L'héritière de Walt Disney critique la gestion honteuse des gros sous chez Disney

Marion Barlet | 23 avril 2020 - MAJ : 23/04/2020 17:33
Marion Barlet | 23 avril 2020 - MAJ : 23/04/2020 17:33

Abigail Disney, la nièce du fondateur Walt, passe au lance-flammes la gestion de l'entreprise en période de coronavirus.

Ce n'est pas la première fois que l'héritière émet des critiques violentes et engagées. En 2019, Abigail Disney s'en est prise aux inégalités salariales au sein de la boîte. La philanthrope et documentariste américaine, qui ne travaille pas dans l'entreprise aux grandes oreilles, avait jugé "dément" l'écart de revenus entre le PDG Robert Iger et les employés. Elle travaille depuis plusieurs années sur les rouages du capitalisme et ses conséquences équivoques, et pas question pour elle d'épargner la société dont elle porte le nom.

La nièce de Walt revient au front en cette période économiquement troublée par la pandémie. Disney a perdu pas mal de points en bourse et a licencié une partie de ses travailleurs, en priorité ceux de Lucasfilm, Marvel, Pixar et la Fox, ainsi que les employés des parcs d'attraction - fermés jusqu'à nouvel ordre.

 

photoLucasfilm en première ligne des sacrifiés

 

La situation a paru inéquitable et inadmissible à Abigail Disney, qui a partagé son indignation sur les réseaux sociaux. Elle a développé l'analyse en 24 points pas piqués des hannetons, dont on vous livre le substantifique tweet :

 

 

" 1,5 milliard [de bonus] accordés [aux dirigeants]. 1,5 MILLIARD. Ça aurait pu payer trois mois de salaires aux travailleurs les plus précaires. Et ça revient aux gens qui ont déjà bénéficié de bonus monstrueux pendant des années. Voici ce qu'en dit le Financial Times. 3/ Disney a soutenu des systèmes de rémunérations dérogatoires et avantageuses pour ses cadres. M. Iger a gagné 65,6 millions de dollars en 2018 et 47 millions l'an passé. Le dernier salaire est plus de 900 supérieur au salaire médian d'un travailleur Disney, qui s'élève environ à 52 000$ [par an]".

 

photoNon, dirigeants et salariés ne sont pas dans le même bateau

 

Ce genre de réaction, surtout de la part d'une héritière Disney, fait mauvaise pub à tonton Mickey, même si beaucoup d'internautes diront que "c'est la vie" et que Bob Iger faut un excellent travail (là-dessus, Abigail Disney est d'accord). Ce n'était pas le moment d'enquiquiner la fabrique de rêve, qui doit restructurer ses calendriers (la Phase 4 de Marvel décalée et peut-être la sortie de Spider-Man 3) et lancer en catastrophe des films sur Disney+ (Artemis Fowl sortira le 12 juin et d'autres devraient subir le même sort).

Seule la plateforme de streaming du studio (Disney+) se débrouille haut la main depuis le confinement, avec un nombre d'abonnés inespérés. Le patron de Disney restera aux commandes jusqu'à fin 2021, avant de passer le flambeaux à Bob Chapek... et les ennuis qui vont avec. Notre sélection du catalogue Disney+ est juste ici.

 

photoLe rêve n'est plus disponible qu'en streaming

Tout savoir sur La Reine des neiges 2

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

erezre
24/06/2020 à 22:40

ererer

Opale
28/04/2020 à 07:42

@Mechanic ma phrase s'adressait surtout à celui qui me conseillait d'aller vivre sur une ile déserte ou dans le désert car la vraie vie blablabla... C'est ce genre de réponse qui est exaspérant car typique de gens ne lisant pas les posts entièrement ou correctement...

Mechanic
26/04/2020 à 14:20

@Opale

Cool, parce que ton "difficile de se faire comprendre dès qu'il y a la moindre nuance ici... " indiquait quand même que t'étais pas très relax face aux réponses. Mais tant mieux si c'est pas le cas !

Splash censuré, recadré, c'est pas du tout nouveau, comme je disais, ça existe à la TV depuis des décennies, dans les avions aussi... Je trouve juste amusant que ça ait été considéré comme banal ou inintéressant depuis des décennies, mais là comme c'est Disney c'est un buzz et un scandale et la preuve que le monde va mal. Oui, c'est artistiquement déplorable et ridicule !... mais ça l'était depuis des années. C'est assez symptomatique je trouve la manière dont ça a été t réçu.

Bref, tout ça c'est "pas bien" mais c'est surtout "ordinaire" comme on l'a répété chacun !

Opale
26/04/2020 à 14:08

@ Mechanic, non on ne s'écharpe pas, on discute! C'est ça qui est bien... Pour revenir à Disney c'est vrai que je les ai grave dans le viseur, Mickey m'exaspère assez! Je trouve dommageable leur façon de faire, style le recadrage ou la censure sur Disney+ mais aussi leur réaction débile sur les tweets de James Gunn datant de plusieurs années, qu'ils ont viré comme un malpropre... pour mieux le ré-embaucher, tout ça n'est vraiment pas terrible, le rachat de la Fox et la casse humaine qui en résulte. Tout cela n'est que le quotidien des grands groupes industriels mais venant de Disney et bien j'ai beaucoup de mal à séparer l'image du studio de leurs agissements... Enfin, bref, rien de grave non plus hein!^^

Mechanic
26/04/2020 à 13:17

@Opale

Je réagissais plus largement et sans t'accuser. Espace de débat, toussa. On est tous dans les nuances, on réagit tous, on discute, en somme.

Et si on est dans la nuance, va falloir prendre en compte que Disney (en plus d'avoir titillé la censure dès ses premiers courts-métrages animés, amusant de s'en souvenir), a aussi eu Buena Vista, Touchstone, maintenant Hulu... Donc portrait à (largement) nuancer vu tout ce qui a été produit et distribué via ces filiales. La sacro-sainte famille etc, c'est pas le nerf de ces films.
Par ailleurs, je connais aucun studio qui n'ait pas en (grande) partie une trésorerie qui tourne grâce au mainstream et au politiquement correct. Universal me vient en tête par exemple, leurs poules aux oeufs d'or Jurassic Park et Fast & Furious, ça dégouline de gentillesse, de famille, de morale, derrière les habits de films de genre-action. J'ai jamais autant entendu parler de famille que dans Fast & Furious.
Tout ça est un fond de commerce présent partout, à la différence près que Disney a surtout bien segmenté l'activité, si bien que le mot Disney reste le vaisseau amiral identifié et visé, et que le reste existe (plus ou moins bien selon les périodes), mais avec des étiquettes alternatives (un peu comme de gros studios ont créé une filiale de "cinéma indépendant" pour séparer des grosses productions).

Enfin bref, aucune envie de m'écharper si ce sujet met sur les nerfs. Visiblement on est d'accord.

Opale
26/04/2020 à 13:05

Difficile de se faire comprendre dès qu'il y a la moindre nuance ici... Est ce que j'ai dis que les sales méthodes des grands groupes étaient l'apanage de Disney? Bien entendu que non. Pleins d'autres entreprises, consortiums ou méga-groupes industriels font pire. Dans le monde du divertissement Disney n'est pas le seul non plus, les autres gros studios font pareil et peut-être pire... Mais, je me répète, aucune firme ne prône autant la sainte famille, les valeurs, l'éloge du rêve, de la générosité, de la différence que la firme de Mickey où l'objectif est de vendre du sucré par tous les moyens. C'est leur façon de faire. Est ce qu'il y a un hiatus entre le discours et la méthode? Pour moi, oui. Et chez Disney il est d'autant plus insupportable que cela va à l'encontre des discours, des chansons (immondes) parsemant leurs produits... Sont-ils les seuls, non. Les pires car les plus hypocrites, c'est fort possible.

Mechanic
25/04/2020 à 18:51

@Opale

Splash avait été "censuré" depuis des années pour la TV, à travers le monde, sans que personne ne s'en émeuve. C'est comme les versions des films diffusées dans les avions (encore récemment, Olivia Wilde a poussé un coup de gueule pour la version gay-free de Booksmart). Ou les films recadrés par Arte chez nous, souvenir d'adolescence où un plan large devenait deux plans serrés par exemple. C'est triste, mais pas inédit ou neuf.

Mais je rejoins les autres, Disney (toutes proportions gardées, puisqu'évidemment plus c'est gros, plus c'est spectaculaire), fait comme les autres studios. Maltraiter des équipes, des franchises, des réalisateurs, broyer des films, chercher le succès mainstream, vampiriser le marché (y'a les parcs d'attraction de Mickey, mais aussi les chaînes TV et d'autres facettes du business, pour certains studios, là encore Disney n'a pas ce monopole business total...).
C'est très bien de critiquer et questionner Disney, personne ne dira le contraire je pense. Mais cette tendance à focaliser sur ce studio (qui au fond, a ce pouvoir uniquement grâce au public, et ils seraient bien bêtes de ne pas exploiter ces filons que les gens veulent et redemandent), est un peu extrême. La Fox avait par ex beaucoup de raisons d'être critiquée, côté business et artistique. Sony aussi. Business is business, et Mickey est certainement à viser, mais faudrait pas non plus faire passer les concurrents pour des saints - y'a qu'à voir ce qu'ils sortent, exploitent, usent, et font.

Opale
25/04/2020 à 18:41

Je l'attendais celle-là, tiens! ^^@ nyl, désolé mec mais non, je ne suis pas d'accord, relis donc mon post. Warner (évidemment!) ou Paramount ne possèdent pas de parcs d'attractions à travers le monde où tout le monde il est beau et tout le monde est content, retour à l'enfance, bienvenu dans le rêve avec Mickey et ses parades! Idem dans le contenu familial des produits Disney où tout est pensé pour les gosses et les gentilles familles, je pense pas que Warner et Paramount, ou autres, basent leurs fonds de commerces sur les même bases que Disney, il n'y a pas deux Disney. Quand on pense que Mickey censure son propre catalogue à cause d'une fesse qui apparait! Shocking!! Mais virer des gens en masse, détruire des studios afin que le boss et les actionnaires s'en mettent plein les poches c'est antinomique avec le discours et les bons sentiments vendus... C'est ça qui est choquant.

Rick-ornichon
25/04/2020 à 11:42

C'est le lot de tous dans la société actuelle. C'est pas propre à Disney. Tout ça pour des gens qui seront les plus riches du cimetierre à la fin.

Et ça risque pas de prendre fin tant qu'il y aura assez de crétins pour acheter des peluches bébé yoda

Nyl
24/04/2020 à 13:57

@K

Vraiment ?

Pardonnez moi, mais j'y crois moyen.

Plus

votre commentaire