Disney+ prévient : Dumbo, Peter Pan et d'autres classiques sont potentiellement sulfureux en 2019

La Rédaction | 14 novembre 2019 - MAJ : 14/11/2019 18:00
La Rédaction | 14 novembre 2019 - MAJ : 14/11/2019 18:00

Disney+ prévient le public que certains films cultes ont une vision du monde potentiellement désuète. Histoire d'éviter quelques polémiques ?

L'Empire Mickey contre-attaque, et le premier coup ne passe pas inaperçu. Entre de belles annonces côté nombre d'abonnés et bourse, des scènes inédites d'Avengers : Endgame, et la série Star Wars The Mandalorian, qui a charmé pas mal de monde y compris nous, le service de SVoD Disney+ occupe les esprits cette semaine.

Et un détail de taille a attiré l'attention des abonnés à Disney+ : un avertissement associé à des dessins animés cultes comme Le Livre de la Jungle, Dumbo, La Belle et le Clochard, Peter Pan, ou encore Fantasia. Un message qui prévient le public qu'il est face à un film potentiellement gênant : "Ce programme est présenté tel qu'il a été créé à l'origine. Il pourrait contenir des représentations culturelles dépassées".

 

photoDerrière l'innocence, l'ombre du business

 

Un autre message avant le début de certains films présente ces œuvres comme des "produits de leur temps. Ils peuvent représenter des préjudices ethniques et raciaux qui étaient alors communs dans la société américaine. Ces représentations étaient fausses à l'époque et sont fausses aujourd'hui. Si ces dessins animés ne représentent pas la société d'aujourd'hui, ils sont montrés tels qu'ils ont été créés à l'origine. Parce que le contraire serait comme prétendre que ces préjudices n'ont jamais existé."

Pourquoi un tel message ? Parce que des films conçus et vus dans les années 40, 50, ou 60, contiennent sans nul doute des personnages, des scènes ou des dialogues qui pourraient être perçus comme problématiques en 2019, d'un point de vue racial notamment.

Pourquoi est-ce significatif ? Car le studio a conscience que son catalogue peut sembler daté et désuet dans un monde qui a tant évolué, et où les représentations (raciales, sexuelles...) ont donc beaucoup changé. Le public contemporain pourrait voir matière à polémique, et Disney se pare donc d'une barrière de bonne conscience politique, par prévention.

Pourquoi sur ces films plus que d'autres ? La question se pose, et Disney n'a pas (encore) officiellement communiqué sur le sujet.

 

photoLes oiseaux de la discorde

 

L'une des scènes les plus emblématiques de ces critiques est dans Dumbo : l'allusion à Jim Crow (corbeau, en anglais), surnom raciste donné aux noirs et tiré des Lois Jim Crow, lors de la ségrégation. La chanson Song of the Roustabouts met aussi en scène des esclaves noirs sans visage, qui chantent leur manque d'éducation et leur penchant pour l'alcool.

Les Aristochats et Peter Pan sont aussi considérés comme remplis de clichés sur les personnes asiatiques et amérindiennes.

 

Photo génieLui y a échappé

 

Un film est justement absent de la plateforme, sans surprise : Mélodie du sud, de Harve Foster et Wilfred Jackson. Sorti en 1946, ce film situé dans une Amérique post-Guerre de Sécession est l'une des productions Disney les plus sulfureuses, qui maintient des stéréotypes sur les Afro-Américains passifs, faibles et naïfs. Le film a fait l'objet de nombreuses études, soulevé des questions sur Walt Disney, sur le racisme ordinaire et involontaire lié à une époque.

Bob Iger, boss de Disney, avait lui-même reconnu il y a des années que Mélodie du sud était sûrement condamné à disparaître - ce qui serait logique vu qu'il n'a même pas eu droit à une sortie DVD.

Ce message a créé des débats parmi les spectateurs, entre ceux qui remercient le studio d'affronter cette question épineuse, et ceux qui interrogent la responsabilité de Disney, de garder certaines scènes dans des films qui seront massivement consommés par les plus jeunes, pas forcément capables de saisir la différence entre les époques.

 

photoQuand la petite souris vient te calmer

 

commentaires

Numberz
16/11/2019 à 20:41

A Bruce. Ouaip pour cette scène OK, mais si ils veulent changer d'autres comme cela semble se profiler pour certains dessins animés. Mais oui, le petit écriteau est vraiment quelque chose plein de bon sens.

Madolic
15/11/2019 à 14:33

Pas de censure mais un avertissement et une recontextualisation, best strategy ever !

Rorov94M
15/11/2019 à 11:34

Message d'information légitime et juste.
C'est mieux que de censurer.
Avec de la pédagogie en plus...

Adam
15/11/2019 à 09:24

dingue. J'ai (re)decouvert dumbo l'an dernier afin de pouvoir mater le film de burton. Et le truc qui m'a le plus deranger n'etait pas les cordeaux que je trouvais sympatiques mais les 10minutes de delires psychedeliques avec les elephants qui ressemblent à des démons.

brucetheshark
15/11/2019 à 08:19

@Numberz, vu ce que cette scène raconte rien que visuellement, bon courage pour lui faire dire autre chose via les doublages ^^'

Numberz
14/11/2019 à 22:06

@ simon : effectivement, il serait plus simple et invisible à supprimer une scène post gen que dans le film. Après il est clair qu'on va en revenir sur le politiquement correct, le rapport aussi entre un réal, un producteur qui agit mal et une œuvre peuvent ou doivent être dissociés. Bravo d'ailleurs pour votre papier sur Polanski.

@geoffrey voilà c'est ce qui me fait peur, une scène enlevée du produit original. Est ce que de refaire le doublage ne serait pas le meilleur compromis...

Futuriste
14/11/2019 à 20:32

Le politiquement correct finira par tuer les démocraties, les peuples en on marre de la bienpensances, les quotas et toutes les conneries dictées par les communautés sur Twitter. Le nationalisme est en marche.

Gemini
14/11/2019 à 20:12

Les biens pensants qui veulent effacer ou modifier d'anciennes œuvres sont des idiots.

Perso je suis plutôt support physique (dvd/Br) et au moins eux ils ne seront pas censurés.

Geoffrey Crété - Rédaction
14/11/2019 à 19:04

@Numberz

C'était apparemment la rumeur sur la scène en question de Dumbo. Mais pas sûr que ça ait été plus que ça...

Simon Riaux - Rédaction
14/11/2019 à 19:04

@Numberz

Là de mémoire, il me semble que la suppression de scènes, c'est seulement le cas de Toy Story 2.
Je trouve le procédé regrettable, mais il faut admettre que la situation est un peu particulière. La scène en question est un gag post-générique dans lequel un personnage secondaire joue de son "autorité" pour essayer d'abuser sexuellement d'un autre.
Or, c'est à peu de choses près ce dont a été accusé le réalisateur du film, John Lasseter...

Plus

votre commentaire