Après son Neon Demon, Nicolas Winding Refn veut faire son James Bond à lui

Christophe Foltzer | 4 juillet 2016
Christophe Foltzer | 4 juillet 2016

Maintenant que Neon Demon est sur tous les écrans du monde (ou pas loin), il est temps pour Nicolas Winding Refn de s'attaquer à la suite de sa carrière et autant dire qu'on risque d'avoir de sacrées surprises.

Refn n'a jamais été avare en déclarations choc et en désirs de cinéma qui allaient contre nos attentes. Rappelez-vous l'annonce de Neon Demon à l'époque : d'un coup d'un seul, il nous avait balancé son intention de faire un film d'horreur à Los Angeles avec des vampires. En véritable touche-à-tout, le réalisateur ambitionne aussi de s'attaquer aux grands studios et de se faire son petit blockbuster à lui, histoire de se frotter à cette expérience et de se prendre un gros chèque au passage. On se rappelle en effet que très récemment, il avait déclaré son intention de faire un film Batgirl. Si le projet n'aboutira probablement jamais, cela montrait son envie de jouer dans la cour des grands.

The Neon Demon

Une envie qui ne se limite pas seulement à DC Comics d'ailleurs puisqu'il a également la franchise James Bond dans sa ligne de mire. Comme il l'a révélé récemment au Telegraph, Refn avait été approché à l'époque de Spectre pour le réaliser avant que Sam Mendes ne décide de rempiler pour un dernier tour de piste. Ce qui n'a pas découragé Refn pour autant, puisqui'l travaille à présent sur son propre film d'espionnage, The Avenging Silence, avec l'aide du duo de scénaristes légendaire de la saga 007, Neal Purvis et Robert Wade. Légendaires parce qu'ils ont écrit pas moins de 6 aventures du super espion, dont tous les derniers.

Si l'on ne sait quasiment rien de ce mystérieux projet, il met à jour toute la contradiction inhérente au réalisateur. Voulant jouer le jeu des gros studios sans pour autant y perdre son identité, il semble effectuer à chaque fois un grand écart impossible à réaliser pour finalement faire le film qu'il voulait faire dans son coin. Et sa dernière déclaration à ce sujet ne laisse pas de place au doute :

"Je sais juste que c'est de cette manière que je pourrais faire ce que je veux et aucun chèque ne pourra remplacer ça."

Encore une fois, Refn fait preuve de sa contradiction et de son rapport conflictuel au système. Et, encore une fois, c'est pour ça qu'on l'aime.

Daniel Craig et Léa Seydoux

Tout savoir sur The Neon Demon

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire