Une affaire de famille : la Palme d'or de Cannes 2018 est-elle un problème pour le gouvernement japonais ?

Créé : 22 mai 2018 - Prescilia Correnti
photo
2 réactions

Hirokazu Kore-eda a remporté la Palme d’or du dernier Festival de Cannes. Belle récompense pour le réalisateur, mais pas le Premier ministre nippon et son gouvernement.

Ordinairement, il est de coutume pour le Premier ministre nippon de venir vanter les mérites de ses ressortissants primés à l’étranger. Or, celui-ci est resté bien silencieux et réservé depuis que le Japonais Hirokazu Kore-eda a reçu la Palme d’or. Et pour cause, son long-métrage ne cesse de dénoncer la politique de l’archipel nipponne. Aïe, le japon pas si idyllique ça.

 

Photo Lily Franky, Jyo Kairi

 

Le lauréat de la Palme d’or de ce 71e festival de Cannes doit sentir le vent de la discorde souffler dans son dos. Le treizième film du réalisateur japonais dépeint la société de son pays à travers le prisme familial. "Le fossé se creuse entre les très riches et les très pauvres qui ont du mal à subsister en dépit de leur dur labeur. Parfois, ils peuvent toucher plus en allocations qu'en travaillant"  a raconté le cinéaste au micro d'Allociné. Son long-métrage, inspiré d'un fait divers, dénonce les effets néfastes de la division japonaise. Une situation créée selon lui par son Premier ministre.

Alors quel meilleur moyen que le septième art pour contester aux yeux du monde une politique qu’il juge inappropriée pour la culture de son pays et celui de l’art ? Le réalisateur reproche à Shinzo Abe, le Premier ministre, de favoriser les films commerciaux, au détriment du cinéma indépendant. " Ici, au Japon, la culture n’est pensée qu’en fonction des bénéfices qu’elle pourrait rapporter au pays "  lançait ce dernier lors de l’inauguration du Festival international du film de Tokyo.

 

 

Une affaire de famille suit l'histoire d'une fratrie qui pratique des vols à l'étalage pour survivre. Au détour d'une nouvelle expédition, Osamu et son fils recueillent une petite fille, livrée à elle-même, errant dans la rue. En dépit de leur pauvreté flagrante et de leurs maigres revenus, la famille survit tant bien que mal, en essayant de garder le sourire. Une chronique familiale à la fois poignante et profonde, qui en tout cas, a su nous séduire.

On peut vous dire pour conclure cette histoire que le porte-parole du gouvernement s’est contenté d’un "félicitation M. Kore-eda". Très sincère tout ça. Une affaire de famille n'a pour l'instant aucune date de sortie précise dans les salles françaises.

 

Affiche officielle

commentaires

jetebiftek 22/05/2018 à 17:15

@Roukesh L'ultra délinquance des immigrés en moins , y'a les yakuza tu me dira ...

Roukesh 22/05/2018 à 15:42

En clair, ils ont exactement les même problèmes que nous.

votre commentaire