Entre la Covid et Disney+, Raya et le dernier dragon déçoit pour son démarrage au box-office

Antoine Desrues | 8 mars 2021 - MAJ : 09/03/2021 16:44
Antoine Desrues | 8 mars 2021 - MAJ : 09/03/2021 16:44

Profitant d’une sortie simultanée en salles et sur Disney+ aux US, Raya et le dernier dragon a connu un démarrage mollasson, qui devrait inquiéter les exploitants.

Durant un été 2020 en pleine crise sanitaire, Disney a profité de sa nouvelle plateforme de streaming pour y sortir directement son remake de Mulan. Malgré le coût supplémentaire de 30 dollars demandé aux abonnés de Disney+, le pari aurait réussi à la firme. Cependant, le film de Niki Caro est tout de même sorti en salles sur d’autres territoires, à commencer par la Chine, qui a méchamment boudé cette proposition, par ailleurs sujette à polémiques.

 

 

Pour la deuxième fois (et sans doute pas la dernière), Disney a exploité cette double fenêtre de sortie avec son film d’animation Raya et le Dernier Dragon. Disponible sur Disney+ pour 30 dollars, le long-métrage a également pu profiter d’une visibilité dans les salles obscures, y compris sur 2 045 écrans américains (les vaccinations permettant aux cinémas de rouvrir progressivement aux US).

 

photoPrêts ? Partez !

 

La bonne nouvelle, c’est que pour son premier week-end d’exploitation, Raya a dominé le box-office américain. La mauvaise, c’est qu’il n’a récolté que 8,6 millions de dollars, une somme bien insuffisante au vu de la nature de poids lourd du long-métrage. Lancé dans pas moins de 23 territoires (dont la Chine sur laquelle le film compte beaucoup), le film a en tout collecté 26,2 millions de dollars.

À vrai dire, le score de ce blockbuster familial a de quoi inquiéter les exploitants de salles, surtout après les chiffres bien plus encourageants de Tom & Jerry. Sur la même période, le film de Tim Story a amassé 14,1 millions de dollars de recettes sur le sol américain, amenant Raya à seulement 41% du chiffre de son concurrent.

 

photoRaya vs Covid

 

D’un autre côté, il faut comprendre que le long-métrage porté par Kelly Marie Tran (au doublage) a été boycotté par une partie de l’industrie. En effet, certaines chaînes de multiplexes, dont Cinemark (le troisième réseau du pays) ont refusé de diffuser Raya compte tenu de la stratégie de Disney, qui a clairement décidé de mettre en avant sa plateforme de SVoD.

On pourrait s’étonner de ce traitement, surtout lorsqu'on sait que les films estampillés Warner (dont Tom & Jerry) ont profité d’une sortie simultanée en salles et sur HBO Max, sans coûts supplémentaires. En réalité, après avoir subi les foudres d’une grande partie de l’industrie, Warner a quelque peu revu sa copie, et a signé des contrats avec les exploitants, afin de leur dédommager une partie des gains perdus dans cette double fenêtre. Disney, en revanche, n’a rien fait de la sorte.

Derrière l’argument assez fallacieux du “choix offert au spectateur”, Disney a eu tout intérêt à sortir sa production en premium sur son service de streaming, tout simplement parce que la firme peut ainsi récupérer 100% de l’argent de son public. Avec une sortie en salles, la multinationale devrait partager les recettes avec plusieurs intermédiaires, à commencer par les exploitants. D’après Deadline, un achat de Raya sur Disney+ à 30 dollars serait équivalent en termes de revenus à cinq ou six tickets de cinéma.

 

photoMushu 2.0 ?

 

Dès lors, si Raya peut être considéré comme un échec au box-office traditionnel d'un point de vue traditionnel, impossible de savoir ce qu’il en est sur Disney+, car la société s’est bien privée jusque-là de partager ce type d’informations. En tout cas, malgré ses scores décevants en salles, Mulan a été considéré par Disney comme un succès en streaming, et le fait que la même stratégie ait été réemployée sur Raya tend à le prouver.

Pour ce qui est de la France, Raya et le dernier dragon devrait avoir droit à une sortie exclusivement en salles. Pour le moment, le film est toujours programmé pour le 14 avril, même si la crise sanitaire pourrait avoir une incidence sur cette date (encore).

Tout savoir sur Raya et le dernier dragon

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Simon Riaux - Rédaction
29/03/2021 à 18:44

@Joey

Vous pouvez tout à fait vous permettre (mais on les trouve quand même drôles).

Joey
29/03/2021 à 18:41

Je peux me permettre de vous dire que les légendes des images sont presque toujours lourdes et pas drôles ?

Yazuiko
20/03/2021 à 14:26

Perso moi je le trouve excellent

Kaijul
09/03/2021 à 22:43

Dès lors que l'on donne le choix entre mettre son cul rivé sur le fauteuil du salon ou se déplacer pour aller voir le film même si c'est dans les meilleurs conditions, le grand pubmic choisira plutôt la fainéantise.

Ces majors ont cassé quelque chose qu'ils ne pourront plus réparer et ce même si ils font machine arrière, une grande part du public ne suivra pas et boycotteront.

Je pense que cette crise tuera la cinéma tel que l'on a connu. Aujourd'hui on présentera du contenu et non plus un film ou une œuvre

Micju
09/03/2021 à 22:11

Moi j’habite au Canada donc je l’ai payé.

Tonto
09/03/2021 à 13:56

@Pote On a le choix entre le piratage et l'hypocrisie, quoi.
Personnellement, je n'attends qu'une chose, c'est de pouvoir "régulariser" ma situation en fonçant le voir au cinéma dès que ce sera possible.

En attendant, non, je n'ai aucun scrupule à dire que j'ai piraté le film, puisque c'est la seule issue que nous laisse le gouvernement en refusant bêtement de rouvrir les salles, ce qui aurait dû être fait depuis une éternité, et que nous laisse Disney en refusant de sortir le film sur Disney+ en France (même en Belgique, il est dispo).
Je ne vois pas pourquoi on devrait la fermer sous prétexte que des gens déconnectés de toute réalité nous empêchent d'avoir accès à certaines œuvre culturelles comme les autres pays...

Donc perso, je continue à rappeler à ceux qui veulent m'écouter que le piratage n'est pas une bonne chose, mais en attendant si c'est le seul recours que j'ai pour continuer à vivre normalement, tant pis, je me l'autorise exceptionnellement.
On va pas faire nos hypocrites, on sait très bien qu'une écrasante majorité pirate à plus ou moins haute dose. A un moment, c'est peut-être plus les pirates qu'il faut remettre en cause mais le système.
Typiquement, depuis que j'ai Netflix et Disney+, j'ai arrêté de pirater, donc c'est quand même que le système a su s'adapter en partie. Mais de temps en temps, une décision idiote de certains dirigeants nous force a retomber, c'est comme ça. Je n'en tire aucune gloire, personnellement, mais je n'en ai pas spécialement honte non plus. Si j'avais eu le choix entre le piratage et le cinéma ou entre le piratage et Disney+, ça aurait été différent, bien sûr...

Pote
09/03/2021 à 11:17

C’est une blague tous ces commentaires qui émettent un avis sur le film sans scrupule ? Alors soit tous ces gens habitent aux USA ou autres territoires où le film y est disponible, soit cela s’appelle du p i r a t a g e et c’est strictement interdit par nos lois. Donc à minima, il serait de bon temps de faire profil bas et ne pas indiquer qu’on a vu le film...

Tonto
08/03/2021 à 23:37

Sur la plate-forme ou dans les salles, j'espère tout au moins qu'il finira par faire un beau score parce qu'on tient là le meilleur Disney depuis Raiponce, grandiose, épique et enchanteur. On est sur du très gros calibre made in Disney, là, j'espère qu'il aura un bon bouche à oreille !

En tous cas, dès qu'il sort au cinéma, quand notre gouvernement aura fini de faire n'importe quoi, je fonce acheter ma place, et plutôt deux fois qu'une !

GTB
08/03/2021 à 23:20

En quoi l'argument "au choix du spectateur" est fallacieux? Ce qui est assez factuel, même si l'intention derrière est de prendre une meilleure part, les spectateurs ont le pouvoir de déplacer leur cul jusqu'à la salle. Juste parce que Disney ne le met que sur Disney+?
Donc si le film sortait à la fois en salles et sur toutes les plateformes de VOD et en BluRay, ça serait plus acceptable pour les exploitants? Hm j'ai comme un doute là.

Inutile de présenter la chose comme si c'était un combat du vénal contre l'artistique. Des deux côtés ça combat pour la thune avant tout. Les exploitants défendent leur part du gâteau, leur monopole d'ouverture du bal pour les films. Qu'il soit fallacieux ou honnête, ça ne change pas grand chose, c'est l'argument même du "choix au spectateur" qui les emmerde parce que ça touche directement à leur gagne-pain.
On notera au passage la foi et l'amour spectaculaire envers la salle, entre le fait de craindre pour la survie de la salle si elle ne garde pas son monopole; et la docilité soudaine quand on verse le manque à gagner.

Tout comme dans le combat Epic Games vs Apple; il y a pas un bon chevalier blanc et un grand méchant. Il y a 2 business qui tirent une couverture en forme de bifton. Et je ne dis pas que c'est mal, ou incompréhensible. Juste qu'il ne faut pas se méprendre sur les exploitants. Tout comme Disney, c'est leur portefeuille qu'ils défendent; pas le spectateurs.

Pseudo
08/03/2021 à 20:47

Le cinoche est mort et enterré

Plus
votre commentaire