Malaise aux César : la Société des Réalisateurs de Films dénonce un possible scandale

Christophe Foltzer | 14 janvier 2020
Christophe Foltzer | 14 janvier 2020

On plaisante souvent, et de bon coeur, sur les accointances entre les studios lobbyistes et les cérémonies de remise des prix quand on parle des Golden Globes et des Oscars. On ne devrait peut-être pas oublier si facilement les César.

C'est la saison des récompenses et, si les Golden Globes ont déjà décerné leurs prix, on attend encore de pied ferme les Oscars et les César. Alors que la cérémonie française dévoilera sa liste de nominations le mercredi 29 janvier et que la soirée de remise des prix se tiendra le vendredi 28 février, voici que la Société des Réalisateurs Français vient de tirer la sonnette d'alarme concernant un potentiel lobbying à l'oeuvre dans l'ombre.

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux dans la soirée d'hier, l'organisme, dont les administrés réunissent des artistes aussi prestigieux que Jacques AudiardClaire DenisCédric Klapisch ou encore Agnès Jaoui, la SRF met en effet en lumière un problème qui s'est déroulé en amont du Diner des Révélations qui se tenait ce lundi 13 janvier.

 

Jean-Christophe FollyJean-Christophe Folly

 

Événement traditionnel réunissant les 32 comédiens et comédiennes en lice pour la nomination des catégories Meilleur Espoir, le Diner des Révélations obéit à un rituel bien établi où chaque jeune acteur ou actrice sollicite un artiste confirmé qui fera office de parrain ou marraine pour la soirée. Comme l'explique ce communiqué, ce diner est important pour les Espoirs car il constitue un véritable coup de projecteur sur leur jeune carrière.

Sauf que, voilà, problème, certains parrains et marraines n'ont semble-t-il pas été acceptés par l'Académie pour des raisons mystérieuses. C'est le jeune comédien Jean-Christophe Folly (vu dans L'Angle mort) qui s'est étonné le premier que l'Académie ait refusé que Virginie Despentes soit sa marraine. L'agent du comédien et le producteur Patrick Sobelman, dans un mail envoyé à la SRF, expliquent ce qui s'est passé :

"Après avoir proposé plusieurs noms de parrains et de marraines qui n'étaient pas disponibles, Jean-Christophe a proposé à l'Académie des César la personne de Virginie Despentes. L'académie ayant refusé qu'elle soit sa marraine, il a décidé de ne pas participer à la soirée."

 

photoAmadou Mbow

 

Plus grave, le cas de l'acteur Amadou Mbow (vu dans Atlantique), qui avait choisi comme marraine la réalisatrice Claire Denis et qui s'est vu répondre que la metteuse en scène n'était pas disponible. Or, il semble que c'était faux, comme l'a souligné la réalisatrice d'Atlantique, Mati Diop, dans une lettre envoyée à l'Académie le 9 janvier dernier :

« C'est en appelant Claire Denis à propos d'un autre sujet que j'ai appris qu'elle n'avait jamais été contactée pour être la marraine de qui que ce soit... Pouvez-vous donc m'expliquer pourquoi nous avoir dit qu'elle n'était pas disponible ? Et maintenant on m'apprend que "ça ne sera pas possible pour Claire Denis" selon le président. Pouvez-vous m'expliquer ? »

Sous diverses pressions, les marrainages de Virginie Despentes et Claire Denis ont été finalement acceptés par l'Académie samedi dernier, trop tard cependant pour que l'auteure de Vernon Subutex puisse se rendre au fameux diner. Cet épisode pourrait être anecdotique et faire sourire s'il n'entrait pas dans un gros questionnement qui secoue actuellement la profession.

 

photo, Romain DurisVernon Subutex

 

En effet, cette affaire a mis en lumière que la pratique n'est pas nouvelle lorsqu'il s'agit du Diner des Révélations et que pareilles mises à l'écart avaient déjà eu lieu les années précédentes, sans de vraies justifications. À l'heure où la culture semble de plus en plus en danger, qu'il s'agisse de son financement, du statut des différents intervenants ou de la diversité de ses productions, un épisode comme celui-ci pose encore plus question.

En tout cas, la SRF demande à Alain Terzian, Président de l'Académie des arts et des techniques du cinéma (dont dépendent les César), de fournir des explications quant à ce fâcheux incident répété, tout comme elle l'invite à mettre en lumière les nombreuses zones d'ombres qui entourent l'Académie et leurs modes de sélection.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ces fameuses zones d'ombre, nous vous renvoyons au dossier que nous avions rédigé l'an passé et qui met en lumière certaines contradictions de cet événement. Quant au communiqué de la SRF dans son intégralité, vous le trouverez ci-dessous.

 

Communiqué SRF

 

commentaires

Bravo le veau
17/01/2020 à 02:42

Simon Riaux et ses œillères, c'est toujours un succès.

Kolby
14/01/2020 à 22:18

Lorsqu'on parlera de racisme pour les africains, vous n'essayerez pas d'analyser, vous serez plutôt agressifs envers celui qui dénonce...
Je me demande pourquoi ça tombe sur cette race ?
qui sont il ou qu'est ce qu'ils ont pu bien faire pour que ça arrive qu'à eux folly et mbow nos chers Black pour que leur marraine soit refusee ?

Hasgarn
14/01/2020 à 20:47

Toujours des esprits brillants capables de se substituer aux juges et aux lois.

Louig
14/01/2020 à 20:22

@Simon Riaux

(c'est libé en plus ^^)
https://www.liberation.fr/checknews/2019/12/18/ladj-ly-a-t-il-fait-de-la-prison-pour-tentative-de-meurtre-comme-l-ecrivent-causeur-et-valeurs-actue_1769863?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1576668292

pas de condamnation pour tentative de meurtre certes, mais le reste est quand même pas mal !

Greg
14/01/2020 à 16:05

Alors là Bravo Môssieur Simon Riaux !!
Sous prétexte qu'un évènement n'est jamais arrivé, on n'a pas le droit d'en parler ni de le condamner ! Vive la censure !!
Autant fermer le forum et les commentaires si on ne peut plus raconter n'importe quoi...

Cervo
14/01/2020 à 15:48

@Pfff


Le rapport me paraît pourtant évident.

Tu établis une équivalence entre une institution au comportement navrant et très aristocratique (c'est indiscutable) et une politique de l'état dont tu sous-entends (ou plutôt affirme) qu'elle est scandaleuse. Tu laissais entendre que la politique publique en la matière était problématique, je te rétorquais le contraire.

Mais oui, les César, comme nombre d'associations professionnelles oeuvrant au sein d'un milieu petit et opaque, ont un comportement super discutable. Mais c'est toi qui faisait un lien avec l'état. Pas moi.

Je répondais que pour ce qui est du comportement de l'état vis-à-vis de la culture, il me semble civiquement nécessaire, salvateur pour la culture française, ou à tout le moins assez protecteur, eu égards à ce qui se déroule en Europe.

pfff
14/01/2020 à 15:39

@Cervo

C'est vrai que le CNC ne relève pas du budget direct du ministère de la culture, mais de taxes spécifiques sur le secteur audiovisuel que le ministère a mis en place pour le financer. Ce n'est pas un organisme public, mais parapublic, OK.
Pa contre, je ne vois pas le rapport avec ce que j'écris sur le propos de l'article avec le financement du CNC.
Je ne vois pas non plus le rapport avec la comparaison de part dans le PIB de la création culturelle et de l'automobile, ni sur l’intérêt ou non pour l’État d'investir dans ce domaine, sans parler du fait que l'accès à la culture soit chère ou pas en France.
Quant au fait de pendre un intermittent, on est au mieux dans un post pro-syndical sur une quelconque lutte, qu'à une réponse à mon message où je trouvais cette cérémonie de présentation des jeunes comédiens digne des courtisans de la Cour, où se placer dans les bonnes grâces des puissant est primordial, le lot d'intrigues allant avec, pendant que nous, pauvres péquins, nous payons 10 euros nos places de ciné ou no abonnements mensuels aux plateformes(argent qui parts ainsi en partie au CNC avec les taxes...), et regardons ce joli monde se déchirer à coup d'articles de presse, de communiqués et de hurlements aux comportements discriminatoires...

bipbop
14/01/2020 à 15:28

Félicitations à vous de diffuser ces informations.
BRAVO A VOTRE REDAC.

Cervo
14/01/2020 à 14:20

@pfff

Le CNC ne relevant pas du budget du ministère de la culture, tu penses à quoi comme argent public ? Lequel donc ?

Ensuite, la part de la culture dans le PIB est 8 fois supérieure à celle de l'automobile, pour des subventions infinitésimales en comparaison.
Conclusion, l'investissement de l'état dans la culture est extrêmement rentable, participe de la visibilité de la France dans le monde, contribue positivement au budget, et permet une création culturelle parmi les plus variées et riche du monde.

Les coûts d'accès à la culture sont parmi les moins élevés au monde (mais c'est toujours trop je suis d'accord).

QUEL ENORME SCANDALE.
VITE PENDONS UN INTERMITTENT.

pfff
14/01/2020 à 14:15

Le diner des révélations ou le système monarchique de présentation des débutants à la cour...
Cet appareil de reconnaissance des siens dans le grand monde serait tellement risible si les sommes allouées par l’État pour "aider la culture" n'étaient pas si importantes, et si l'accès à la culture n'était pas si couteuse en France...
Je ne sais pas pourquoi le film Ridicule me reviens en mémoire...

Plus

votre commentaire