Roman Polanski va enfin se frotter à la justice américaine... mais pour attaquer les Oscars

Lino Cassinat | 9 mai 2018
Lino Cassinat | 9 mai 2018

Roman Polanski est un homme en colère qui n'a peur de rien, et surtout pas de la justice.

Il y a un peu moins d'une semaine, l'Académie des Oscars a pris la décision d'expulser deux de ses membres : Bill Cosby et Roman Polanski, tous deux empêtrés dans de sordides affaires de viols toutes plus glauques les unes que les autres. Si le premier est en train de rencontrer son destin aux Etats-Unis où il est actuellement en train de descendre aux enfers, le réalisateur de Répulsion et Le Locataire jouit encore d'une cuirasse française en peau de politique des auteurs qui lui garantit invulnérabilité, présidence des Césars 2017 (avortée, dommage ça aurait été drôle de le voir remettre un prix à Elle) et honneurs à la Cinémathèque.

Mais apparemment ce n'est pas assez, puisque Roman Polanski voudrait aussi qu'on lui donne sa chance aux Etats-Unis. Il menace ainsi d'attaquer les Oscars sur un point précis de leur décision. C'est là que ça devient drôle.

 

Photo Le PianistePenchons nous ensemble (mais pas trop c'est dangereux) sur le règlement

 

Roman Polanski estime en effet que l'Académie n'a pas respecté son propre règlement, ce qui rendrait l'expulsion illégale. L'avocat de Roman Polanski s'indigne en effet dans une lettre adressée au président de l'Académie John Bailey (qui a d'ailleurs été accusé de harcèlement sexuel il y a peu, comme quoi le monde est mal fait) :

"Je vous écris cette lettre pour éviter des poursuite inutiles. M Polanski a le droit d'aller en procès et de demande à ce que votre association suive ses propres règles, ainsi que la loi Californienne. La seule solution serait que votre organisation suspende l'expulsion illégale de M Polanski et suive ses proprs règles de conduite en donnant à M Polanski une notification des charges retenues contre lui et une audience équitable pour qu'il puisse défendre avec respect sa position. Nous entendons demander à l'Académie qu'elle suive ses propres règles, qui veulent que Roman se voie notifier d'un délai de 10 jours pour présenter sa version des faits."

 

Photo Le PianisteRoman Polanski sur le boulevard des arguments éculés

 

On ne niera évidemment pas au réalisateur son droit à la défense, mais on est en revanche pas très curieux d'entendre sa version des faits, et pour cause, ça fait 40 ans qu'on la connaît. Qui a envie d'entendre encore une fois qu'une gamine de 13 ans, Samantha Geimer, s'est retrouvée chez lui droguée et sodomisée parce qu'elle le voulait et qu'elle n'avait qu'à pas se droguer ? Sans compter qu'il faudra probablement qu'il se justifie aussi à propos de la dizaine d'autres femmes qui l'accusent des pires sévices alors qu'elle étaient enfants.

Ce qui est particulièrement tragi-comique dans toute cette histoire, c'est que Roman Polanski a l'air beaucoup plus prompt à défendre ses statuettes dorées devant l'Académie, que son "honneur" devant un tribunal américain. Cependant, malgré même le soutien de Samantha Geimer, qui a qualifié l'expulsion de stupide et n'y voit qu'un démagogisme hypocrite, ce nouveau numéro de clown chocolat ne verra probablement pas le jour, puisque l'Académie invoque un autre point de règlement pour clore cette affaire, comme l'affirme un porte-parole à The Wrap.

 

Photo Roman Polanski, Jackie ChanC'était quand même plus drôle de trifouiller les derrières de Jackie Chan et Chris Rock dans Rush Hour 3. Ou pas en fait.

 

"Le Board of Governors conserve un devoir et une autorité indépendantes et supérieures au règlement, qu'il peut forcer pour adresser ou agir sur quelque problème qu'il soit vis-à-vis du statut d'un membre, que le problème soit présenté par la procédure susnommée ou non."

Ce à quoi s'ajoute une autre règle : "Tout membre de l'Académie peut être suspendu ou expulsé par le Board of Governors. La suspension ou l'expulsion doit alors recevoir un vote affirmatif de pas moins des deux-tiers des Governors."

Roman Polanski n'aura donc probablement pas l'occasion de faire un petit voyage aux US, dommage, il a plus qu'à se taire maintenant.

 

Roman Polanski

 

Tout savoir sur Roman Polanski

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Lino Cassinat
09/05/2018 à 23:17

Je confirme !

Geoffrey Crété - Rédaction
09/05/2018 à 21:42

L'existence de Lino est plus forte que vos doutes.

Et s'il n'existe pas, faudra nous dire qui est cette personne dans la rédaction depuis quelques mois, qui est même apparue dans nos vidéos

https://www.ecranlarge.com/films/dossier/1008308-valerian-la-momie-l-amant-double-baywatch-voici-les-flops-2017-cinema-de-la-redaction-attention-on-est-mechant

STEVE
09/05/2018 à 21:36

Riaux prend bien des pseudos pour attaquer avec virulence certaines personnes osant critiquer ses articles ;)

yol
09/05/2018 à 18:07

honteux dire qu'une partie de la classe politique le soutien comme frédéric mitterand...

Scarface666
09/05/2018 à 18:06

Je suis choqué, entre le "pas trop, c'est dangereux" et la prise de conscience que c'est Polanski dans cette scène de l'oublié Rush Hour 3.... xD xD xD Made my day, thx EL <3

Geoffrey Crété - Rédaction
09/05/2018 à 16:30

T"inquiète pas Lino, nous on sait que tu existes. C'est ça qui compte.

Lino Cassinat - Rédaction
09/05/2018 à 16:23

:(

Geoffrey Crété - Rédaction
09/05/2018 à 16:09

@David Lynche

Tiens ! Si vous faîtes un tour sur nos vidéos, vous découvrirez que Lino Cassinat est bel et bien une personne réelle. Oui oui.

David Lynche
09/05/2018 à 15:10

Tiens ! Simon Riaux prend encore un pseudo...

Le Waw
09/05/2018 à 14:52

Mais quelle pauvre merde...

votre commentaire