Cannes 2010 : Compte-rendu jour 6

Stéphane Argentin | 18 mai 2010
Stéphane Argentin | 18 mai 2010

Ou la journée calvaire de Stf (et Lolo) qui s'annonçait pourtant sous les meilleurs auspices avec Biutiful, le nouveau long-métrage de Alejandro González Iñárritu (Amours chiennes, 21 grammes, Babel) présenté en compétition officielle. Hélas, une projo beaucoup trop matinale (8h30) et seulement 4 heures de sommeil la nuit passée, ça n'aide pas vraiment. Résultat, Stf tombe bien vite dans les bras de Morphée et voit environ 15 minutes de métrage sur les 2h18 que dure le film. Quant à Sandy qui refuse toujours de communiquer le nom de son fournisseur en produits dopants, il découvre l'intégralité de la bête sans jamais piquer du nez et annonce un « film passionnant à décrypter au sein de la filmo d'Iñárritu ».

Après ces deux heures de sommeil supplémentaires, Stf est d'attaque pour le Stephen Frears, Tamara Drewe, et en ressort (sans avoir pioncé une seule seconde cette fois) très enthousiaste tandis que Sandy trouve ce marivaudage grivois un poil longuet. Un petit paquet de chips rapidement ingurgité et notre Stf retourne à nouveau faire la queue pour tenter de découvrir les deux heures manquées de Biutiful à la séance de l'après-midi. Peine perdue ! La projo en question n'est plus prioritaire pour les journalistes qui, pour la plupart, se font blackbouler. Pas grave, on n'attendra la sortie en salles prévue pour le 25 août (de toute façon, vu le peu d'enthousiasme de plusieurs confrères journaleux, si ce film remporte la Palme d'Or, je me coupe une C******, NDR). Nullement dépité, notre Stf se dirige alors vers un film du marché intitulé Mad Cow dont la tagline (Boy. Meat. Girl.) attire visiblement beaucoup trop de monde pour une salle aussi petite (40 places). Blackboulage numéro 2. Une petite glace, quelques papiers à rédiger et direction le deuxième film en compétition de la journée, Copie conforme, d'Abbas Kiarostami pour un résultat mi-chiant mi-réussi pour Stf mais qui réjouit Lolo.

 

Pendant ce temps-là, Sandy se rend à une présentation de quelques futures sorties Europa Corp et prend un verre sur la plage Orange en compagnie de l'équipe du film Les Petits mouchoirs : Guillaume Canet, Marion Cotillard, Benoît Magimel, Jean Dujardin et François Cluzet. Y'a pas à dire, Cannes c'est vraiment pas une sinécure pour tout le monde (bis repetita). Le Mister Cocktail d'EcranLarge se dirige ensuite sans grande conviction car avec très peu de certitude de pouvoir rentrer dans la salle vers un autre film du marché entouré d'un énorme buzz, A serbian film, dont vous pouvez découvrir la bande-annonce à cette adresse. Avec son immense bagou légendaire, le bonhomme parviendra à pénétrer dans une  salle de 40 places composée uniquement de buyers. Pour connaître ses réactions à l'issue de la projo, suivez les traces de vomi... jusqu'à son avis.

Les aventures de Lolo au marché de Cannes

Au petit jeu du « qui se fera le plus blackboulé », c'est notre Lolo qui remporte l'étape du jour d'une courte tête devant Stf (3-2). Le sieur Pécha se sera en effet cassé les dents sur Mother's day, le nouveau long-métrage de Darren Lynn Bousman (Saw II, III et IV), L'Italien du tandem Kad & Olivier et The Bang bang club avec Ryan Phillippe et Malin Åkerman. Pauvre Lolo, à croire que tous les films avec de belles créatures lui sont interdits (peut-être pour ménager sa libido). Il aura toutefois pu se consoler en allant voir Hybrid d'Éric Valette (Une affaire d'État) et Copacabana de Marc Fitoussi (La Vie d'artiste).

 Ah oui, la phrase du jour : 

"Godard ne vient pas. Je n'irai pas voir son film." Laurent Pécha.


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire