Black Christmas : prévu pour nous terrifier, le remake ne sera finalement pas si hardcore

Christophe Foltzer | 15 novembre 2019
Christophe Foltzer | 15 novembre 2019

La vie d'un film ne tient pas à grand-chose, c'est même une économie très fragile qui doit prendre en compte plein de données pour avoir le maximum de chances de trouver son public. Et tant pis si, au passage, il perd de son identité.

On se dit souvent qu'un film, lorsqu'il n'a pas un budget énorme, peut tout se permettre parce que le retour sur investissement est moindre que pour un blockbuster qui doit plaire à tout le monde pour rentrer dans ses frais. Ce n'est pas totalement vrai en réalité. Il y a d'autres paramètres à prendre en compte, comme la cible démographique visée et l'air du temps. Parce qu'un film, c'est avant tout du business, il s'agit de ne pas se tromper de public.

 

photo, Lucy CurreyUn film tout gentil du coup ?

 

Si on vous parle de tout ça, c'est parce que le nouveau remake de Black Christmas, réalisé par Bob Clark en 1974, vient de nous faire ce que l'on appelle désormais "une Venom". Pensé et conçu comme un film classé R, donc pas pour les enfants et se lâchant sur la violence, voilà qu'on apprend que, finalement, le film de Sophia Takal sortira avec un label PG-13, soit pour tous les publics.

Une décision surprenante, surtout provenant d'une production de Jason Blum, que la scénariste April Wolfe n'a pas tardé à expliquer sur les réseaux sociaux :

 

photo, Imogen PootsAh, ça va trancher...

 

"Voilà le deal : nous avons écrit le film avec une classification R en tête. Quand ils ont fait les projections-tests, il est devenu évident que le film devait être disponible pour un public féminin plus jeune parce que le sujet est opportun. Et aussi, je veux attirer les filles dans l'horreur. Mais ça ne rend pas le film moins vicieux."

Donc voilà, le film devrait y aller mollo sur la violence graphique pour attirer du monde, mais ne devrait pas alléger son message pour autant. On rappelle que le film nous raconte les mésaventures d'une sororité qui, le soir de Noël sur un campus américain, doit faire face à un terrible tueur en série. Et pour ceux qui confondraient "opportun" et "opportuniste", April Wolfe précise que cette décision n'a pas été prise pour surfer sur la vague féministe actuelle :

 

photo, Aleyse ShannonCe n’est pas ce qui va nous empêcher de flipper hein

 

"Oh et je sais que les gens vont beaucoup utiliser l'expression "empowerment féminin" en parlant de Black Christmas. Ça me va même si je déteste les mots à la mode qui perdent leur sens avec le temps. Et je ne vous dirai jamais d'aller voir notre film pour soutenir la cause des femmes. Allez-y seulement s'il pique votre intérêt."

Black Christmas est prévu dans les salles le 11 décembre prochain.

 

Tout savoir sur Black Christmas

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

RonnyBoy
15/11/2019 à 14:51

Il y a déjà eu un remake en 2006, qui n'était déjà pas fameux. Pourquoi en faire un autre, qui sera certainement un gros flop? Celui de 1974 reste un très bon film.

Floppy
15/11/2019 à 13:46

Un flop de plus en vue :)

Punisher
15/11/2019 à 11:06

C est n importe quoi tout cas pour vise un public féminin et un public jeunes ont prends les gens pour des pigeons

votre commentaire