Bruce Campbell : "Moi, ce que j'aime ce sont les comédies" [Interview carrière]

Perrine Quennesson | 18 mai 2013
Perrine Quennesson | 18 mai 2013

A l'occasion de la nouvelle sortie du Blu-ray d'Evil Dead, Ecran Large a pu s'entretenir avec Bruce Campbell, l'acteur culte du film non moins culte de Sam Raimi. Un constat : Ash, c'est pas un type qui se prend la tête et c'est également un grand fan de Roman Polanski et de documentaires.

 

Quand vous allez à des conventions de cinéma, les gens sont comme fous, hystériques car ravis de vous voir. Ça fait quoi d'être une rock star du cinéma ?

Ça ne me fait rien. Parce qu'en fait ça n'affecte pas ma vie de tous les jours. J'ai une vie très, très normale. Je fais du vélo, de trucs comme ça. Mais dans les conventions, c'est différent. C'est très fun. Car c'est le bon endroit pour rencontrer des gens, le bon moment. J'adore aller là-bas, j'en fais une demi-douzaine par an, c'est toujours fun.

 

Evil Dead est un film culte, plus de 30 ans après sa sortie. Comment ressentez-vous le fait d'appartenir à une telle entreprise qui perdure dans le temps ?

Et bien ça fait longtemps. Nous avons tourné le premier en 1979 donc ça fait 34 ans. C'est juste intéressant de voir que les gens sont encore assez intéressés pour avoir même l'envie d'en faire un remake. Et nous sommes ravis que les gens soient toujours aussi passionnés.

Vous êtes particulièrement connu pour le rôle de Ash dans la franchise Evil Dead. C'est quelque chose qui vous plaît ou, si vous aviez le choix, vous joueriez plus de rôles différents au risque d'être moins connu ?

Voici ce que j'ai appris : les gens qui vont voir des films, ils ne connaissent que ce qu'ils voient. S'ils vont voir des films d'horreur, alors ils m'identifieront comme un acteur de film d'horreur. Mais s'ils aiment les films plus mainstream ou les séries alors ils me verront différemment. Beaucoup de gens ne savent pas que j'ai fait des choses différentes comme Burn Notice, la série dans laquelle je joue actuellement.

 

Et comment vivez-vous cela ?

Bah, je suis mis dans la case de l'acteur de films d'horreur. Mais l'industrie cinématographique ne me voit pas ainsi, ce qui me laisse l'opportunité de faire des choses très différentes. Et j'aime faire des choses différentes, et ce, peu importe, si les fans suivent ou pas.

 

Vous êtes l'un des producteurs du nouvel Evil Dead. Est-ce que prendre en charge, le produire, était un moyen de contrôler un inévitable remake ?

Nous n'avions jamais pensé faire un remake. Ça ne nous était juste jamais venu à l'esprit jusqu'à très récemment. Nous avions pensé faire une autre suite comme un Armée des ténèbres 2, par exemple. Puis, Fede Alvarez, un réalisateur, est venu voir Sam Raimi, je n'étais pas au courant au départ, et lui a dit qu'il était un très grand fan d'Evil Dead. Il a proposé d'en faire un remake. Sam était partant. Il m'a proposé d'en faire partie en tant que producteur, j'ai décidé de lui faire confiance.

 

Vous avez mentionné un Armée des Ténèbres 2...

C'est vraiment nébuleux. Tout est dans la tête de Sam Raimi à l'heure actuelle. Il n'y a ni scénario, ni pitch, ni histoire dont je sois au courant. Je sais qu'il en a envie, il prévoit de l'écrire cet été avec son frère. Mais ça ne veut rien dire de concret, pour l'instant c'est une idée en l'air.

 

On a pu lire également que les deux franchises Evil Dead, l'ancienne et la nouvelle, se rejoindraient à un moment donné. Est-ce vrai ? Ash va-t-il rencontrer Mia ?

C'est plus une idée de Fede que la nôtre. Je pense que Sam est trop protecteur. Qui ferait le film ? Sûrement pas Sam Raimi. Ce serait trop compliqué je pense. 

 

Le premier Evil Dead avait été réalisé avec très peu d'argent. Que pensez-vous des films actuels faits également avec peu de moyens comme Paranormal Activity ou Monsters ?

Je suis un très grand fan des films à petits budgets. Je trouve que maintenant beaucoup trop d'argent sont dépensés dans les films, ça devient n'importe quoi. Le résultat est que cela empêche beaucoup d'autres films d'être faits. Si on faisait des films moins chers, on pourrait en faire bien plus. Ce serait l'occasion, peut-être, de voir encore plus de bons films. Ces longs-métrages au budget monstrueux font plaisir au plus grand nombre, certes, mais ce n'est pas très intéressant. Je défendrai toujours les petits budgets et, d'ailleurs, je continue à en faire moi-même. Mon dernier, My name is Bruce, avait coûté 2 millions de dollars.

 

Les trois premiers Evil Dead étaient un peu décalés pour l'époque, drôles, plutôt second degré. Cela a comme lancé une vague de films d'horreur très second degré, qui ont un vrai recul sur le genre. Le nouveau Evil Dead, à l'inverse, est beaucoup plus sanglant, plus sérieux, plus radical. Pensez-vous qu'il aura une influence similaire et va lancer une nouvelle vague de films d'horreur plus premier degré, comme un retour aux sources ?

Tout est une histoire de cycle. Les films d'horreur vont devenir plus terrifiants pendant un temps puis débiles pour un autre temps puis pornographique - ce qui je l'espère ne reviendra plus jamais - puis slapstick, enfin comique, et ainsi de suite. Dans l'horreur, il y a énormément de sous-genres. Comme Roman Polanski qui fait Le Locataire, mon film d'horreur préféré. Il y a très peu de sang mais c'est terrifiant. Il faut encourager les réalisateurs à se diversifier, à oser. Comme Sixième sens, par exemple. Ça ne se regarde pas deux fois mais je le trouve plutôt intelligent et vraiment bien fait. Il y a plein de façons de faire, j'espère que les cinéastes continueront à les explorer.

 

Sur Ecran Large, nous avons un top 31 des films d'horreur, que pensez-vous du top 10 ?

Il est très bien, ce sont des supers films. D'ailleurs, il y en a quelques uns qui font partie de mes préférés.

 

Quels sont-ils ?

Le Locataire de Roman Polanski, comme je vous l'avez déjà dit, l'Exorciste - l'original- , La Malédiction - l'original - ou encore La Maison du diable. C'est tout ce à quoi j'arrive à penser là maintenant.

Vous êtes particulièrement connu pour vos rôles dans le cinéma d'horreur et de fanstasy mais s'agit-il de vos genres préférés ?

Pas du tout, moi, ce que j'aime, ce sont les comédies. Et par exemple, j'aime beaucoup le mélange d'horreur et de comédie. D'ailleurs, c'est ce que nous avons fait avec Sam car c'est ce que nous aimons tous les deux, particulièrement. Sinon il y a aussi les documentaires. La fantasy, c'est ce que je fais à longueur de journée alors j'aime regarder autre chose.

 

Quel rôle souhaiteriez-vous faire maintenant ?

Je n'ai jamais vu les choses comme ça. J'ai toujours pensé que tous les rôles devaient être joués comme si c'était le rôle dont vous rêviez. Vous devez donner le meilleur de vous-même, dans tous les cas. C'est avec cette mentalité, que vous améliorez un mauvais rôle à la base ou que vous faites d'un bon rôle, un truc génial. Je n'ai donc jamais eu de rôle en tête, je fais juste de mon mieux avec ce qui est disponible.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire