Les Nuits de Mashhad : une bande-annonce glaçante pour le thriller de serial killer

Chloé Chahnamian | 17 mai 2022 - MAJ : 17/05/2022 17:32
Chloé Chahnamian | 17 mai 2022 - MAJ : 17/05/2022 17:32

Ali Abbasi revient avec Les Nuits de Mashhad, sélectionné au Festival de Cannes 2022 et inspiré d'une histoire vraie, celle d'un tueur de femmes.

Cette année, la programmation du Festival de Cannes est encore ultra-prometteuse. Parmi les plus grosses attentes de cette édition 2022 il y a bien sûr les nouveaux films de Cronenberg, Park Chan-wook et James Gray, mais aussi Broker d'Hirokazu Kore-eda, Stars at Noon de Claire Denis et le nouveau film d'Ali Abbasi intitulé en français Les Nuits de Mashhad (Holy Spider en version originale).

Après avoir secoué Cannes en 2018 avec Border, une fable organique et délirante qui avait remporté le Prix Un Certain regard, le cinéaste revient avec un nouveau film au style bien différent. Pour Les Nuits de Mashhad, le réalisateur danois d'origine iranienne se téléporte à Mashhad, ville d'Iran située à proximité de la frontière avec le Turkménistan, pour raconter l'histoire d'une journaliste de Téhéran venue enquêter sur une sombre affaire de féminicides.

En s'inspirant d'une histoire vraie, celle de Saeed Hanaei, un tueur en série qui visait principalement les prostituées, Les Nuits de Mashhad pourrait bien être le film-choc du Festival, c'est en tout cas ce que laisse espérer la bande-annonce du film.

 

 

Contrairement au récent Nitram remarqué lors du Festival de Cannes 2021, Les Nuits de Mashhad semble se refuser à prendre le point de vue du tueur. C'est la journaliste Rahimi, interprétée par Zar Amir Ebrahimi, que nous suivrons sans doute principalement dans son enquête cauchemardesque dans les rues sombres de Mashhad. Sévissant la nuit, le serial killer arpente la ville à la recherche de ses proies. Encore plus glaçant, le tueur s'est défendu de ses crimes en admettant vouloir nettoyer la ville de ses péchés et mettre fin à la corruption en tuant les prostituées qu'il croise de façon méthodique, les attirant chez lui avant de les étrangler.

L'enquête de la journaliste semble semée d'embuches, comme si quelqu'un veillait à ce qu'elle n'arrête pas le tueur de la ville sainte, comme si la suppression de ces femmes était souhaitée. En plus de cette histoire saisissante, l'esthétique du film semble également très réussie. La bande-annonce, qui ne révèle presque que des plans de nuit, promet une oeuvre inquiétante qui réussira très probablement à tenir le spectateur en haleine.

 

Holy Spider : photoImmersion dans le cauchemar des femmes

 

Aux côtés de Zar Amir Ebrahimi, nous retrouvons Mehdi Bajestani dans le rôle du tueur, mais aussi Arash Ashtiani, Nima Akbarpour, Sara Fazilat, Alice Rahimi et Sima Seyed. À l'image, Nadim Carlsen, qui a déjà travaillé sur Shelley et Border, les deux premiers longs métrages d'Ali Abbasi, officie en tant que directeur de la photographie.

Après sa première présentation à Cannes dès ce 22 mai, Les Nuits de Mashhad sortira dans les salles françaises le 13 juillet 2022.

Tout savoir sur Les Nuits de Mashhad

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Eddie Felson
18/05/2022 à 13:51

Je plussoie

Kyle Reese
17/05/2022 à 18:49

Intriguant. Border était une expérience vraiment déroutante, limite dérangeante.
Là on est en terrain un peu plus connu mais le coté exotique inédit pour un film de ce genre il me semble, tourné en Iran, attise ma curiosité.

votre commentaire