César 2020 : 200 personnalités du cinéma ont demandé une refonte du système

Mathieu Jaborska | 11 février 2020 - MAJ : 12/02/2020 10:11
Mathieu Jaborska | 11 février 2020 - MAJ : 12/02/2020 10:11

Les Oscars sont passés. C'est donc la période des César et des polémiques qui vont avec. Cette année, ils ont vraiment fait fort là-dessus.

L'académie semble presque faire exprès de les générer. Cette année, J’accuse a été nommé 12 fois, un nombre impressionnant vu comme un geste de provocation par les associations féministes et une partie du public se battant contre la reconnaissance de son réalisateur Roman Polanski.

Honorer à ce point une personnalité toujours recherchée par la justice américaine et accusée par 12 femmes est un geste qui n'a fait qu'attiser la colère entourant déjà le dernier long-métrage du cinéaste. Selon Alain Terzian, le président, les Césars n'ont pas à avoir "une position morale". Pas sûr que tout le monde soit d'accord avec lui.

 

photoOn accuse J’accuse

 

Et ce n'est même pas le seul débat qui entoure les César 2020. 200 moteurs du cinéma français viennent de faire parvenir une tribune au Monde critiquant le mode de fonctionnement de l'académie. Toutes les professions principales de l'industrie sont représentées parmi les signataires : Arnaud DesplechinCédric KlapischFrançois DamiensYann GonzalezOmar Sy, Rebecca Zlotowski, Virginie EfiraLeïla BekhtiMarina FoïsCéline Sciamma (dont le dernier film Portrait de la jeune fille en feu est nommé 10 fois), Saïd Ben Saïd (un des producteurs les plus influents) et bien d'autres sont ainsi présents sur la liste.

Le texte fait d'abord référence à l'affaire du diner des Révélations. Lors de cette sorte de cérémonie, les 36 candidats aux nominations en tant que César du meilleur acteur ou actrice peuvent choisir un parrain ou une marraine qui les accompagnera. Cette année, il y avait par exemple Isabelle Huppert ou Guillaume Canet. Mais un communiqué de la SRF (Société des Réalisateurs de Films) a dénoncé de gros dysfonctionnements dans cette organisation.

 

photo, Guillaume CanetGuillaume Canet dans Au nom de la terre

 

Selon elle, Virginie Despentes a été choisie par un de ces jeunes comédiens et n'a pas été contactée par l'académie. Il y aurait donc "des indésirables" dans ce beau monde. L'académie a présenté ses excuses dans la foulée. Mais c'est loin d'être fini. Ce nouvel article, écrit par des membres, fustige un autre point de l'organisation des Césars.

Comment fonctionne la cérémonie ? Les personnalités contribuant à l'industrie (techniciens, cinéastes, acteurs) peuvent faire partie de l'académie, moyennant une cotisation annuelle. Aujourd'hui, ils sont au nombre de 4 700. Au-dessus, il y a une instance régissant tout ça et déterminant les conditions d'entrée, l'APC (Association pour la Promotion du Cinéma). Dans la tribune, on évoque l'intégration d'une dizaine de femmes dans cette association, dans le but d'atteindre une certaine parité. Néanmoins, les membres de l'académie n'ont pas leur mot à dire sur ce genre de décisions.

 

Photo Adèle HaenelLes César 2020, Allégorie

 

"Tout cela aboutit à une structure où la majorité des membres de l'académie ne se retrouvent pas dans les choix qui sont faits en leur nom et qui ne reflète pas la vitalité du cinéma français actuel dans ses nombreuses composantes.

Pourquoi les 4 700 membres de l'académie ne peuvent-ils pas voter pour élire leurs représentants, comme c'est le cas aux Oscars, aux Bafta (British Academy Film Awards) ou à l'EFA (l'Académie Européenne du cinéma) ? Pourquoi l'académie est-elle régie par un club de personnes cooptées ou désignées au compte-gouttes ? Comment se fait-il que les membres de l'association le soient à vie et que ses dirigeants soient indéfiniment rééligibles ?

 

photo, Melvil PoupaudUn aperçu de la cérémonie

 

Il est temps d'envisager une refonte en profondeur des modes de gouvernance de l'association afin qu'ils se rapprochent de celles des institutions étrangères et des fonctionnements démocratiques qui les encadrent."

Le système très établi de l'académie des Césars est décidément de plus en plus critiqué. Reste à voir si l'APC va accepter de revoir son organisation. La cérémonie, diffusée le 28 février 2020 sur Canal+, pourrait bien nous réserver quelques surprises avec toutes les polémiques en cours. Ça donnerait presque envie de regarder.

Mais finalement, les César en eux-mêmes ne sont-ils pas un échec régulier ? Notre dossier est disponible ici.

 

Affiche officielle

commentaires

Dirty Harry
12/02/2020 à 11:39

A la base c'est pour voter pour le meilleur film (ou le plus populaire parmi les goûts des professionnels plutôt que du grand public)....puis petit à petit à chaque film nommé, les discours moralisateurs des artistes générant de plus en plus de films moralisateurs (chaque année depuis qu'il n'y a plus de grands polars style "le Samourai", "I comme Icare" ou "Ridicule" "Cyrano" nous avons le film racontant l'histoire éternelle d'une victime de la vilaine société - c'est vrai qu'on vit chez les Khmers rouges ici - le capitaine Dreyfus cette année, l'année dernière la femme victime des hommes violents, demain l'immigré ou l'homosexuel...) maintenant la morale va s'insérer non plus dans le contenu mais dans la manière de sélectionner (où cette fois l'accélarateur de cette morale de victimisation - qu'on fabrique - va encore aller plus loin, plus haut plus fort dans l'assujettissement idéologique des esprits faibles et l'endoctrinement des masses). Lorsque je vais en Pologne et que je leur demande comment ils font pour résister à la propagande des pays libéraux ils me répondent qu'ils connaissent tellement le processus des comités culturels, qu'ils l'ont tellement subi de 45 à 89 qu'ils arrivent à déconstruire très facilement leurs méthodes (d'ailleurs leur cinéma a retrouvé une vigueur et une originalité inouïe).

Hasgarn
12/02/2020 à 10:47

Les signataires peuvent, si rien ne change, faire front et boycotter la cérémonie.
Une cérémonie des Césars avec une salle vide, ça n'aura pas le moindre sens.

Ensuite, je pense qu'il est important de maintenir ce genre de cérémonie. Déjà, beaucoup ont souligné à raison que c'est du business.
Oui, c'en est, et alors ?
À quel moment est-ce intelligent de retirer un vecteur de vente à une profession entière ?
À part risquer de lui porter un coup financier important dont le répercutions seraient fortes ?

Vous voulez continuer à avoir des films bien fait, avec des sous, ou des trucs fauchés ?

Ensuite, vilipender une cérémonie qui flatte les égos, c'est vilipender le fait qu'on flatte les égos tout court.
Depuis quand c'est mal ? Levez la main, ceux qui n'aime pas qu'on dise du bien d'eux et/ou de leur travail, qui trouve que cette pratique est mauvaise et qu'on ferait mieux d'ignorer leurs mérites ?
Tout le monde a besoin de reconnaissance : celle des autres et celle de ses pairs. Que cette reconnaissance soit discrète ou bruyante, à chacun sa préférence.
Et je crois que les arts, au sens large, regorgent de gens qui en ont un besoin fou. La manière dont il l'exprime peut être critiquée mais le fait d'être mis en avant et reconnu, tout le monde en a besoin. La reconnaissance est un des plus puissant moteur d'un artiste.
Les Césars ont donc une raison d'être.
Certainement que la manière dont ça se fait n'est pas la bonne et il semble que ce soit un peut le cas. 4700 membres dont 200 artistes du cinéma qui estiment que ça disfonctionne, ça pose question.

Leur travail est destiné au grand public, ils estiment que leur combat doit être public. Je crois que c'est parce que nous faisons leur succès et ils le savent. Ils savent aussi que la créativité du cinéma français n'est pas représentée dignement et que le système normalise et formate avec le but de servir une minorité.
Je trouve que ce combat est légitime et que nous sommes impliqués parce que nos sous financent tout ça.

Mathieu Jaborska - Rédaction
12/02/2020 à 10:06

@Mera

Bonjour !
Vous avez raison, on les a mal compté. Je modifie.

Satan LaBite
12/02/2020 à 09:32

Déjà, qu'ils ré-autorisent un film à cumuler César du meilleur film et du meilleur réalisateur. le reste, c'est du pipo.

JeanJean
12/02/2020 à 02:17

J’espère qu'il y aura Eminem.

syroz
12/02/2020 à 01:47

ça s'est fait troller sévère et depuis ça rage sec.
Dommage que ça n'aille pas plus loin.
Un Polanski qui gagne une petite statuette qui nous fait un discours bien griçant devant cette assistance de cul serré, ça aurait de la gueule.
Plus sérieusement quel cirque.

Mera
12/02/2020 à 01:43

400 ou 200 ? Le gros des médias parlent plutôt de 200 personnalités.

RobinDesBois
11/02/2020 à 23:54

"L'académie semble presque faire exprès de les générer. Cette année, J’accuse a été nommé 12 fois, un nombre impressionnant vu comme un geste de provocation par les associations féministes et une partie du public se battant contre la reconnaissance de son réalisateur Roman Polanski. "

1.5 millions de spectateurs sont allés voir le film, il aurait été ridicule de l'ignorer !

Cela dit les Cesars c'est vraiment horrible comme cérémonie, la version cheap et mal sapée des Oscars avec des blagues toutes pourries en plus.

Sébastien
11/02/2020 à 22:55

En quoi ce genre d'ébullition va rendre les films meilleurs?
Comme à Hollywood, le nombre de films de qualité baisse tellement qu'on se retrouve à donner les mêmes récompenses aux 5/6 blockbusters les plus en vue de l'année écoulée.

Avant de repenser la distribution de sucettes, il faudrait peut-être revoir sérieusement l'ensemble de la production.

Objectivement, quels films méritent une récompense? Quasiment aucun. Ces cérémonies n'ont plus lieu d'être, à part brasser du vent et faire du buzz pour pousser le public un peu plus à aller voir leurs films.

pfff
11/02/2020 à 22:04

@CH
Le nageur participe à une course, et son but est de finir devant les autres participants. Est-ce que le monde du cinéma, et de l'Art, doit fonctionner ainsi? Les classements peuvent être pertinents s'ils sont basés sur des éléments comparables. Les films, subjectifs par nature, ne peuvent pas être comparés ou hiérarchisés, mis à part sur les éléments objectifs(nombre d'entrées, recettes, dépenses,...). Les césars, oscars et autres cérémonies de ce genre, ne sont qu'une hiérarchisation d’œuvres. Plus la comm autour du film est importante, plus les chances d'avoir un prix sont grandes. Cela n'a rien à voir avec la qualité d'un film, ou du travail réalisé, c'est juste une question de lobbying. Quelle que soit la composition du jury, la démarche est idiote à la base.
Maintenant, il ne faut pas être dupes, ces cérémonies n'ont pas d'intérêts artistiques. Ce n'est que de la pub, en vue de futurs financements ou négociations de contrats. Que certains veulent une ouverture de ce monde "d'entre soi", pour pouvoir eux aussi croquer dans le gâteau, est compréhensible dans une optique commerciale. Par contre, je trouve que relayer ce genre de guéguerre pour la reconnaissance et l'argent qui va avec, est un peu ridicule.

Plus

votre commentaire