Cannes 2021 : Netflix et le festival vont-ils enfin se réconcilier ?

Alexandre Janowiak | 27 avril 2021 - MAJ : 27/04/2021 11:52
Alexandre Janowiak | 27 avril 2021 - MAJ : 27/04/2021 11:52

La relation entre le festival de Cannes et Netflix est toujours aussi compliquée, mais l'année 2021 pourrait bien changer la donne.

Entre Cannes et Netflix, c'est un peu "Je t'aime moi non plus". Depuis 2017 et la présentation en grande pompe de Okja de Bong Joon-ho et The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach en compétition, la plateforme n'a plus jamais remis les pieds sur la Croisette. La raison ? Le cri de rage des exploitants de cinéma français contre Cannes et une petite modification du règlement du festival exigeant que "tout film qui souhaitera concourir en compétition à Cannes devra préalablement s'engager à être distribué dans les salles françaises".

Or, avec la chronologie des médias en vigueur en France, cela obligerait Netflix à intégrer ses films à son catalogue de streaming seulement trois ans après leur sortie en salles. Refus catégorique pour le N rouge, qui a donc évité le Festival de Cannes et préféré se rendre à Venise, où aucune règle de la sorte n’existe (et où la plateforme a empoché le Lion d'or en 2018 d'ailleurs avec Roma). Évité, car Netflix aurait également refusé en 2018 et 2019 de n'être présent qu'en hors-compétition (ce que le règlement cannois autorise), la plateforme voulant que ses films "soient traités comme ceux de n'importe quel autre cinéaste".

Bref, depuis, si Thierry Frémaux, le délégué général du festival, a affirmé que le dialogue continuait bien entre les deux parties, difficile de voir une porte de sortie où les deux se mettraient d'accord. À moins que 2021 change la donne ?

 

Photo Anna Paquin, Holly Hunter28 ans après La leçon de piano et 12 ans après Bright Star, retour en compétition pour Jane ?

 

En effet, selon les informations de Variety, The Power of the Dogle nouveau film de Jane Campion, seule réalisatrice récipiendaire de la Palme d'or en 1993 pour La Leçon de pianoet distribué par Netflix, serait dans les petits papiers du festival pour rejoindre la sélection de l'édition 2021. Et si le média américain ne s'avance pas sur une présence en compétition officielle (où un accord devrait être trouvé sauf changement de règlement) ou en hors-compétition (ce que le festival accepte), on peut supposer qu'il est bien informé, à l'image des années précédentes.

Par ailleurs, si Netflix affirmait en 2018, via son directeur des contenus Ted Sarandos, que seule une sélection en compétition serait acceptée (ou alors du hors-compétition si certains de leurs films étaient en compétition), la plateforme semble avoir changé d'avis. En effet, elle devait déjà faire son retour à Cannes en 2020 avec Da 5 Bloods : Frères de sang de Spike Lee qui, en tant que président de l'édition 2020 (et finalement 2021), devait présenter son film en hors-compétition, avant que l'événement ne soit annulé à cause de la pandémie.

 

photo, Delroy Lindo, Clarke Peters, Isiah Whitlock Jr.Da 5 Bloods aurait du signer le retour de Netflix sur la Croisette en 2020

 

Ainsi, on peut supposer que la porte est ouverte pour Netflix à Cannes, d'autant plus en cette année 2021. Après tout, Thierry Frémaux l'a avoué lors d'une multitude d'interviews, il porte un grand intérêt pour la plateforme et les films qu'elle produit ou distribue. On sait que Frémaux avait tout tenté pour The Irishman en 2019 (en vain, le film n'étant pas terminé) ou Roma en 2018 (en vain, à cause de la règle).

Réfugié à Venise, le film avait reçu le Lion d'or et le délégué général avait alors avoué à demi-mot aux Inrocks qu'il regrettait de ne pas avoir sélectionné en compétition le film d'Alfonso Cuarón, faute à une règle dont il ne savait plus "vraiment quoi faire". Et si la règle est toujours là trois ans plus tard, la situation inédite (avec la crise sanitaire) pourrait peut-être laisser des passe-droits.

 

PhotoRoma, le grand absent de Cannes en 2018

 

Indiscutablement, la plateforme contient en effet nombre de longs-métrages qui ont la carrure pour intégrer la compétition et concourir pour la Palme d'or. Si c'est bien le cas du nouveau film de Jane Campion, qui racontera l'histoire de l'affrontement de deux frères dans le Montana des années 20, Netflix arbore aussi fièrement le biopic Blonde d'Andrew Dominik (passé en compétition par Cannes en 2012 avec Cogan : Killing Them Softly) ou le mystérieux The Hand of God de Paolo Sorrentino, grand habitué de Cannes (six de ses huit films ont concouru pour la Palme).

Et si compétition il n'y a pas, le remake huis-clos The Guilty d'Antoine Fuqua avec Jake Gyllenhaal ou le thriller conspirationniste Beckett de Ferdinando Cito Filomarino avec John David Washington et Alicia Vikander pourraient faire une belle montée des marches en hors-compétition.

Il y a donc de la place pour Netflix et difficile de ne pas avoir envie de découvrir certains de ces longs-métrages dans le Palais des festivals cannois. Reste à savoir si la plateforme et Cannes réussiront à trouver un accord malgré les règles en vigueur. Affaire à suivre...

Tout savoir sur Netflix

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Shag on !
28/04/2021 à 11:32

@ Alexandre Bahloul

... il est pas fini, donc on peut espérer 7h83.
Et il pourra commencer le chapitre 3 ( après une version uncut en DVD et l'intégralité des rush en bonus )

Alexandre Bahloul
27/04/2021 à 21:53

@Shag on !

Mektoub My Love Intermezzo, un film de 3h74 ? J'ai encore plus envie de le voir maintenant, c'est la confirmation que pour sûr c'est un film qui va dépasser les limites du réel !

Shag on !
27/04/2021 à 18:32

@ Simon Riaux

Oui, c'était davantage une réaction de cinéphile frustré qu'un contre-argument.
(" Ni l'un ni l'autre ne sont des films conçus pour ne pas sortir en salles", ça fait beaucoup de négations mais j'ai compris )

Il me semblait que "Mektoub..." avait des problèmes de droits.
( pas fini à Cannes, pas fini l'année suivante, 3h74 de film, ça devient pipolo pis Paulette )
En même temps, un intermezzo, ça n'a de sens qu'entre 2 éléments.
(faudrait la partie 3 pour que la 2 ait un sens)

Donc oui, les 2 étaient conçus pour sortir en salles ( sauf le pas fini ) ;
Cheers !

Simon Riaux - Rédaction
27/04/2021 à 17:27

@Rayan

Si baissage de pantalon il devait y avoir, il ne serait pas vraiment du côté de Cannes, qui a été le premier festival d'ampleur internationale à inviter les productions des plateformes, et au sein de sa compétition officielle.

Il viendrait plutôt des exploitants, qui ont bloqué le processus.

Rayan
27/04/2021 à 17:16

Quel accord ? Netflix n'acceptera jamais que son publique français patiente après tout le monde pour un film N même si c'est 2 mois

Moi j'appellerai plutôt ca un baissage de froc en règle pour les mr de Cannes haha

Simon Riaux - Rédaction
27/04/2021 à 16:45

@Shag on !

Ce qui est très différent. Ni l'un ni l'autre ne sont des films conçus pour ne pas sortir en salles.

Le premier n'est tout simplement pas terminé, et le second n'a pas trouvé de distributeur salles. Il n'a pas été commandé par une plateforme, qui aurait voulu bénéficier de la même vitrine cannoise que des prods prenant plus de risques lors de leur fabrication.

Shag on !
27/04/2021 à 16:33

" Mektoub, my love : Intermezzo " d'Abdellatif Kechiche
"Le livre d'images " de Jean-Luc Godard.

Sélection officielle de Cannes 2019 et jamais sortis en salles.
"L'engagement à sortir en salles ", c'est relatif. Y'a parfois des problèmes pour distribuer ensuite...

votre commentaire