Netflix vs le cinéma : pour le producteur Jason Blum (Us, Halloween, Conjuring...), il est trop tard pour reculer

La Rédaction | 9 mars 2019
La Rédaction | 9 mars 2019

À chaque compétition, la polémique est relancée : Netflix, c'est du cinéma ou pas ? Pour le producteur Jason Blum, c'est une question qui se résout d'elle même.

Les plates-formes de streaming SVOD, et Netflix en tête, sont véritablement en train de provoquer un changement d'époque au sein de l'industrie du cinéma. Et si le débat est relancé à chaque fois au détour des compétitions (Oscars, Cannes etc) autour de ce qu'il semble être des caprices de règles du jeu, la question est plus profonde que cela, et les conséquences risquent d'être très concrètes pour les salles de cinéma. Alors, le streaming : pour ? Contre ?

Hé bien Jason Blum lui-même, le fameux producteur star de l'horreur et notamment du prochain Us (mais aussi de Get OutHalloween, et tout le Conjuring-verse) n'arrive pas à se décider. Mais son indécision lors d'une interview éclair au festival SXSW a le mérite de poser assez clairement les termes du débats :

 

 

 

Lorsqu'on lui demande s'il pense que Netflix et consorts devraient pouvoir aller aux Oscars, il répond : "Vous savez, j'ai vraiment des arguments dans les deux sens, et je n'ai vraiment pas de position tranchée à ce sujet. Je comprends vraiment qu'il faille que les films soient visibles dans les salles de cinéma pendant trois mois avant de pouvoir aller aux Oscars, mais je pense aussi qu'on essaye d'arrêter le progrès, donc je change d'avis sans cesse. (...) Beaucoup de gens n'ont pas les moyens d'aller au cinéma, et c'est le futur, c'est la même chose que lorsque la couleur est arrivée, que le son est arrivé, le futur de notre consommation de films, c'est principalement le streaming, et on ne peut plus l'arrêter".

 

PhotoRoma, l'Oscar de la discorde

 

Voilà qui donnera du grain à moudre à un certain Steven Spielberg. Pour la culture, Jason Blum mentionne très pertinemment l'apparition du cinéma parlant, qui a été considéré comme vulgaire et populaire à ses débuts, en opposition au cinéma muet, rangé du côté de l'art (Un sentiment particulièrement bien retranscrit et traité dans Chantons sous la pluie). Alors, Netflix, victime de snobisme cinéphile ? On vous laisse juger.

Pendant ce temps, le très attendu Us, produit par Jason Blum et second film de Jordan Peele après le très réussi Get Out, sortira le 20 mars, et on vous en causera très bientôt.

 

affiche

Tout savoir sur Jason Blum

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
MystereK
11/03/2019 à 18:55

"Si pour certains, cinéma veut dire salle obscure" Le truc c'est que plus de la moitiés des films cinéma produit ne verront pas une salle de cinéma pour le public. En Chine, c'est encore pire..... Un film et un film, c'est de film qu'il faut parler, pas de cinéma, c'est l'oeuvre qui compte, par le mode de visionnement.

Rudy Mako
11/03/2019 à 11:54

Est-ce que Netflix fait du cinéma? S'il faille le définir comme une industrie, je dis oui. D'ailleurs, ne dit-on pas industrie du cinéma? Si pour certains, cinéma veut dire salle obscure, alors ok. Netflix fait de la tv. Mais au fond, série, film c'est du cinéma. Non? C'est l'évolution, et les rea paniquent

MystereK
10/03/2019 à 17:25

Richter, les films ont commencé à être diffusé à la télévision bien avant l'arrivée de C+. Lorsque j'étais gosse, les chaines avaient moins de restrictions qu'aujourd'hui, ensuite une loi a été mise en place pour ne pas diffuser de films le mercredi, vendredi et samedi soir pour ne pas concurrencer le cinéma, mais avant cela, France 3 diffusait un film tous les soir (avec un jingle devenu mythique).

Cookie, je me rappelle également que Spielberg avait dit non au DVD à ses débuts, il a fallut attendre un peu pour ce que ses films soient édités.

Richter
10/03/2019 à 09:50

Peut-être que tout a commencé lors de la diffusion de films à la télévision, tout simplement? Je penses surtout à Canal + dès 1984. Le système est là et il va falloir faire avec.

Thierry
10/03/2019 à 08:58

Et ce qui est excellent aussi pour Netflix et tous les autres en mode streaming, c'est qu'il n'est plus utile ici de dépenser des dizaines de millions de dollars pour promouvoir le film. Du coup, c'est autant d'argent en plus pour produire et créer de nouveaux films et séries. Cercle vertueux. Et Netflix a atteint ce niveau. Bravo et merci pour cela. :))

cookie
09/03/2019 à 23:42

On a dit la même chose lors de l'arrivée de la VHS et que ça a changé notre mode consommation de films (pour reprendre l'expression de Jason Blum). Il est d'ailleurs intéressant de noter que Spielberg était tout aussi contre à l'époque et avait déclaré que E.T. ne sortirait jamais en VHS. Mais finalement l'évolution du marché a fait que...

Je pense que Blum a raison au fond. Qu'on le veuille ou non Netflix est là, il a déjà changé beaucoup de choses dans notre rapport au cinéma et à la télévision et va établir de nouvelles règles dans notre rapport à la culture. On est obligé de compter avec lui.

MystereK
09/03/2019 à 23:23

zetagundam VCos renseignement sont faux, beaucoup de film Netflix sont visibles dans beaucoup de cinéma autour du monde avec une basence notable, la Ferance. Certe, ce ne sont aps des difussons à grande échelle comme pour les blockbusters, mais les films marquant sont bien distribrués pour les amateurs de grand écrans pendant quelques semaines... Impossible en France à cause de la chronologie des médias, cela n'a rien à voir avec la politique Netflix.

Les oeuvres Netflix ne sont généralement pas des DTV parce que la mojorité des films Netflix ont été développées pour le cinéma et le vrai producteur, et pas Netflix qui a racheté l'oeuvre, décide de ce passer d'une distribution en salle. Annihilation a été ainsi vendu à Netflix car considéré comme trop intelligent. Roma et Buster Scruggs ont été conçu pour le cinéma bien que les auteurs savaient qu'ils seraient principalement diffusé sur Netflix (j'ai entendu personnellement Joel Coen parler de sa production).

VOUS NE VOUS RENDEZ MEME PAS COMPTE QUE LA MAJORITE des oeuvres de cinéma ne verront jamais un cinéma, tout simplement parce qu'à l'internaltionnal il y a plusieurs millier de films cinéma produit par an que qu'ils n’arriveront jamais à trouver un chemin jusqu'à une sortie.

Fedor, pareil pour vous, vous ne semblez pas connaitre les méandres de la production cinématographique. Ce n'est pas parce qu'un film est sur Netflix qu'il y été directement conçu pour le streaming. De plus il n'y a rien qui empêche dans le réglement des Oscars d'intégrer une oeuvre conçue pour le streaming qui a eu une distribution au cinéma comme ce fut le cas pour Roma ou Scrugs et comme cela sera le cas pour le Scorsese.

Les gars NETFLIX c'est qu'un moyen de distribution de plus, c'est tout, et c'est pas le moyen de distribution qui fait la qualité d'une oeuvre. Cette ségragation des média est absurde, un film est un film, un bon film est un bon film tout comme un mauvais film et mauvais film, peut importe pour quel support il est conçu. Et avoir un prix appelé "Meilleur film" qui exclurait d'office le meilleur film de l'année à cause de son moyen de distribution, c'est juste con.

GIlets, v'est hors-sujet et ici on parle cinéma, pas de militantisme politique.

RaidenX
09/03/2019 à 23:13

Tout le monde ne peut pas aller au cinéma ? Sérieusement ? Même les smicards ont pas 10 balles par mois ? Faut arrêter de dire des conneries...

Thierry
09/03/2019 à 22:52

De l'accès aux œuvres, voilà la seule et véritable question. Depuis le streaming, musique et cinéma, la possibilité d'accéder aux œuvres, aux musiques et aux films a été multiplié par cent et plus. On peut découvrir en une semaine ce que l'on voyait en un an ou plus. C'est un âge d'or que nous vivons, et les débats au sujet de la qualité plus ou moins élevée d'une œuvre en fonction de son lieu et mode de diffusion relève de la pure bêtise. Ainsi, le film "Serenity" , vu aujourd'hui, est un film de qualité, avec de bons acteurs, produit par Netflix et vu sur Netflix. C'est du bon cinéma, et pourtant apprécié en dehors d'une salle de cinéma. Tout est pour le mieux. Ces débats à propos d'une hiérarchie supposée des œuvres et des médias sont stériles, nuls et non avenus. :))

zetagundam
09/03/2019 à 19:00

@Nobuo

Dans ce cas, que Netflix arrête de réclamer des récompenses aux Oscars puisqu'il refuse dans la quasi majorité des cas de diffuser "leurs" œuvres au cinéma c'est aussi simple que cela.

A titre d'exemple le champion du monde de rally ne peut prétendre au titre de champion du monde de F1 sous prêtexte qu'il est le meilleur dans le monde du rally

Après ce serait pas mal que Netflix accepte l'édition de "leurs" films en DVD ou Blu-ray après un certain temps de diffusion sur leur réseau car 1) tout le monde ne veut pas ou ne peut pas s'abonner chez eux et en plus certaines œuvres risquent de "disparaîtrent" si Netflix le décide

Plus
votre commentaire