Kevin Smith est passé à deux doigts de la mort

La Rédaction | 26 février 2018
La Rédaction | 26 février 2018

Le réalisateur de Clerks et deTusk a fait une grosse frayeur à tout le monde et a failli disparaître à seulement 47 ans.

Kevin Smith est un réalisateur plus forcément aussi connu qu'avant mais qui a une aura culte très importante pour une assez grande partie de la culture geek, qui l'a érigé en champion de leur cause suite à ses nombreuses prises de positions dans ses podcasts et à son charisme légendaire. Mais en plus d'être une voix qui porte, il est également une figure importante du cinéma indépendant des années 90, réalisateur à qui l'on doit Clerks, ou plus récemment Tusk ou encore Zack et Miri font un porno. Il nous a également offert quelques déclarations assez terribles sur Harvey Weinstein.

Bref, Kevin Smith est une figure populaire qui jouit d'une aura culte, et il a bien failli nous quitter la nuit dernière, comme il le raconte avec sa sincérité caractéristique et une sérénité touchante dans un post Facebook :

 

« J'essayais de faire un numéro de stand-up ce soir mais je suis peut-être allé un peu trop loin. Après le premier show, je me suis senti un peu nauséeux. Je suis allé vomir un peu mais ça n'avait pas l'air d'aller mieux. Puis je me suis mis à suer par litres et ma poitrine a commencé à se comprimer. En fait je faisais une grosse attaque cardiaque. Le médecin qui m'a sauvé la vie au Glendale Hospital m'a dit que j'avais une obstruction à 100 % de l'artère IVA (connue aussi sous le nom de "faiseuse de veuves" parce que si elle est perdue, vous êtes foutu). Si je n'avais pas annulé le second show pour aller à l'hôpital, je serais mort ce soir. Pour le moment, je suis toujours en vie ! Mais ce que j'ai appris pendant cet épisode : la mort a toujours été ce que j'ai le plus redouté dans ma vie.

Je ne m'étais jamais imaginé mourir avec diginité quand le temps serait venu. Je me suis toujours dit que je mourrais en criant, comme mon père (mort lui aussi d'une grosse attaque cardiaque). Mais même alors qu'ils coupaient dans mon aine pour mettre un stent dans la mortelle faiseuse de veuves, j'étais rempli de calme. J'ai eu une belle vie : aimé par des parents qui m'ont élevé jusqu'à devenir celui que je suis. J'ai eu une bizarre et merveilleuse carrière dans toutes sortes de médias, des amis extraordinaires, la meilleure femme du monde et une fille incroyable qui a fait de moi un père. Tandis que je contemplais l'infini, je me suis rendu compte que j'étais assez satisfait. Oui, j'allais rater la vie, puisqu'elle allait continuer sans moi - et j'étais embêté de ne pas pouvoir faire #jayandsilentbobreboot avant de mourir. Mais de manière générale, j'étais paré pour la fin, si c'était ce qu'il allait advenir.

J'ai pu faire tellement de trucs cools et j'ai eu tellement d'aventures - comment je pouvais alors me plaindre de payer l'addition. Mais les bonnes personnes de l'hôpital Glendale en ont décidé autrement et ont eu la compétence pour me ramener. De parfaits inconnus m'ont sauvé la vie ce soir (ainsi que mes amis Jordan Monsanto et Emily Dawn qui ont appelé l'ambulance). C'est une partie de mon mythe maintenant et il est à peu près certain que je vais devoir changer certaines choses dans mon mode de vie (il est peut être temps de devenir vegan). Mais le but de ce post est de vous dire que j'ai fait face à ma plus grande peur ce soir... et ce n'était pas aussi terrible que je l'avais toujours imaginé. Je ne veux pas que ma vie se termine, mais si elle se termine, je ne peux pas me plaindre. Elle fut un tel cadeau.

Kevin Smith  »

 

Tout savoir sur Kevin Smith

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire