Birds of Prey : les critiques américaines sont bien plus tendres que les critiques françaises

Mathieu Jaborska | 6 février 2020 - MAJ : 06/02/2020 12:22
Mathieu Jaborska | 6 février 2020 - MAJ : 06/02/2020 12:22

Le nouveau film DC est sorti en grande pompe, et contrairement à son estimé prédécesseur, il divise beaucoup plus la presse.

Après le carton critique et économique spectaculaire de Joker, Warner n'a pas non plus pris un risque énorme avec ce Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn. Doté d'un budget de moins de 100 millions de dollars, le long-métrage a aussi été lancé pour valider l'hypothèse selon laquelle les héros un peu violents n'auraient pas besoin d'une si grosse enveloppe pour convaincre. C'est l'apéritif avant une salve de plus gros blockbusters comme Wonder Woman 1984 ou The Batman

Loin donc du pari financier réussi Suicide Squad et ses 175 millions investis pour 746,8 millions de recette, le film effronté et féministe de Cathy Yan compte bien exploiter son univers sans récolter les mêmes critiques. Le Joker version Jared Leto n'avait pas vraiment flatté la presse américaine avec un score de 40 sur Metacritic. En France, il s'était carrément fait oblitérer. À l'époque, Ecran Large l'avait en toute bienveillance qualifié de "navet radioactif". Notre avis sur Birds of Prey est bien différent, et on n’est pas les seuls dans le cas.

 

photo, Ewan McGregorC'est Black Mask, rien à voir avec Batman

 

CRITIQUE US

Outre-Atlantique, la critique est même plutôt tendre avec une production appréciée pour ses scènes d'action et son jusqu'au-boutisme pop assumé. La nouvelle politique de Warner consistant à donner plus de libertés aux auteurs, au mépris des règles de cohérence imposées par l'imposant MCU de Kevin Feige, semble payer sur son territoire.

Gratifiée d'un 60/100 sur Metacritic, l'oeuvre de Cathy Yan culmine pour l'instant à 90 % sur Rotten Tomatoes, ce qui en fait le second meilleur film du DCEU sur le site après Wonder Woman et à égalité avec Shazam!... jusqu'à ce que les notes redescendent, comme souvent. Pêle-mêle de critique.

 

photo, Margot RobbieGarder son flingue en prison : meilleure idée

 

"Avec un sens de l'humour tordu et des scènes d'action exaltantes, Birds of Prey est féroce, amusant et un très bon moment - et une farce girl power super-héroïque." Screenrant

"Est-ce que le message pop féministe du film a besoin d'être aussi constamment délirant que ça ? Définitivement pas. Mais dans un monde devenu fou, la catharsis de la fratrie féminine de Birds of Prey ne se dévoile pas comme un pandémonium pour son propre bien ; elle est en fait assez douce." Entertainment Weekly

"Les chorégraphies d'action extravagantes tirent le maximum des décors colorés, des gimmicks improbables et de la brutalité stylisée. Mais le scénario de Hodson offre bien moins de badinage amusant qu'il aurait pu entre les scènes de combat, et a du mal à imaginer l'identité libre qui rend Harley si magnétique." The Hollywood Reporter

 

photo, Jurnee SmollettJurnee Smollett-Bell

 

"C'est un film de super héros girl power sincèrement féministe avec de grosses et peu plausibles scènes d'action et des personnalités exubérantes, et même s'il n'atteint jamais vraiment ce potentiel, il commence à tracer une route rafraichissante vers l'arène mondialement usée des histoires de super-héros. Ce n'est peut-être pas l'émancipation promise (du moins, pas encore), mais c'est fantabuleux d'une façon bien à lui."  Indiewire

"Ça ne dit pas grand-chose de profond ou de retentissant sur l'expérience féminine ou la nature de la revanche. Birds of Prey se révèle en étant aussi gonzo et stylisé que possible. Mais quand les combats sont aussi passionnants et que l'humour est aussi absurde, ce qu'il y a sous la surface ne compte pas tant que ça." /Film

"En réalisant son premier film de studio, Cathy Yan trace à toute allure avec une férocité impeccable. Ses scènes d'action sont d'une ampleur visuelle adroite et détonante, limitées par des moments plus grand public." Variety

 

photo, Margot RobbieLa critique américaine en arrivant dans la salle

 

CRITIQUE FRANCE

Côté presse française, l'enthousiasme est plus limité. Si quelques-uns louent l'audace de la proposition, beaucoup fustigent un scénario inconsistant et une exécution un peu trop hystérique. Ni complètement détesté ni vraiment porté aux nues, le long-métrage est souvent vu comme un produit simple, parfois divertissant, parfois moins, mais jamais définitif.

"Birds of Prey ne dépasse malheureusement jamais son statut de divertissement grand public (malgré une classification R-Rated un peu incompréhensible), le film refusant obstinément d’assumer sa dramaturgie et la gravité de ce qui se joue parfois à l’écran. [...] 

Reste un film de gang de filles très efficace, et une fable sur la sororité et l’indépendance qui n’a pas besoin de (trop) forcer le trait pour faire passer son message. Par les temps qui courent, c’est déjà beaucoup." Première

"Harley Quinn s’émancipe du Joker et va se faire des amies : voilà le programme de ce Birds of Prey aux ambitions cartoonesques, mais à la pénible exécution avec son scénario aux abonnés absents. Ne restent qu’un casting résolument “cool” et de sympathiques scènes d’action." Les Fiches du cinéma

"Après Suicide Squad, le film de Cathy Yan pousse plus loin son esthétique pop et crade au service d’un schéma narratif parfaitement cohérent." Critikat

 

photo, Margot Robbie, Mary Elizabeth WinsteadMe and the girls

 

"Tout est bouillie dans ce film passé au presse-ail qui peut se décrire comme un amas de séquences surcouturées, time-stretchées, incessamment commentées en voix off et ne tenant debout que grâce aux tubes musicaux qui lui servent de béquilles. Quand la musique s’arrête, tout s’effondre." Libération

Comme prévu, Birds of Prey divise fortement. Reste à voir le sort que va lui réserver le public. Les estimations lui prêtent un score en dessous des autres films du DCEU, mais cohérent avec son budget. Conscients qu'ils ne pourront pas réitérer l'exploit économique du Joker à chaque sortie, les exécutifs de Warner espèrent probablement se faire une petite marge pour relancer définitivement un univers très ambitieuxBirds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn est en salles depuis le 5 février.

 

Affiche

Tout savoir sur Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Flo
07/02/2020 à 10:08

Ils le considèrent peut-être comme un spin-off de "Bombshell" ("Scandale") ?

LePoulet64
06/02/2020 à 23:30

@antipop : non

Numberz
06/02/2020 à 21:51

La même note que joker. Eh beh.

tom's
06/02/2020 à 21:26

@M1pats : "Bel & bien " Belle & Sébastien ; Mr le CM d'Ecran Large bénévole lol continue comme ça tes com's sont énormous

ludovike
06/02/2020 à 18:24

juste, avant tout , lisez une fois, deux allez, un comic harley quinn ... elle est dedans comme dans le film. une ancienne mechante, badasse, qui fait par interet et qui mange un peu partout. mais avec un bon fond .

M1pats
06/02/2020 à 18:17

@Mytan Joe ouais pareil, mais faut pas que ça soit telerama quand même ^^

Batfleck
06/02/2020 à 15:23

Ah les américains...

Jupas
06/02/2020 à 14:52

Aux usa le Joker n’a pas eut de si bonnes critiques. Environ 60% sur Rotten tomatos .

Arnaud (le vrai)
06/02/2020 à 14:24

Alors autant pour un Terminator Dark Fate, un SOS Fantome 2016 ou les tendances actuelles a tout feminiser, je suis d'accord avec les critiques sur le feminisme a tout va et sur l'aspect purement "effet de mode" de faire des choses dans tous les sens (dernier en date le FF special gonzesse ...)

Autant la ... les Birds Of Prey existent depuis les années 90 ... Et dans les comics Harley Queen devient plus ou moins gentille au cours des années 2010...
Sortez vous la tete du fion de temps en temps ...

Mytan Joe
06/02/2020 à 14:01

Je fais plus confiance aux critiques français qu'au critique américains parce que Terminator Dark Fate a eu les mêmes critiques positives a sa sortie aux US.Les critiques français l'ont massacré et ils ont eu raison Dark fate est un navet

Plus

votre commentaire