avec l’esthétique qui l’a vu naître. On ne sait pas où Rick Deckard est allé se réfugier, mais le lieu est aux antipodes du L.A surpeuplé que nous connaissons. Désertique, aride, comme abandonné, l’endroit nous propose déjà une alternative au cauchemar cybernétique de Philip K. Dick.

 

Ryan Gosling Bande-annonce Harrison Ford

Ryan Gosling Bande-annonce Harrison Ford

harrison ford ryan gosling

 

Rêve de Droïde

Le rapport au réel, à l’individualité et à la liberté est au centre de la mythologie Blade Runner. Avec ses robots dotés de souvenirs artificiels, ses humains qui doutent de leur nature (coucou Westworld), bref ses Nexus qui se révoltent, l’œuvre de Dick comme le film de Scott interrogeaient notre libre-arbitre.

Du coup, quand Ryan Gosling évoque le temps où le personnage d’Harrison Ford exerçait la même profession que lui en disant « C’était une époque plus simple », notre imagination s’emballe. Car le monde du précédent film était tout sauf une partie de plaisir. Qu’a-t-il bien pu se passer pour que cette époque apparaisse si « facile » aux yeux de K ?

La frontière entre humanité et machines s’est-elle encore amoindrie ?

 

Ryan Gosling Bande-annonce Harrison Ford

Ryan Gosling Bande-annonce Harrison Ford

Ryan Gosling Bande-annonce Harrison Ford

 

 

Tout savoir sur Blade Runner 2049

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

MystereK
20/12/2016 à 09:07

@Warnerfox : Je vous conseille de lire Future Noir, qui raconte les dessous de Blade Runner de la conception du script à sa sortie. L'ambiguité sur le fait que Deckard soit un réplicant vien d'un remontage et de redoubalge des dialogues, cela n'a jamais été l'intention de départ des concepteurs du film (scénaristes, réalisateurs, producterus), mais lorsque les fans ce sont jeté sur le sujet, ils l'ont allimenté à mort (le rêve avec la licorne est un ajout à-postériori).

corleone
19/12/2016 à 22:22

Très enthousiasmant en fait et j'aimerais vraiment qu'Harrison Ford ait un rôle plus conséquent qu'annoncé pour un passage de flambeau digne de ce nom.

Mad
19/12/2016 à 19:48

Warnerfox > "More human than human." Je pense que Tyrell Corporation avait réussi à faire une nouvelle génération de réplicants capables de vivre plus longtemps, si ce n'est aussi longtemps qu'un réel être humain. Et je pense que Deckard en était l'un des premiers.

Warnerfox
19/12/2016 à 19:29

Y'a pas un énorme contresens avec le 1er film ? Deckard était un réplicant, non ? Créer pour chasser les autres réplicants, non ? (voir le rêve avec la licorne)... Et donc à durée de vie limitée / programmée, non ?

Colonel Stuart
19/12/2016 à 18:22

Je veux y croire je veux y croire!
J'en ai pourtant ras le bol de toutes ces reprises et autres suites remakes, reboots et Cie.
Mais à la vue de cette BA (et surtout après avoir vu le MAGNIFIQUE Premier Contact qui pour moi est le meilleur film de 2016!) je veux croire que l'on tiens ENFIN la suite d'un film culte des 80's et surtout qu'il va envoyer du lourd... lourd!!!!!!!

votre commentaire