Roman Polanski : Catherine Deneuve défend à nouveau le cinéaste, qui a pris bien assez cher comme ça

La Rédaction | 5 septembre 2019
La Rédaction | 5 septembre 2019

Catherine Deneuve n’a pas sa langue dans sa poche, surtout quand il s’agit de défendre le cinéaste Roman Polanski, dont le sort paraît l’inquiéter.

Sélectionné en compétition au Festival de Venise, Roman Polanski a une nouvelle fois enflammé les esprits. D’un côté, la presse américaine n’a pas hésité à tirer à boulets rouges sur le Festival, le traitant de manière passablement délirante, tandis que le dossier de presse de son film J’accuse a continué de mettre le feu aux poudres.

 

photo, Catherine Deneuve Catherine Deneuve dans l'excellent Fête de famille

 

L’essayiste Pascal Brukner y demandait au cinéaste comment il vivait « en temps que juif pourchassé pendant la guerre », la violence supposée du « maccarthysme néo-féministe ». Roman Polanski, lui, répondait qu’il était victime d’une persécution particulièrement acharnée, laquelle avait débuté peu après l’assassinat de son épouse Sharon Tate.

Le réalisateur de Rosemary's Baby peut en tout cas compter sur des soutiens fidèles, parmi lesquels la comédienne française Catherine Deneuve, qui manque rarement une occasion de défendre l’artiste. Invitée spéciale de l’émission C à Vous, elle a profité de cette tribune pour en appeler au droit à l’oubli.

« Plus de 40 ans ont passé. Et même les plus grands criminels, quand ils ont fait leur peine, après 40 ans, ont droit à être de nouveau dans la vie et se recomposer une vie pour eux-mêmes. Il me semble que Roman a payé assez cher, toute sa vie d’homme et de cinéaste a été ombrée par ça depuis 40 ans, c’est quand même très dur. »

 

photo, Roman PolanskiRoman Polanski

 

Des propos qui peuvent paraître frappés au coin du bon sens. Sauf qu’à bien y regarder, le cinéaste bénéficie encore de budgets confortables pour travailler, d’une attention médiatique et critique importante, de sélections dans de prestigieux festivals… Pas évident de voir là le portrait d’un homme traqué par une meute affamée.

Autre sujet d’inquiétude pour Catherine Deneuve, le sort réservé au travail de Roman Polanski. En effet, l’attitude de la présidente du jury, Lucrecia Martel, lui semble barrer la route du palmarès au film.

« Comme à Venise, les déclarations de Lucrecia Martel… C’est un peu délicat. En tant que présidente on doit avoir un droit de réserve. On se dit qu’il pourrait y avoir un handicap pour le film de Roman, qui paraît il est très réussi, un très beau film, très bien accueilli par la presse. »

Verdict sur sa présence dans le palmarès final ce samedi. En France, le film sortira le 13 novembre 2019. Notre critique est d'ores et déjà en ligne.

 

PhotoCommando de Féminazies en action

commentaires

snif
14/09/2019 à 22:26

vous ne voudriez pas relancer un peu juste un peu ?

Non non
12/09/2019 à 23:13

Toujours pas le dernier mot. ....

Yann
12/09/2019 à 22:20

Je ne suis pas un adepte des sciences sociales mais plutôt de la biologie ou de la psychologie évolutives tel le remarquable livre de Tornhill et Palmer : Le viol : Comprendre les causes biologiques pour le surmonter, essai qui bat en brèche précisément le côté uniquement culturel des féministes et autres adeptes des sciences sociales (la page blanche, le, tout est culture et, etc.), se basant lui sur des choses concrètes comme la biologie et la psychologie.

Bon aller !
12/09/2019 à 21:42

Je vous taquine, mais je vous souhaite bonne continuation. Je ne comprends pas pour Why so serious (Joker, 2008) ? Plus sérieusement, bonne continuation à vous. Ne vous rendez pas malade avec ces histoires ! Polanski est libre, il tourne des films et reçoit des prix. JS est libre après 50 ans de violences bien qu'elle ait été méchante d'après les gardiens de prisons, mais on n'en sait rien.
Sur les viols, je vous conseillerais bien quand même un peu de littératures de sciences sociales, mais ça ne vous intéresserait surement pas
Bref, quoiqu'il en soit nos commentaires n'y changeront rien.

Yann ?
12/09/2019 à 21:33

Êtes-vous encore là, Yann ?

Vous remarquerez que si la victime avait été un homme racisé, une femme ou mieux une femme racisé, l’assassinat par JS aurait été scandaleux ! Mais, là ça n'a rien à voir ! C'est un blanc.

Boh
12/09/2019 à 07:18

C'était juste un homme blanc...

Yann
12/09/2019 à 03:03

Deux cours d'assises différentes l'ont condamnée sans aucune circonstance atténuante. Et aucune preuve des charges. Sauvage, une chasseuse émérite qui a poursuivi la maîtresse de son mari avec un fusil !
C'est Hollande qui l'a graciée sous la pression des associations féministes et pour se refaire une réserve de voix. Donc deux cours d'assises différentes la condamnent. La justice est passée. Hollande ne retire pas qu'elle est une criminelle. C'est drôle de faire libérer une criminelle par la justice et d'en vouloir tant à RP. En tuant, elle a commis un acte bien plus grave. Les féministes réclament justice contre Polanski et quand la justice passe, ça ne va pas non plus. Voilà le deux poids deux mesures dans toute sa splendeur. Et ça ça ne s'est pas passé il y a 40 ans.

Ben.
12/09/2019 à 01:42

Il avait un peu cherché en même temps.... Je me dire bon du coup c'est plus complexe qu'un simple meurtre. Vous connaissez rien à leur vie de famille et de couplé. Vous n'avez pas tout les éléments pour juger. Et elle a fait 4 ans de prison avant sa libération et elle est sorti depuis un moment. Toutes les décisions qui ont été prises sont légales. Ce n'est pas à vous de les remettre en cause. Pis c'était dans le dos. Il a pas souffert.

Yann
12/09/2019 à 01:30

Vous dites : "Outre que vous relayez les arguments des soutiens à polanski (et plus généralement des agresseurs : elle l'avait bien cherché quand même)" c'est ouvertement m'accuser de soutenir les agresseurs en gros et d'ajouter "elle l'avait bien cherché quand même" alors que personne n'a dit cela. C'est ce qu'on appelle de la diffamation. Il y en a d'autres.
Vous ne croyez pas que je vais cautionner un "document" sur un site pourri. A la limite passons mais le site dit : "Mais attention, si la connaissance des faits rapportés par la victime peut nous aider à nous forger une opinion, ce n'est cependant pas suffisant pour qu'elle soit définitive car il nous manque les éléments de la défense. Parce qu'une opinion juste et raisonnable ne peut se construire qu'après un examen méticuleux des différentes facettes de cette affaire..."
Vous, vous êtes rentré dans le définitif (normal quand on diffame à ce point) alors qu'on ne prend pas comme preuve une simple accusation. Erreur Fatale. Vous êtes tellement persuadé de tenir la vérité que vous balayez tout scepticisme et d'accuser sans cesse alors que je reste sceptique quand à ce qui s'est réellement passé.
"Article 11 des droits de l'homme
1. Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées. "
Pas encore compris ? Vous n'êtes pas un tribunal.
Vous voulez défendre Samantha Geimer mais elle, ELLE ne vous soutient pas et vous accuse même de vous servir de son histoire. Pas de chance pour vous. D'autant que l'accusation a été abandonnée par les deux parties.
Samantha Geimer a pardonné, soutient Polanski, accuse la justice américaine d'avoir magouillé et il y a de cela 40 ans. Ce qui veut dire qu'elle-même pense que tout cela ne vaut pas un tel battage et un tel acharnement. Et vous en parlez encore et vous devriez vous poser la question de votre acharnement sur cette affaire et pas sur d'autres comme Jacqueline Sauvage qui, elle, a tué et a été libérée. Donc basta.

kjvh
12/09/2019 à 00:05

Diffamation à propos de quoi exactement ?

Sinon : https://www.haoui.com/newsletter/2009/Octobre13/exclusif/

Plus

votre commentaire