Conjuring 3 : une scène avec un nouveau démon a été coupée du montage

Salim Belghache | 18 juin 2021 - MAJ : 18/06/2021 14:48
Salim Belghache | 18 juin 2021 - MAJ : 18/06/2021 14:48

Alors que Conjuring : Sous l'emprise du diable cartonne dans les salles, son réalisateur, Michael Chaves, a révélé la présence d'un nouveau démon dans le montage initial.

Le troisième opus de la saga Conjuring a fait une bonne entrée en matière au box-office américain et également français. La nouvelle aventure démoniaque où les démons ont l’habitude de s'épanouir met cette fois-ci en lumière un antagoniste humain possédé par le diable.

À l’inverse des deux précédents épisodes de la franchise, Conjuring : Sous l'emprise du Diable a fait des choix risqués qui semblent s’avérer payants pour l'instant. En tout cas, l’attrait du public pour Conjuring 3 a l’air de prouver la réussite de cette nouveauté. Néanmoins, ce choix n’a pas toujours été à l’ordre du jour du côté de la production du long-métrage.

 

photo, Vera Farmiga"Ils m'entraînent au bout de la nuit, les démons de minuit !"

 

Dans le podcast horrifique The Witching Hour de ColliderMichael Chaves, le réalisateur est revenu sur les projections tests de son long-métrage et a plus précisément évoqué la présence d’un démon au montage d’origine :

“Quand on a fait les projections tests, je pense que nous avons découvert que nous voulions que le film aboutisse à une résolution, à une explication facile qui a du sens. Le démon que nous avions était génial, intéressant et fidèle à la réalité, aux récits de David Glatzel et d'Arne Johnson, car ils ont tous deux décrit cette créature qui les hantait. Mais ça ne collait pas avec le film. C'était trop compliqué."

Visiblement, les spectateurs des projections tests ont pu profiter d’un beau démon que la version cinéma ne montre pas. Cette décision est assez similaire à celle prise par James Wan (le créateur de la saga) pour Conjuring 2 : Le cas Enfield. En effet, le démon était similaire à un Dracula cornu, tout l'inverse du design final de la Nonne :

 

photo, Patrick Wilson, Vera FarmigaC'est la salsa du démon, salsa du démon !

 

“En ce qui concerne les tests, le plus gros changement que nous ayons fait concernait le démon qui ne fonctionnait pas. C'était d’ailleurs le cas pour Conjuring 2. Je ne sais pas si vous le savez, mais Valak n’était pas La Nonne. Elle a été ajoutée en post-production.”

En fin de compte, ces choix de narration et de mise en scène proposent une vision plus ancrée dans la réalité. Surtout, que le film s’attaque de nouveau à une véritable aventure vécue par Ed et Lorraine Warren. Il s’agit plus précisément de l’affaire Arne Johnson, baptisée par la presse “le procès du démon”.

Une histoire exceptionnelle dans laquelle un homme soupçonné de meurtre plaide la possession démoniaque comme ligne de défense. En attendant de voir une suite avec d’autres démons (on a notre idée sur la question), Conjuring : Sous l’emprise du Diable joue dans les salles de cinéma depuis le 9 juin 2021. Pour vous faire un avis, vous pouvez vous plonger dans notre critique écrite du film, mais aussi notre critique vidéo, un peu plus élogieuse.

Tout savoir sur Conjuring : Sous l'emprise du Diable

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Salim Belghache - Rédaction
18/06/2021 à 14:54

Bonjour, alors oui c'est bien la même entité, c'est juste que Michael Chaves s'est exprimé comme ça. On a apporté une petite précision, juste au-dessus de la citation en question pour que ce soit plus clair :)

L'autre
18/06/2021 à 14:31

Heu Valak et la Nonne c'est la même entité non ?c'est juste un choix d'incarnation pour ébranler les Warren dans leur foi....ou j'ai rien compris (c'est fort possible aussi^^...)

votre commentaire