Même tous publics, le remake de Black Christmas sera "violemment féministe"

Christophe Foltzer | 28 novembre 2019 - MAJ : 28/11/2019 10:07
Christophe Foltzer | 28 novembre 2019 - MAJ : 28/11/2019 10:07

C'est bizarre quand même, ce qui se passe autour de ce Black Christmas parce qu'on a un peu l'impression qu'on nous dit tout et son contraire.

Généralement, quand on pense aux productions de Jason Blum on se dit que le calcul est vite fait : les budgets de ses films sont tellement bas que leur retour sur investissement est assuré quoi qu'il arrive. Ceci permet aux réalisateurs de se lâcher et de ne pas avoir peur de s'aliéner un quelconque public. Sauf dans le cas du Black Christmas de Sophia Takal qui sortira chez nous le 11 décembre prochain.

 

photo, Imogen PootsEt joyeux Noël hein

 

Oui, là on ne comprend pas vraiment ce qui se passe puisque, il y a deux semaines, on nous apprenait que le film, prévu à l'origine pour être classé R (donc pour adultes), s'était vu rétrograder en PG-13 suite aux projections-tests. Un choix délibéré de l'équipe pour offrir ce remake du film de Bob Clark à un maximum de monde et particulièrement aux jeunes filles bien que le film se défende d'être féministe.

Changement de ton aujourd'hui, puisque la réalisatrice, interviewée par Entertainment Weekly a décidé de mettre davantage en avant l'aspect féministe du film, au risque, peut-être de contredire la promotion tout entière :

 

photo, Aleyse ShannonUn film qui devrait gentiment charcler

 

"Je dirais qu'évidemment [le fait qu'il ait été écrit et réalisé par des femmes] se ressent dans le film. Oui. Et c'est d'ailleurs l'une des raisons qui ont conditionné le changement de cette version parce que je ne voulais pas, qu'en 2019, un film se résume uniquement à un groupe de femmes qui se font massacrer. Ça me donnait mal au ventre. Et je ne dis pas que c'est ce que veut voir un homme. Je pense juste que j'ai la responsabilité de ne pas perpétuer cette image de personnages féminins jetables, parce que c'est vraiment l'impression que j'ai quand je regarde ces films. Je considère que ce film est violemment féministe, donc ça ne me dérange pas qu'on me questionne à ce sujet."

On rappelle que Black Christmas nous raconte l'histoire d'une sororité qui, le soir de Noël, doit affronter un terrible tueur en série. D'ailleurs, la réalisatrice tient à mettre les choses au clair : sa version ne sera pas un remake classique de l'original :

 

photo, Aleyse ShannonDu coup, elles seront toutes des final girls ?

 

"Le film est vaguement inspiré de celui de 1974 et il se base davantage sur l'impression que j'ai eue en regardant l'original, l'idée que la misogynie est toujours parmi nous et qu'on ne peut pas totalement l'éradiquer. C'est à partir de cet angle que j'ai construit mon intrigue. Je le compare plus à la manière dont Luca Guadagnino a refait Suspiria qu'à un remake classique."

En tout cas, cela intrigue suffisamment pour qu'on ait déjà plus envie de le voir. Même si la manière de le vendre est maladroite, voir un slasher qui sorte un peu des sentiers battus ne peut pas faire de mal.

 

Tout savoir sur Black Christmas

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Jean Soumis
01/12/2019 à 02:27

Je prépare le fouet et les popcorn (j'ai déjà pris rdv pour une castration chimique).

Murata
30/11/2019 à 11:32

Les commentaires m'ont bien fait rire ^^ et je pense pareil.

william d
28/11/2019 à 18:44

Le film sera violemment "féministe" donc il fera "violemment" un méchant" bide.

syroz
28/11/2019 à 18:37

Pas très vendeur les effets d'annonces à ce sujet, les spectateurs deviennent méfiants et fuit les films idéologiques. Elizabeth Banks pourra en témoigné.

Maurice Escargot
28/11/2019 à 15:57

Totalement d'accord avec Miami81.
Le slasher est en général plus féministe qu'on ne croit, et compte pléthore de persos féminins marquants qui survivent grâce à leur combativité et leur intelligence ; sans parler de certains cas particuliers comme Mandy Lane.
Donc, en balançant qu'elle n'a vu dans ces films qu'une tradition de persos féminins interchangeables et chair à canon, eh bien... Elle prouve qu'elle ne sait pas de quoi elle parle. Bravo le veau.

Miami81
28/11/2019 à 12:09

C'est bien connu d'ailleurs, dans les slashers, il n'y a que les filles qui meurent et à la fin, c'est toujours un garçon qui survit :D
on n'a pas dû voir les mêmes. Elle aurait dit dans les slashers, il y a toujours des bimbos avec des grosses poitrines, là effectivement, je lui aurait donné raison..... ah mince... on vient de me dire à l'oreillette qu'elle n'avait sélectionné que des femmes minces....

SHRDD
28/11/2019 à 11:42

Tradtuction : le film sera violemment inutile...

Weekly
28/11/2019 à 11:23

L'original (très bon d'ailleurs) peut dormir sur ses deux oreilles.

Coco
28/11/2019 à 10:45

@mad vu que cela s appel smasher ce serait bien qu il y ait des victimes oui..

Mad
28/11/2019 à 10:43

Death Proof était féministe, mais au moins des femmes se faisaient charcuter avant qu'elles réussissent à niquer Kurt.

C'est bien le charcutage dans un slasher, pensez-y.

Plus

votre commentaire