J'accuse primé à Venise : la victime de Roman Polanski s'exprime

La Rédaction | 10 septembre 2019
La Rédaction | 10 septembre 2019

Roman Polanski, son J’accuse ont fait couler beaucoup d’encre à l’occasion du Festival de Venise, et la dernière déclaration de sa victime Samantha Jane Geimer ne devrait pas calmer le jeu.

J’accuse était présenté pour la première fois dans le cadre de la Mostra de Venise, d’où il est reparti honoré du Grand Prix du Jury (notre critique est là). Une annonce qui a provoqué pas mal de réactions, la simple sélection du métrage en compétition ayant remis le feu aux poudres, notamment celles de la presse américaine, très critique ces dernières semaines à l’égard du Festival de Venise.

La polémique a été démultipliée par la communication du film, dont le dossier de presse évoquait le « maccarthysme néo-féministe » et les « persécutions » à l’encontre du metteur en scène. Des termes qui n’ont pas manqué de scandaliser une partie des commentateurs. Condamné par la justice américaine en 1977 pour « rapports sexuels illégaux avec une mineure », Roman Polanski a effectué une peine de 42 jours de prison avant de fuir les États-Unis pour la France, craignant, à juste titre, que le juge en charge de l’affaire ne modifie sa sentence, sous pression de l’opinion publique et de la presse.

 

photoJ'accuse

 

L’affaire, la demande d’extradition des autorités américaines et d’autres accusations ont depuis émaillé la carrière du cinéaste. Elles ont logiquement refait surface avec sa sélection puis sa récompense lors de la dernière Mostra. Instrumentalisée par les accusateurs de Polanski, ainsi que ses défenseurs, la victime en question, Samantha Jane Geimer, s’est exprimée sur le prix remporté par le metteur en scène pour J’accuse.

« À tous ceux qui m’insultent, me dégradent et se servent de moi, qui tweete au sujet de mon viol comme s’il s’agissait de pornographie, excités par l’usage de mots vulgaires, excités par leur propre haine. Félicitations Roman. Je me désole pour nous deux que la corruption qui règne au sein de la cour de justice de Los Angeles semble ne jamais devoir prendre fin. »

Rappelons que pour l’essentiel, le débat entourant la présence du film en compétition avait pour objet la pertinence d’inviter ou non l’artiste, au vu de sa condamnation et des accusations portées contre lui, quand Polanski lui-même n’a pas manqué d’être défendu.

 

 

commentaires

Pedro
12/09/2019 à 07:36

Encore une démonstration du fait que la justice n'a rien à voir avec une revanche (ou non) des victimes en matière de condamnation de l'auteur.
La justice doit s'affranchir tout autant de ce que pense l'opinion publique (même quand elle demande la tête d'un violeur dans la sciure) que de ce que souhaite la victime (qu'elle souhaite la mort de l'agresseur ou qu'elle en soit encore fascinée).
La justice doit être impartiale : des faits ont été commis, elle en observe les circonstances et prononce une sentence.

Tant qu'on ne saura pas estimer la force d'une emprise, les témoignages comme ceux de cette femme seront hors de propos. Le nombre de femmes battues qui retournent avec leurs maris montre bien que quelque chose se joue qui est hors de l'objectivité, mais qui tient plutôt d'une force non mesurable qu'un agresseur parvient à exercer sur une victime.

b lab
11/09/2019 à 22:48

Renseignes-toi sur le puritanisme et tu verras qu'en affaires de sexe. L'étiquette de puritain colle parfaitement à celui que tu défends.

Dirty Harry
11/09/2019 à 18:27

@ Synapse : et les honneurs fait à Polanski le sont pour son travail, pas pour sa vie privée. (et là on a la démonstration des gros puritains à se mêler de tout sauf de cinéma : impacable.).

Pour infos.
11/09/2019 à 15:47

Sauf erreur de ma part, i lui n'y a pas eune de dédommagement. Il semblerait qu'une promesse ait été faite mais jamais honorée

tom's
11/09/2019 à 13:11

@Sigi tu m'as tué : ) je n'excuse pas par les faits connus juste je trouve qu'il ya une cohérence un rapport indirect et l'explique, ensuite je pense que la victime adulte est quand même la Mieux placé pour en parler si elle estime que l'histoire devrait s'arrété ca devrait en être ainsi

Synapse
11/09/2019 à 13:07

La démonstration par le réeel.

Implacable.

Un papier sur Polanski et sa victime, laquelle demande à ce qu'on lui foute la paix. Ca fait es années, sinon des décennies que les personnes remettant en cause les honneurs faits à Polanski ne parlent pas d'elle... Mais des honneurs faits à Polanski.

Et qui inonde les commentaires d'insultes, de dénigrements, de relativisme, de culture du viol fière et assumée ?

Les gros mascus fragiles.

Ce qui est fou, c'est que vous ne voyez même pas à quel point vous démontrez en live combien vous êtes dans un trip ultra toxique et complètement con. Il vous suffirait pourtant de lire les coms qui vous précèdent, mais non. Z'êtes faibles.

sylvinception
11/09/2019 à 12:49

Bon ben toutes nos excuses, chère Samantha.
Mais du coup, niquer des jeunes filles mineures, c'est bien ou pas ??
On est un peu paumés là...

Kouak
11/09/2019 à 10:07

Bonjour,
si cela relève toujours de l'exploit, que ce soit nord ou sud, rejoindre le pôle en skis, y'a pas de quoi en faire un roman.
Bref...

Arnaud
11/09/2019 à 09:05

Ah EL, visiblement le debat sur Catherine Deneuve vous a plu, vous en vouliez un deuxieme :D

Sigi
11/09/2019 à 02:11

Donc selon @tom's, la queue de Roman s'est retrouvée dans l'anus de la jeune Sam par la faute de Charles. Sacré Manson, coupable de bien plus de maux qu'on ne le pense. Merci Sherlock Tom's !

Plus

votre commentaire