Suicide Squad : critique radioactive

Simon Riaux | 21 mars 2022
Simon Riaux | 21 mars 2022

Suicide Squad est diffusé ce soir à 21h15 sur TMC.

Après un très bon Batman v Superman : L'Aube de la justice définitivement réhabilité par sa version longue, on attendait beaucoup de Warner. Lors de sa présentation à la Comic-Con de 2016, Suicide Squad avait fait gonfler les attentes du public, en quête de divertissement moins sage et de personnages azimutés. Au gré d’une promotion panzer d’une redoutable efficacité, on en était même venu à croire que le film de David Ayer pouvait être une bouffée d'air frais. Qu’en est-il ?

KAMIKAZE TEAM

Il faut approximativement quarante secondes pour réaliser que quelque chose cloche dans Suicide Squad. Dès son ouverture, le film de David Ayer étale copieusement la schizophrénie qui a présidé à sa conception. Après un montage quasiment dénué de sens introduisant Will Smith et Margot Robbie (seuls protagonistes « développés » du film, le reste de la team étant relégué à de la pure figuration), une nouvelle séquence débute afin de nous présenter Viola Davis… avant d’être interrompue à son tour par un prégénérique décousu, intégrant de nouveaux personnages, une esthétique criarde, et des éléments des séquences précédentes. Une structure absurde, dissonante, que strictement rien ne vient justifier.

 

Photo Will Smith, Margot RobbieGénial, c'est nous qu'on est développés !

 

En moins d’une minute, le spectateur se prend en pleine figure les principales tares de ce qui devrait rester comme un des pires films de super-héros jamais réalisés. Se combinent une réalisation totalement dénuée de saveur, une photo travaillée, mais terriblement terne, mutilée en postproduction à coups de filtres et d'effets fluo dont la mission est d’atténuer artificiellement la noirceur de l'ensemble. Le montage s'avère aussi illisible que ridicule, tentant de dupliquer à l’infini les accroches imaginées pour les bandes-annonces du film.

Le résultat est visuellement hideux, et narrativement catastrophique. La première demi-heure du film est un interminable clip, où nous est présenté chaque personnage, dans une suite de saynètes invariablement composées d’une punchline lourdingue, d’une situation banale et d’un tube pop manquant souvent de caractère.

 

Photo Jared LetoOn peut rencontrer le Joker dans la Trump Tower apparemment

 

BAD MOTHERFUCKER

On pardonnerait aisément à Suicide Squad, dont la mission est de divertir, sa mise en scène qui sent les dessous de vieux strip-teaseur et sa dégaine de clip de Booba remaké par des aveugles, si le métrage était véritablement fun. Mais la rumeur disait vrai, le film ne contient quasiment aucune trace d’humour, excepté celles découvertes dans le trailer.

Et encore, difficile de ne pas enrager en constatant qu’un grand nombre de vannes utilisées durant la promo sont absentes du film, comme si les reshoots commandés par Warner n’avaient eu pour seul but que de dissimuler un navet radioactif derrière un bel emballage. Pire, les rares traits d’humour réussis sont invariablement sabrés par le montage, qui souffre d’un tempo comique désastreux, singeant Les Gardiens de la Galaxie avec un sidérant mélange d’opportunisme et d’incompétence. 

 

Photo Jay HernandezÀ la recherche du cinéma perdu

 

TOXIC AVENGERS

Le scénario étant parfaitement incompréhensible (si vous saisissez à quoi sert la Suicide Squad dans le film, ou pourquoi ce club de trépanés se transforme soudain en fonky family, on est preneurs), on prie pour que les comédiens sauvent la chose du naufrage terminal. Mais là aussi, l’ampleur du désastre est ahurissante.

 

Photo Will Smith, Margot RobbieFOUS TA CAGOULE BON SANG

  

Margot Robbie fait ce qu’elle peut, mais son personnage est écrit en dépit du bon sens. Elle doit composer avec une Harley Quinn qui alterne sans raison entre folie pure, blague méta et lutte des classes, sans le moindre souci de cohérence. De l'ingénue ultraviolente, amoureuse, sexy et meurtrière, on ne retient qu'une abominable tête à claques, aux punchlines terriblement artificielles. Will Smith se repose sur ses acquis et propose un Deadshot aux airs de Prince de Bel Air en pleine gueule de bois. Diablo est un mexicain échappé d’un sketch de Michel Leeb et comme à son habitude, Jai Courtney joue avec l’aisance d’un steak de tofu vinaigré.

Mais ce qui risque fort de ne pas passer, même auprès des fans hardcores du projet, comme de Warner et surtout de DC, c’est la partition du Joker. Non seulement Jared Leto est passablement mauvais, trop conscient de lui-même et limité par une partition trop mécanique, mais l’écriture de son personnage vire également à la catastrophe. Renvoyé au rang de piteux caméo (même pas cinq minutes de présence à l’écran), le Nemesis de Batman n’est finalement qu’un énième gangsta fragile – comme Killer Croc – et un indécrottable romantique.

 jared leto margot robbie kissingAaaaaah, Skyblog...

 

PÉTARD MOUILLÉ

Du côté de l’action, c’est également un cataclysme aux proportions bibliques. Non seulement toutes les scènes de baston se ressemblent et sont assemblées sans aucune notion de chorégraphie, d’espace, ni le plus élémentaire sens du spectacle, mais elles viennent cruellement souligner l’échec de la direction artistique.

Pas besoin d’être un génie cinéphile pour comprendre que David Ayer rêvait de rendre hommage à John Carpenter et aux Les Douze Salopards. Sauf que quand on délocalise New York 1997 dans un open space, et qu’on transforme des hordes de soldats belliqueux en méchants de Bioman (mention spéciale aux glaviots humains maquillés au goudron, qui fileraient une crise d’épilepsie à un aveugle), le résultat tient plus de la comédie involontaire que du grand spectacle.

De même, ne vous attendez pas à un blockbuster subversif ou incorrect. Deadshot est un papounet qui veut envoyer sa fille à la Fac, Harley Quinn est une amoureuse transie, comme Rick Flag... Bref, les motivations des personnages feraient passer Captain America : Civil War et Avengers : l'Ère d'Ultron pour des sommets de noirceur intersidérale.

 

PhotoBravo l'équipe déco, quelle inventivité

 

Le mélange corrosif entre les exigences du studio, les souhaits de son réalisateur, la tentative désespérée de transformer un film de commando vénère en comédie familiale et une orientation globale mue par des lignes comptables, jamais centrée sur le plaisir du spectateur, auront transformé cet excitant projet en nanar toxique.

Mais plus que tout, l’échec historique de Suicide Squad (qui réhabilite instantanément Les 4 Fantastiques) prouve le grand trouble dans lequel est plongé la maison Warner, incapable avec Batman v Superman : L'Aube de la justice de promouvoir un excellent film de super-héros, et manifestement tout aussi incapable d’accoucher d’un divertissement léger et régressif.

 

Affiche

Résumé

Suicide Squad est un échec total, un navet radioactif qui témoigne avec cruauté de l'incapacité actuelle de Warner à transcender le formidable catalogue de DC Comics.

Autre avis Geoffrey Crété
Un étrange film, raté d'une manière très étonnante, qui laisse entrevoir ça et là des ambitions séduisantes, mais qui ne sait pas quoi faire de ses personnages et son univers. Nul doute qu'il a été détricoté et rafistolé en cours de route, et cette histoire est certainement plus intéressante que le résultat à l'écran.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.3)

Votre note ?

commentaires
EDGAR
22/03/2022 à 20:35

CAtA et celui de Gunn n'est pas vraiment mieux non plus...
On pourrait avoir un SQ de la trempe de Matt Reeves ?

Francken
22/03/2022 à 11:05

Un idéal !
Le film absolument parfait… pour ricaner et se gausser de ceux qui ont le déshonneur d’aimer ça. :D

John Spartan
22/03/2022 à 06:39

Excellent film...
Nan j'déconne.

JR
21/03/2022 à 22:48

Merci Geoffrey, je suis un peu à plat.
(cela dit, pour ceux que ça intéresse, il fait parti de l'abo OCS actuellement, sans surfrais)

Geoffrey Crété - Rédaction
21/03/2022 à 22:35

@JR

On parle du même Val (critique publiée en janvier) ?
https://www.ecranlarge.com/films/critique/1414366-val-critique-dun-film-qui-valait-le-coup-sur-amazon

JR
21/03/2022 à 22:24

Rien avoir, @la rédaction le doc Val est dispo sur OCS, pensez vous faire un article dessus ?

Kyle Reese
21/03/2022 à 22:16

On ne peut pas dire que c'est un échec total. Ça se laisse voir sans déplaisir.
Je ne connaissais rien du matériau de base à part Harley Queen et le Joker évidement.
Après tout ce que j'avais entendu sur le film je m'attendais à un vrai étron. Il n'en ai rien.
Visuellement c'est plutôt beau, la mise en scène est pas si mal, c'est narrativement ou le bas blesse avec des enjeux abscons et des méchants aux fraises niveau motivation.
Je reste curieux de la version non coupé avec toutes les scènes manquantes du Joker.
En l'état c'est un film effectivement étrange, raté mais avec des moments sympa.
Évidement la version de Gunn est largement au dessus, car il a pu exprimer son talent avec une quasi carte blanche, alors qu'Ayer bien moins doué déjà, a reçu lui un gros et malheureux carton rouge de la part du studio.

DjFab
21/03/2022 à 20:40

Moi je préfère ce Suicide Squad à celui de James Gunn ! D'ailleurs je ne comprends pas une telle différence de note entre les deux !

tull
23/08/2021 à 10:52

Pire film de super hero heu non il y a bien pire coucou Electra lui c'est le summun de ceux qui se fait de pire

Seerguei
22/08/2021 à 23:03

Suicide squad est passe a la tele...donc je n 'ai pas paye pour le voir...heureusement.
Batman avec Nicolson c'etait bien...Suicide Squad ? comme Deadpool...justice league..non pire..ou spiderman homecoming...mais c'est completement c...a vomir.wild smith avec sa tete enflee me fatigue.
Les super heros sont fatigues..plus rien a en tirer...ils ont font des brochettes...plusieurs pour le prix d'un..ca saute dans tous les sens,on ne sait pas pourquoi..c'est bruyant,fatiguant et stupide...Made in USA? Donald Trump avait bien compris le niveau de QI de l'americain moyen ce pourquoi il fut elu?

Plus
votre commentaire