Grâce à Dieu : le film de François Ozon sur les prêtres pédophiles frappe fort dans sa bande-annonce

Mise à jour : 06/12/2018 14:46 - Créé : 6 décembre 2018 - La Rédaction
Affiche
62 réactions

Melvil Poupaud, Denis Ménochet et Swann Arlaud sont les protagonistes de Grâce à Dieu, le nouveau film de François Ozon qui ne passera pas inaperçu en février.

S'il tourne à un rythme affolant (Dans la maison en 2012, Jeune & jolie en 2013, Une nouvelle amie en 2014, Frantz en 2016, L'Amant double en 2017), François Ozon attire rarement une très grande attention aux yeux du grand public. Sauf lorsqu'il se paye une sucrerie comme Potiche, avec un casting de superstars et un objectif de divertissement fédérateur.

Grâce à Dieu devrait être un cas à part. Tourné en toute discrétion, le film s'intéressera à trois hommes, victimes d'un même prêtre pédophile, qui décident d'affronter leurs traumas et mener une bataille. Un sujet fort et un titre qui fait bien sûr référence aux mots atroces du cardinal Barbarin : "La majorité des faits, grâce à Dieu, sont prescrits."

 

 

François Ozon retrouve pour l'occasion Melvil Poupaud, après Le Temps qui reste et Le Refuge. C'est aussi des retrouvailles avec l'excellent Denis Ménochet après Dans la maison. Ce sera en revanche une première collaboration avec Swann Arlaud, révélation de Petit Paysan, qui lui a valu un César. Un trio d'acteur de talent qui s'annonce particulièrement fort dans ces premières images.

Josiane Balasko et Aurélia Petit sont, elles aussi, au casting du film, qui relancera sans nul doute de lourds débats sur l'Eglise. D'autant que la première bande-annonce n'y va pas par quatre chemins, et aborde frontalement de nombreuses facettes de ces drames - la culpabilité, le silence, l'incompréhension, la douleur.

En salles le 20 février 2019.

 

Affiche

commentaires

Joe Staline 07/12/2018 à 14:31

C'est tout de même grave qu'il faille traiter le problème grave de la pédophilie à travers le petit prisme de l'Eglise. Comme si ce grave problème ne concernait que l'Eglise. Comme si dans les hôpitaux, les écoles, les associations caritatives et sportives, il n'y existait pas ce problème. Comme si, quelque part, ce n'était grave que dans le cadre de l'Eglise ...

Brouette 06/12/2018 à 20:18

En attente d unbiopic du réalisateur sur Marlène Shiappa

Hasgarn 06/12/2018 à 18:35

Je ne serai pas aussi raide que ElDanish (et d'ailleurs, je ne me permettrai pas de commenter les dialogues tant que je ne sais pas si cela reflète un peu la réalité ou pas), mais ça fout un peu mal de voir ça. Le sujet est dur mais bien traité, ça peut donner un très bon film.

Perso, si ça me fait la même chose que Spotlight, c'est tout bon.

ElDanish 06/12/2018 à 15:50

Les dialogues sont d'une bêtise, les acteurs les débitent sans jouer réellement, du cinéma qui se veut éveilleur de conscience mais qui pue la consensualité.
Si le film est comme la bande-annonce on aura droit à un bon film de merde.

votre commentaire