Une association veut interdire la sortie de Mektoub my love : Intermezzo pour cause de pornographie

Christophe Foltzer | 7 juin 2019 - MAJ : 07/06/2019 10:14
Christophe Foltzer | 7 juin 2019 - MAJ : 07/06/2019 10:14

Abdellatif Kechiche est un réalisateur jusqu'au-boutiste, loin de laisser indifférent. Ces deux raisons (entre autres) font de son cinéma un objet d'analyse passionnant. Même si avec Mektoub My Love : Intermezzo, il a poussé le bouchon très, très loin.

Il n'y a même pas deux semaines, la projection de Mektoub My Love : Intermezzo au Festival de Cannes avait fait scandale : un film de 3h30, dont 2h30 de scènes moites dans une boite de nuit agrémentées d'une scène de cunnilingus non simulé de près d'un quart d'heure, c'était trop pour les festivaliers (et pour notre Simon Riaux, voir sa critique).

 

photoUn film qui fait débat

 

La suite, on la connait : gros malaise générale, Kechiche qui s'extirpe de la projo en s'excusant, Ophélie Bau absente de la conférence de presse et du photo-call, puis la publication d'un premier article citant une source anonyme évoquant les méthodes potentiellement problématiques du réalisateur lors du tournage du film. Bref, tout ce qu'il faut pour créer un vrai bon scandale. Mais il manquait encore quelque chose : la montée au créneau d'associations bienpensantes.

Dans un communiqué publié le 4 juin dernier dans les colonnes du Figaro, l'association Stop au porno demande purement et simplement l'interdiction de tout visa d'exploitation pour le film, ce qui l'empêcherait de sortir en salles. C'est Jeanne Smits, journaliste et vice-présidente de l'AGRIF (Alliance Générale contre le Racisme et le respect de l'Identité Française et chrétienne) qui s'est faite la porte-parole de cette croisade.

 

Photo

 

"On justifie un certain nombre de scènes pornographiques pour leur qualité artistique. Mais ces scènes de sexe non simulées ont écoeuré à Cannes des spectateurs alors qu'ils sont plutôt aguerris."

Et là, on a comme un problème : rien dans ces déclarations ne prouve que les membres de l'association ont vu eux-mêmes le film et rien ne permet de justifier une interdiction de visa parce que des spectateurs "aguerris" ont été "écoeurés". Une affirmation invérifiable, gratuite, et surtout, très loin de tout fondement légal ou jurisprudentiel. On sent donc bien l'attaque facile d'une association davantage portée sur la censure idéologique que par la préservation des bonnes moeurs.

 

photo

 

D'ailleurs, une rapide recherche sur Internet nous apprend que l'AGRIF existe depuis 1983, qu'elle a été fondée par Bernard Antony, ancien Conseiller Général de Midi-Pyrénées, membre du Front National jusqu'en 2008, actuel président de l'association et volontiers présenté comme proche des milieux nationalistes et représentant d'une sensibilité catholique traditionaliste.

Et ce ne serait pas la première fois qu'Abdellatif Kechiche se frotte à ce genre de problème puisque, déjà en 2015, l'association catholique intégriste Promouvoir était parvenue à lui faire retirer le visa d'exploitation de La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2. On n'ira pas jusqu'à faire de Kechiche un symbole, mais il représente à nouveau les menaces pesant en France sur la liberté d'expression, à fortiori l'expression artistique laïque.

Parallèlement, ce désir de censure exprime probablement un agenda politique qui va au-delà de la seule oeuvre d' Abdellatif Kechiche. En effet, le législateur a modifié la loi il y a quelques mois à peine. Jusqu'à récemment, toute présence de scènes de sexe non simulées était automatiquement synonyme d'interdiction aux moins de 18 ans. Une automaticité qui a disparu, et oblige la Commission de Classification à se prononcer au cas par cas. Un changement contre lequel la démarche de l'AGRIF s'inscrit peut-être.

 

Photo

Tout savoir sur Mektoub My Love : Intermezzo

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
mec cool
25/07/2019 à 09:19

ces associations une catastrophe c'est pas parce qu'ils sont d'un avis que le monde doit les suivre la planète meurt et ils font chier pour un film qui a des scenes de sex on va vraiment droit dans le mur l'humanité bientot il y aura des association pour arreter de manger du chocolat c'est n'importe quoi ces associations qui ont rien a foutre de leurs vies

Porno
25/06/2019 à 16:15

Ltrntzoo

benoit 16 soupapes
08/06/2019 à 14:33

À l’ère du net, quasiment tous les gamins 15 ans ont déjà vu des corps dénudés et même parmi les enfants de cathos. Les grenouilles de bénitier trouvent choquant des corps dénudés en action dans les films mais par contre rien de choquant qu'un gamin mate un type crucifié dégoulinant de sang. En fait ils sont plus hard core que nous. On ne les entends jamais quand un pauvre enfant a été abusé par un prêtre, c'est le silence radio.

Smbdy
07/06/2019 à 20:43

On en vient à s'étonner que le mot morale figure encore au dictionnaire. La morale comme empêcheuse de tourner en cacahuète...
Un type tourne une scène porno assumée comme telle car "non simulée", qui devrait provoquer immédiatement une interdiction aux moins de 18 ans pour ladite scène. C'est le cas pour toutes les productions du milieu x, peu importe la nature ou la longueur ou le contexte des scènes. Maintenant que ce n'est plus le cas pour les films classiques, on est en droit de s'en inquiéter.
Ah et aussi que vient f...tre le mot "laïque" dans cet article ?! Quel est le lien entre la protection des mineurs contre le porno et les religions ?

M1pats
07/06/2019 à 19:41

C est le taré de pseudo réalisateur qu il faut interdire du cinéma comme son cousin germain Gaspar Noé

M1pats
07/06/2019 à 19:39

@Django

Diabolisation de quoi ??? Y a un genre pour ce genre de films ou videos ça s appelle le porno et ça sort sur des sites et chaines spécialisés personne ne diabolise rien

Django
07/06/2019 à 19:24

Quelle hypocrisie des bien-pensants qui sont d'accord pour montrer des mecs lécher des flingues avant de tirer un coup, mais pas autre chose... Marre de la diabolisation de la sexualité...

Maurice Escargot
07/06/2019 à 19:18

Les petits groupements de gens qui s'érigent en garant hystériques de la morale alors que personne ne leur demande rien, alors qu'il existe déjà des organismes compétents pour classifier les films, me donnent toujours l'impression d'être une bande d'illuminés à l'idéologie douteuse. Par exemple, dans le cas présent, des cathos intégristes, tiens donc quelle surprise...

Greg
07/06/2019 à 19:17

@Simon

Je ne sais pas à partir de quand on peut parler "d'écrasante majorité", mais j'ai quand même lu plusieurs articles et avis de critiques, notamment français, qui défendaient franchement le film (du côté des Inrocks, du Bleu du miroir, Positif aussi il me semble...)

Ankytos
07/06/2019 à 18:27

Je n'aime pas Kechiche à cause de ses méthodes qui avaient déjà fait débat sur la Vie d'Adèle ; l'art ne justifie pas un comportement humain de ce genre. En revanche, je déteste particulièrement la censure moralisatrice (chrétienne ou autre) qui veut juste interdire ce qu'elle n'aime pas ou ne comprend pas. Et non, la pornographie n'est pas simplement le sexe non simulé (même si je juge cela sans intérêt dans un film de fiction non pornographique, sauf pour faire une publicité idiote ou satisfaire les obsessions particulières du réalisateur). Il n'y avait clairement pas de quoi être excité devant Baise-moi ou Romance. Ce sont surtout des mauvais films à mon sens.
Comme le chantait Léo Ferré "l'encombrant avec la morale c'est que c'est toujours la morale des autres" (Une citation pour conclure, ça fait bien :) )

Plus
votre commentaire