Stan Lee : la fille du créateur de Spider-Man attaque la société de son père pour récupérer certaines propriétés intellectuelles

Déborah Lechner | 1 octobre 2019 - MAJ : 01/10/2019 16:35
Déborah Lechner | 1 octobre 2019 - MAJ : 01/10/2019 16:35

La fille de Stan Lee, J.C. Lee, attaque la société cofondée par son père, Pow! Entertainment, qui lui aurait extorqué certaines propriétés intellectuelles.

La bataille des gros sous a repris de plus belle entre la famille Lee et la société de production Pow! Entertainment, cofondée en 2001 par Stan Lee, le papa de Spider-Man, Hulk ou encore des X-Men. D'après une information du Hollywood Reporter, la fille du célèbre éditeur de comics, J.C. Lee, intente un nouveau procès à la société de son défunt père pour réclamer certaines de ses propriétés intellectuelles qui lui auraient été extorquées.

La plainte déposée jeudi dernier devant le tribunal fédéral de Californie soutient que Pow! aurait eu recours à la contrainte ainsi qu'à des méthodes frauduleuses pour forcer Stan Lee à leur céder certaines de ses propriétés intellectuelles. Comme l'indique la plainte :

"Par cette action en justice, l'héritière et successeure de Stan Lee cherche à faire respecter l'alliance que Stan Lee a conclue avec sa société et réparer les torts causés par ses associés de confiance au cours de ces deux dernières décennies. [...] Elle [ndlr : l'action en justice] est destinée à restaurer les droits qu'il a cédés à la société qu'il a fondée [...]"

 

photoStan Lee et Tobey Maguire

 

J.C. Lee espère ainsi le retour des propriétés au sein de la famille, ce qu'avait déjà essayé de faire Stan Lee de son vivant. Avant son décès à l'âge vénérable de 95 ans en novembre 2018, il avait lui aussi intenté un procès à Pow! à qui il réclamait 1 milliard de dollars à la suite du rachat de la société par le géant chinois Camsing International.

Il les accusait alors d'abus de faiblesse en raison de son grand âge et de manipulation pour lui faire signer des documents qui assuraient aux nouveaux acquéreurs tous les droits sur son nom et son image, sans qu'il en ait connaissance. Il avait finalement abandonné sa plainte en maintenant une courtoisie de façade avec Pow!.

Du côté des accusés, le son de cloche est très différent. Pow! a réagi dans un communiqué relayé par ComicBook. La société y révèle que Stan Lee lui-même ne voulait pas que sa fille s'immisce dans ses affaires :

 

PhotoStan Lee dans un de ses nombreux caméos chez Marvel devenus cultes

 

"Il est vraiment malheureux que le nom de Stan Lee doive être impliqué dans ces actions inutiles et continues qui ne sont vraiment rien de plus qu'un drame familial. J.C. Lee et d'autres ont présenté sans succès ces mêmes arguments devant les tribunaux dans de multiples affaires au cours des 20 dernières années [...]. Dans ces affaires, la justice a statué en faveur de Pow! confirmant que Pow! est le propriétaire légal et légitime de ces droits. Nous sommes plus que confiants et cette affaire sera vite réglée par les tribunaux.

Ce qui est vraiment triste pour ceux de Pow!, dont beaucoup ont été de proches confidents, amis et associés de Stan Lee pendant des années, c'est de voir sa fille éloignée utiliser le nom de Stan par une démarche aussi éhontée et transparente d'attirer l'attention des médias et obtenir une entente financière.

 

photoJames Gunn, Stan Lee et Zoe Saldana

 

La vérité est que Stan Lee a lui-même laissé des instructions spécifiques, y compris des déclarations juridiques précisant que J.C. Lee ne devait avoir aucun contrôle et aucune réclamation, droit ou intérêt sur la propriété intellectuelle que Stan a laissée derrière lui. Les propres instructions de Stan imposent que J.C. Lee ne doit, en aucune façon, participer au développement commercial de la propriété intellectuelle de Stan Lee. Pow! est et a toujours été, l'entreprise de Stan Lee et son héritage sera pour toujours comme il a souhaité qu'il soit.

Toutes les actions judiciaires passées sont de notoriété publique et montrent clairement que l'action intentée n'est rien de plus qu'une publicité perverse."

Même si les bagarres familiales des Lee sont de notoriété publique depuis plusieurs années, seule la justice pourra déterminer à qui doivent revenir ses propriétés intellectuelles. Une seule chose est sûre, même après sa mort, l'oeuvre de Stan Lee continuera d'être au coeur de beaucoup de discussions et querelles.

 

photo, Stan Lee, Tim StoryStan Lee et Tim Story

commentaires

Déborah Lechner - Rédaction
01/10/2019 à 16:35

@Sergio

Effectivement, le titre laissait penser que ces personnages étaient au coeur de l'affaire, alors que non. Je voulais simplement rappeler qui était Stan Lee, qu'on connaît comme le cocréateur des super-héros cités, mauvaise idée.

Le titre a été revu, merci de l'avoir signalé.

Sergio
01/10/2019 à 16:20

Votre titre est trompeur, la plainte ne concerne pas du tout Spider Man ou Iron Man, mais vraisemblablement que des licences créer par Pow! .
Donc de vagues persos crées à partir de 2001.

votre commentaire