Netflix et mutations : David Cronenberg parle du futur du cinéma

Mise à jour : 12/07/2018 15:24 - Créé : 12 juillet 2018 - La Rédaction
Photo David Cronenberg
13 réactions

Disney va-t-il manger le cinéma ? Netflix va-t-il tuer l’Art ? Il y en a un que tout cela n’inquiète pas du tout, et c’est David Cronenberg.

Le réalisateur de La Mouche, du Festin nu, ou encore de Vidéodrome a tenu récemment une conférence à l’OCAD, université située à Toronto, dans laquelle il est revenu sur les grands bouleversements qui agitent actuellement le 7e Art.

Il faut dire qu’entre l’avènement de studios surpuissants, aux catalogues et à la force de frappe toujours plus amples, et le succès croissant de plateformes telles que Netflix, usages et propositions s’en trouvent changées.

Pour autant, David Cronenberg se refuse à toute forme de déclinisme, convaincu que les évolutions actuelles sont logiques.

 

Photo David Cronenberg David Cronenberg dirigeant les comédiens de Maps to the stars

 

« Le peintre Willem de Kooning disait : "La chair est la raison pour laquelle on a inventé la peinture à l’huile". Et je dis que le corps humain est la raison pour laquelle le cinéma a été inventé. Le visage, le corps, sont ses véritables sujets, l’élément le plus souvent filmé au cinéma c’est le corps.

Je suis ici aujourd’hui parce que j’ai fait quelques films. Quoi qu’il en soit, du fait d’internet, de Netflix, du streaming, le cinéma est en train de se dissoudre, le grand écran se subdivise en une multiple de petits écrans, ce qui cause pas mal de stress au sein des défenseurs nostalgiques du cinéma.

Pour moi, ça ne compte pas. En réalité, ça me plaît. Parce que le corps humain évolue, change, et le cinéma étant affaire de corps, cela fait sens qu’il se transforme également. Si les films disparaissent un beau matin, je n’en aurais rien à faire. Dire le contraire, leur donner ce statut, c’est en amputer la vie. »

 

Photo David Cronenberg David Cronenberg sur le tournage de A History of Violence

commentaires

MystereK 13/07/2018 à 01:14

David Cronenberg en a également parlé aujourd'hui au NIFFF (Neuchâtel International Fantastic Film Festival) en Suisse où il préside le jury du festival. Il y a évoqué la fin de sa carrière cinématographique. Pour lui, le cinéma c'est des nouvelles et les séries, c'est des romans.

Un abonnement mensuel à Neflix France coûte entre 7.99, 10.99 ou 13.99, soit à peine plus qu'une place de cinéma, donc bien en dessous du prix d'un abonnement de cinéma. Amazon Prime, c'est

Roukesh 12/07/2018 à 15:45

Assurément l'un de mes réalisateurs préférés, j'apprécie sa façon de penser. Tant que le consommateur n'est pas trop pris pour un con. Le problème qu'on risque de connaître une multiplication des abonnements.
Devoir s'abonner un mois à l'un puis résilier pour s'abonner à un autre, ça m'embête légèrement. Parce que sinon, la facture sera salée, bien plus qu'un abonnement au ciné du coin.

votre commentaire