Le Dernier Duel : l'écriture du scénario a été divisée par sexe, confie Matt Damon

Maeva Antoni | 27 juillet 2021 - MAJ : 27/07/2021 15:05
Maeva Antoni | 27 juillet 2021 - MAJ : 27/07/2021 15:05

Le Dernier Duel réalisé par Ridley Scott a vu le jour sous la plume d'un trio de scénaristes qui a utilisé une technique peu commune pour écrire le film.

La dernière collaboration de Matt Damon et Ben Affleck à l'écriture d'un scénario avait fait des étincelles puisque Will Hunting réalisé par Gus Van Sant leur avait valu l'oscar du meilleur scénario original. Vingt-quatre ans plus tard, ils ont remis ça pour Le Dernier Duel réalisé cette fois par Ridley Scott.

Si le réalisateur retrouve un univers de duel après son tout premier film Les Duellistes, le duo Damon-Affleck a tenté une nouvelle expérience, puisqu'en s'alliant avec Nicole Holofcener (réalisatrice et scénariste de All About Albert et Friends with Money), le trio a mis en place une technique étonnante de division des tâches pour l'écriture du scénario.  

 

Photo Jodie ComerJodie Comer

 

En effet, le trio a cherché à obtenir plusieurs points de vue sur l'événement raconté par le film : celui du duel entre Jean de Carrouges (Matt Damon) et Jacques Le Gris (Adam Driver). Ce dernier était accusé de viol par sa femme de Jean de Carrouges, Lady Marguerite (Jodie Comer).  À la manière du Rashômon d’Akira Kurosawa, Le Dernier Duel devrait donc raconter ce fait historique à travers une multitude de regards et donc d'interprétation, ici celle des trois personnages principaux.

Et c'est à ce niveau que la démarche d'écriture est plutôt intrigante puisque dans un entretien pour Entertainment Tonight, Matt Damon est revenu sur la méthode de travail particulière pour coller au mieux au regard féminin et masculin des personnages :  

 

PhotoUn duel au sommet

 

« C'est une histoire de points de vue. Il y a donc deux chevaliers et puis il y a Lady Marguerite. Ben [Affleck, ndlr] et moi avons donc écrit les points de vue masculins et Nicole Holofcener a écrit le point de vue féminin. C'est un peu l'architecture de ce film. On se disait : "Et si ça arrivait ?", et on écrivait des scènes différentes. Nous avions donc toutes ces scènes disparates et nous avons essayé de les assembler pour qu'elles ressemblent à un film. »

Un travail de longue haleine qui permet d’obtenir trois personnages bien distincts, influencés par la personnalité de son scénariste et surtout par son sexe, ce qui donnera un angle intéressant sur les événements. Une technique qui semble avoir porté ses fruits quand on voit la bande-annonce folle qui met très bien en avant le point de vue de Lady Marguerite et donne au film une perspective très moderne, l'intégrant carrément dans la réflexion actuelle à l'ère MeToo. En espérant que le film conservera bien cette sensation.

Alors que le film était initialement prévu pour le 25 décembre 2020 (mais la pandémie en a décidé autrement), Le Dernier Duel arrivera finalement sur les écrans le 13 octobre 2021. Il sera d’abord présenté à la Mostra de Venise en septembre dont vous pouvez retrouver le reste de la programmation dingue.

Tout savoir sur Le Dernier Duel

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
ESnake
29/07/2021 à 11:40

Le film est basé sur un fait historique français, avec des personnes/personnages français(es). Donc on ne dit pas lady, mais dame.
Et franchement, on s'en moque qu'un film soit écrit par une femme ou un homme, pour des femmes ou des hommes. L'important c'est que le film soit bon sans restreindre la créativité avec les codes moraux des uns et des autres.

Miglou a eu chaud
28/07/2021 à 12:17

@JR Ahaha parfait

JR
28/07/2021 à 10:52

@miglou fait genre

Nous voilà donc réconcilié, et je ne peux qu'être d'accord avec vous (comme quoi).

Miglou genre pingouin
28/07/2021 à 10:34

@JR
On pourrait dire en tombant dans la provocation que la Couleur pourpre ressort plutot du film sur la condition noire aux US peut importe que cela soit une femme ou un homme qu’un film sur une femme
Du coup mon avis ne change pas
Concernant Ridley vous avez lu trop vite : en fait il s’en fout du genre il est juste un meilleur cinéaste d’heroines que Steven et de loin
En tout cas ces 2 là ne sont pas des cinéastes de femme au sens de Truffaut de Kieslowski de Woody Allen (aïe !) de Pedro Almodovar etc

JR
28/07/2021 à 09:45

@metooglou

J'avoue que depuis hier, votre anecdote autant que votre avis (incroyablement éclairé) ont réussi à faire émerger une excroissance douloureuse située dans un lieu reculé de mon anatomie...

Réussir à dire que Spielberg n'est pas un "cinéaste de femmes" à l'opposé de Sir Ridley, en vous appuyant sur Jurassic Park, en illustrant avec une sélection de films choisis allant dans le sens de votre propos a tout simplement provoqué un rire nerveux. C'est sûr que si vous aviez choisis Black Rain, 1492 ou Blade Runner... c'était plus compliqué.... et puis Jurassic Park, où Laura Dern est une "pauvre femme passive et fragile"... évidemment, ça fonctionne mieux que si vous aviez cité Sugarland Express, ET, La couleur pourpre, Always... c'était plus compliqué pour aller dans le sens de Juliette (qui est une actrice formidable...mais qui est aussi allé s'abîmer dans des navets douteux).
Peut-être qu'avec un peu de hauteur, nous pourrions dire que Sir Ridley est un cinéaste de l'humain, qui raconte des histoires à hauteur d'hommes, oui, si ça vous chante... Steven Spielberg l'est tout autant.

J'ai hâte de lire des comparaisons entre Pasolini et M. Bay ou Youssef Chahine et les sœur Wachowski... vous m'êtes bien amusant.

JR
27/07/2021 à 20:54

@meglou (décidément)

Je vous recommande chaleureusement le documentaire Spielberg d'Hbo disponible sur OCS... Puis... Nous en reparlerons (ou pas).

alulu
27/07/2021 à 20:52

Rashômon ou pour les moins cinéphile comme moi, Basic de Mctiernan.

caribou
27/07/2021 à 20:15

@ chibrator Et ben prend une bonne douche et met de l'eau de cologne.

MeeGlou
27/07/2021 à 19:34

Avant même l’ère Metoo la notion de genre était véhiculée dans certains commentaires
Par exemple Juliette Binoche explique qu’elle a toujours refusé les rôles proposés par Spielberg au motif qu’il n’est pas un cinéaste de femme ! En comparant Trois couleurs Bleu de Kieslowski et Jurassic Park on ne peut que lui donner raison rétrospectivement ! La sensibilité de Spielberg n’est pas au top avec les femmes.
Ridley Scott ne partage clairement pas ce point et ceci depuis très longtemps (ère Jurassic metoo) avec Alien puis Thelma et Louise des films largement précurseurs de ce point de vue.
Du coup je ne sais pas si ce mode d’écriture aura le moindre impact au delà de l’argument dans le vent.
Par contre en regardant la filmographie de Ridley on peut se demander si la question du genre constitue un axe chez lui. Je le classerait plutot dans les cinéastes kubrickiens qui s’attachent plutôt à l’humanité globalement qu’au genre; de ce point de vue en faire un porte parole du cinéma féministe serait très réducteur

Simon Riaux - Rédaction
27/07/2021 à 17:40

@Lupanar

Vous nous en direz tant.

Plus
votre commentaire