Disney+ reconnaît encore le racisme de Peter Pan, Dumbo, Les Aristochats

La Rédaction | 16 octobre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 16 octobre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Disney a rajouté un long avertissement pour le contenu jugé raciste de films, comme Peter Pan, Dumbo et Les Aristochats.

Mickey a remis une pièce dans la machine de la fameuse bien-pensance et dictature du politiquement correct qui anime tant de débats. Presque un an après son lancement aux États-Unis en novembre 2019, où de nombreux films d'animation culte étaient accompagnés d'un court message d'avertissement sur le contenu potentiellement offensant, Disney remet une couche avec une mise à jour bien plus détaillée sur les accusations de racisme.

Disney+ a désormais une page dédiée, intitulée Stories Matter, ce qui annonce d'emblée l'idée que les histoires dans les films et dessins animés ont une valeur, qui mérite d'être soulignée. Dumbo, Les Aristochats ou encore Peter Pan sont concernés par ce message, qui souligne à quel point la vision de ces classiques est datée.

 

photoAllégorie des débats sur la question de la représentation

 

L'avertissement en question :

"Ce programme inclut des représentations négatives et/ou maltraitances de gens ou cultures. Ces stéréotypes étaient faux à l'époque et sont faux aujourd'hui. Plutôt que de retirer ce contenu, nous voulons reconnaître son impact nocif, en tirer des leçons et nourrir des conversations pour créer ensemble un futur plus inclusif. Disney est engagé dans la création d'histoires avec des thématiques inspirantes et ambitieuses, qui reflètent la richesse de l'expérience humaine à travers le monde."

La page Stories Matter détaille ensuite des exemples très précis de stéréotypes, à commencer par Les Aristochats :

"Le chat est dépeint comme une caricature des gens de l'Asie de l'Est, avec des traits stéréotypés exagérés comme des yeux bridés et des dents proéminentes. Il chante avec un mauvais accent anglais, avec la voix d'un acteur blanc, et joue au piano avec des baguettes".

 

photoIl jouait du piano avec des baguettes

 

Les corbeaux de Dumbo sont eux aussi cités. Disney+ explique qu'ils sont mis en scène en hommage aux spectacles racistes de l'époque, avec les acteurs blancs et leurs blackfaces. Le chef des oiseaux est appelé Jim Crow, ce qui renvoie bien sûr aux lois Jim Crow, dans le cadre de la ségrégation entre 1877 et 1964, pour limiter les droits des Afro-Américains - accès restreint aux hôpitaux, écoles, transports, restaurants, cinémas, etc.

Dans Peter Pan, c'est la représentation des Amérindiens qui est commentée. La page cite aussi Les Robinsons des mers du sud, un film Disney où les pirates sont un stéréotype des étrangers, type pot-pourri Asie/Moyen-Orient, avec des maquillages "visage jaune" ou "visage marron", et des costumes ridicules.

 

photoOiseaux de mauvais augure

 

Le sujet de la représentation est de plus en plus tendu. Le cas Autant en emporte le vent a été particulièrement chaotique : lors du lancement de HBO Max, et suite notamment à une lettre ouverte de John Ridley (scénariste de 12 Years a Slave) dans le Los Angeles Times, Warner Bros. avait décidé de retirer le film de Victor Fleming de la plateforme, le temps de lui ajouter une introduction d'explications historiques. Entre un sujet brûlant, la peur de voir les classiques du cinéma censurés, et la communication pas très claire de Warner, le cas Autant en emporte le vent a créé de vifs débats.

Depuis, l'affaire a eu des répercussions. Le groupe Sky Cinema avait par exemple ajouté des avertissements sur Aliens, le retour, Flash Gordon, Aladdin et bien sûr Autant en emporte le vent, citant « des représentations culturelles, des attitudes et des niveaux de langages susceptibles d’offenser les spectateurs d'aujourd’hui »

Le coup fatal et officiel est venu de l'Académie des Oscars, qui a changé les règles pour encourager/forcer la diversité, devant et/ou derrière la caméra. Pour être éligibles comme meilleur film, les longs-métrages devront désormais respecter au moins deux de quatre nouveaux standards de diversité : à l'écran et dans l'histoire ; dans l'équipe technique ; dans la formation et l'accès à l'industrie cinématographique ; au sein de l'équipe chargée du développement et de la sortie.

Tout savoir sur Disney

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Chaud Paine aouaire
20/10/2020 à 11:55

C'est fou le nombre de gens qui viennent pleurnicher pour se plaindre que les gens pleurnichent.

JarJarBlingBling
20/10/2020 à 11:51

Disney va bientot se mettre à la lessive. Une lessive qui lave plus blanc que blanc ...
Abattons ces monuments, brulons ces livres, détruisons ces oeuvres, refaisons ces contes pour enfant ...

Je ne vois rien de raciste au fait qu'un chat joue du piano avec des baguettes. Les chinois eux memes attrapes des mouches avec cet ustensile dans certains films.

La nouvelle génération qui pleurniche dés la moindre pets de travers : insta, twitter, facebook et j'en passe.

Tu peux plus t'exprimer au risque de perdre la tête .. c'est du délire ! ce monde devient fou.

Exomor
19/10/2020 à 19:26

Quand est-ce que la Universal et la Hammer vont présenter des excuses pour le racisme anti Roumanie des Dracula ?

pc
19/10/2020 à 15:34

Insupportable. Ca devient n'importe quoi depuis un moment malheureusement.

Opale
18/10/2020 à 10:18

@yensid, merci vieux, c'est un parfait résumé!!!

Johnny John
18/10/2020 à 09:13

Très bien de la part de Disney, le message explicatif est clair

Et oui le chat des aristochat : c'est raciste

Noel Flantier
17/10/2020 à 20:50

Et netflix, c’est quand qu’ils présentent leurs excuses pour la représentation raciste des français dans Emily in Paris ?

Rorov94
17/10/2020 à 17:13

Madame Goldstein joue aussi dans TITANIC (la maman qui borde ses 2 enfants quand le navire coule).
Actrice rare et sublime.
Qui doit mal prendre le fait d'être traitée de raciste.
Un peu comme Hattie Mc Daniels qui doit faire des saltos dans sa tombe en ce moment...

Yensid
17/10/2020 à 16:20

DISNEY, désormais grossiste en produits garantis hypoallergéniques (convient aux antiphobes de toutes catégories). Fortement déconseillés aux cinéphiles...

Bubble Ghost
17/10/2020 à 12:42

Flash@... Near Dark. Exact. Je l'avais oublié celui là. Un des trois films de vampires des années 80, qui ont rafraichi et révolutionné un genre, presque aussi vieux et poussiéreux que le cinéma lui même ^^

Plus
votre commentaire