Anthony Powell : le légendaire créateur des costumes d’Indiana Jones est décédé

Antoine Desrues | 20 avril 2021
Antoine Desrues | 20 avril 2021

Le costumier Anthony Powell est décédé à l’âge de 85 ans. Il laisse derrière lui une carrière riche, allant de Cukor à Spielberg en passant par Polanski.

On lui devait le design iconique d’Harrison Ford dans l’un de ses rôles les plus fameux. Anthony Powell, le célèbre costumier d’Indiana Jones et le Temple maudit et de La Dernière croisade, est décédé ce 18 avril 2021, à l’âge de 85 ans. L’information a été révélée par la Costume Designers Guild dans un post Facebook dans la soirée du 19 avril.

Né en 1935 à Manchester, Anthony Powell a commencé sa riche carrière dans le théâtre, avant de se tourner vers le cinéma. Dès son deuxième long-métrage, Voyages avec ma tante de George Cukor, le costumier a remporté l’Oscar pour ses conceptions. Un exploit qu’il a d’ailleurs répété à deux autres reprises, avec Mort sur le Nil de John Guillermin et Tess de Roman Polanski. S’en est suivie une longue et fructueuse collaboration avec le réalisateur de Rosemary's Baby, qu’il a accompagné sur plusieurs de ses films (PiratesFrantic et La Neuvième porte).

 

photoUne séquence mythique qui doit beaucoup au travail d'Anthony Powell

 

À vrai dire, il peut même paraître difficile de résumer l’impressionnant pedigree de l’artiste, qui a au fil du temps à travailler avec les plus grands, de Robert Altman (Buffalo Bill et les Indiens) à Steven Spielberg (Indiana Jones 2 et 3, Hook) en passant par William Friedkin (Le Convoi de la peur) et Guy Hamilton (Meurtre au soleil).

Que ce soit au travers des adaptations d’Agatha Christie ou des aventures de notre archéologue préféré, Anthony Powell a su donner vie et corps à des personnages souvent bigger than life, trouvant un juste équilibre entre un sens de la théâtralité et un certain réalisme. Il a notamment beaucoup contribué à la création de la séquence introductive du Temple maudit, et son numéro mythique de musical, sans parler du fait qu’il a repensé le design du Fedora porté par Harrison Ford, pour un résultat qui a marqué des générations de spectateurs.

 

Photo David Niven, Peter Ustinov, Bette DavisMort sur le Nil, et le deuxième Oscar du costumier

 

Par ailleurs, tout le talent d’Anthony Powell a su se traduire dans la tâche ardue d’adapter en live-action Cruella d’Enfer dans Les 101 Dalmatiens de Stephen Herek. Le costumier a embrassé la dimension cartoon du personnage, tout en offrant un écrin parfait pour la performance grandiloquente de Glenn Close.

Et pour célébrer le travail de ce grand monsieur de l’ombre, vous pouvez retrouver notre vidéo sur Indiana Jones et le temple maudit, un volet bien trop sous-estimé à notre goût.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Tuyen
22/04/2021 à 14:34

Je viens de relire mon précédent message et je constate que je raconte vraiment n'importe quoi.

Ethan
22/04/2021 à 13:11

@Tuyen
T'as pas tord

Ethan
22/04/2021 à 13:08

Le meilleur d'indy c'est cette photo

Glowy
20/04/2021 à 21:34

+ 1 @Eddie Felson

Eddie Felson
20/04/2021 à 20:26

@Tuyen
Certains ont plus de talent que d’autres, comme dans tous les domaines! Il a su laisser son empreinte dans son domaine de compétence ce qui est du registre de l’exception. Le « c’est juste un gars qui... » est aussi réducteur que ridicule. D’ailleurs, remet-on un Oscar à n’importe qui? Non. Et toi, t’es-tu fait un nom dans ton métier ou dans un champ de compétence quelconque ou es-tu « juste un gars » comme il y en a tant d’autres, interchangeable et anonyme... comme moi... comme toi à n’en point douter.

Tuyen
20/04/2021 à 19:44

Euh... L'adjectif "légendaire" est peut-être un peu exagéré là... Loin de moi l'idée de dénigrer le travail d'une personne, décédée qui plus est, mais il faut garder les pieds sur terre quoi. Le roi Arthur et les chevaliers de la Table ronde, ça c'est une légende. Anthony Powell, c'est juste un gars qui bosse dans l'industrie du cinéma. Voilà.

votre commentaire