John Bailey, le président de l'Académie des Oscars, est accusé de harcèlement sexuel

Christophe Foltzer | 19 mars 2018
Christophe Foltzer | 19 mars 2018

On ne va pas se le cacher plus longtemps, c'est un peu chaud dans le monde du cinéma depuis quelques mois. Et comme le cinéma n'est jamais que le reflet de la vie réelle, c'est vous dire si c'est le bordel.

Après, c'est clairement une bonne chose que les bons gros prédateurs sexuels qui gangrènent Hollywood tombent les uns après les autres. Déjà par égard pour leurs victimes, mais aussi parce que ça fait le ménage et que l'espoir que l'industrie du cinéma retrouve un peu de noblesse n'est plus aussi illusoire.

Bien sûr, il y a évidemment des dérives, le tout se transformant en tribunal populaire et il convient de savoir faire la part des choses. Et des fois, il y a un très bel exemple d'ironie dramatique.

 

photoHarvey Weinstein

 

On se rappelle que la dernière cérémonie des Oscars, bien plus encore que les précédentes, avait montré un visage concerné et engagé dans la place faite aux femmes au sein de l'industrie et son refus d'autres affaires sexuelles scandaleuses après le shitstorm déclenché par Harvey Weinstein. On n'en attendait pas moins d'un milieu aussi réactif et politique, soucieux avant tout de son image. Bref, ça commençait à bouger et les Oscars étaient au diapason de ce mouvement un brin chaotique.

 

Photo Casey AffleckCasey Affleck

 

C'est donc avec une énorme surprise qu'on apprend via le site Variety que John Bailey, le président de l'Académie des Oscars, est sous le coup de trois accusations d'harcèlement sexuel. L'Académie a reçu ces plaintes jeudi dernier et a immédiatement ouvert une enquête, sans pour autant dévoiler publiquement l'identité des plaignants ou les détails des plaintes, bien entendu. Une Académie d'ailleurs très à cheval sur ces questions puisqu'on se rappelle qu'en octobre dernier, 10 jours après l'éclatement du scandale, elle avait dégagé Harvey Weinstein. Autre fait, Casey Affleck, poursuivi pour harcèlement en 2010, avait été interdit de remise de l'Oscar de la meilleure comédienne. En décembre, elle a mis au point un code de conduite interne qui permet la radiation ou le renvoi de quiconque se montrerait coupable de méconduite. Bref, c'est un peu chaud pour Bailey.

Cela dit, rien n'est encore fait puisque les plaintes sont actuellement à l'étude, pour vérifier leur authenticité et, si c'est le cas, des mesures seront prises. John Bailey, par ailleurs ancien directeur de la photographie à succès, avait pour sa part déjà soulevé une petite polémique lorsqu'il avait pris ses fonctions en août dernier, de par son statut d'homme blanc de 75 ans à la tête d'une telle institution au moment-même où la diversité ethnique et culturelle était mise en avant.

 

Photo John BaileyJohn Bailey

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire