L'Antre de la folie, le sommet de démence frénétique qui a tué John Carpenter

Lino Cassinat | 22 août 2020
Lino Cassinat | 22 août 2020

Beau, misanthrope et terrifiant : L'Antre de la Folie est le film terminal de John Carpenter.

Largement réhabilité aujourd'hui, John Carpenter a pour autant passé la majeure partie de sa carrière à enchaîner échecs commerciaux et critiques tièdes, voire glaciales et ne doit sa popularité qu'à une petite communauté de cinéphiles amateurs de récits fantastiques et au suivi culte de ses oeuvres. En 1994, lorsque l'auteur sort L'Antre de la folie, sa position est plus précaire que jamais. En 20 ans de carrière, John Carpenter n'a jamais réussi qu'à rentabiliser ses films les plus fauchés et chacun de ses "gros" budgets a plus ou moins fait un bide.

 

photoCette fois, ça se passera mieux

 

T'AS PRIS DU BIDE NON ?

Commercialement, les ennuis commencent chez Universal avec The Thing, également son premier film chez une major. Premier budget digne de ce nom avec 15 millions de dollars (de l'époque), le film a beau être une réussite totale, le box-office ne suit pas et ne rapporte que 19 millions de dollars. Carpenter passe alors chez Columbia, réalise un petit succès avec Christine (10 millions de budget pour un peu plus du double au box-office) avant de se planter avec Starman : 24 millions de dollars de budget et seulement 29 rapportés en salle. La note est salée, mais le pire est à venir.

Carpenter passe chez la Fox pour son fameux Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin, et encore une fois, le partenariat sera de très courte durée. Produit pour 20 à 25 millions de dollars, le film fait un four cuisant (qui l'a ?) avec seulement 11 millions de dollars en salles. Carpenter en est à trois échecs sur quatre films réalisés chez des majors. Malignement, il choisit donc de retourner à ce qui l'a porté jusqu'à présent : de l'horreur et du fantastique avec des budgets microscopiques.

Universal accepte donc de le reprendre en partenariat avec Carolco, le légendaire studio indépendant du producteur Mario Kassar qui a produit tous vos films préférés (même Rambo et Terminator 2 : Le Jugement dernier). Grâce à ce double soutien, Carpenter enchaîne deux beaux succès avec Prince des ténèbres et Invasion Los Angeles, tout deux produits pour 3 millions de dollars, et rapportant respectivement entre le quadruple et le quintuple : 14 et 13 millions de dollars.

Rien qui ne s'élève à la hauteur des coups d'éclat passés Fog et New-York 1997, et à des années-lumière de l'anomalie Halloween (le Paranormal Activity ou le The Blair Witch Project de l'époque, produit pour 300 000 dollars et en rapportant 70 millions, soit 233 fois la somme), mais de quoi redonner des couleurs et de la crédibilité à un réalisateur sur la mauvaise pente. Carpenter retente donc sa chance avec un plus gros budget chez la Warner, et là, c'est le drame. Les aventures d'un homme invisible est un nouveau gros plantage. Produit pour environ 40 millions de dollars, il se ramasse complètement et n'en rapporte que 14.

 

photoÇa s'est pas bien passé

 

DERNIER APPEL

L'Antre de la folie est donc un tournant dans la carrière de Carpenter, un second retour aux sources qui doit marcher pour éviter la déshérence artistique et commerciale... mais surtout la perte de l'envie de faire des films. La suite est malheureusement connue : avec 8 à 14 millions de dollars de budget selon les sources et seulement 8,9 millions en salles, L'Antre de la folie part dans les limbes et cloue le cercueil de la motivation de John Carpenter. Il réalisera ensuite un tiède remake de commande du Village des damnés (qui fait un gros bide) puis une suite inutile avec Los Angeles 2013 (tiens, un turbo-bide). Il songe une première fois à arrêter sa carrière : "it stopped being fun" confie-t-il dans une interview en 2007, commentant sa situation juste après le tournage de Los Angeles 2013.

Il acceptera mollement cependant une nouvelle commande avec Vampires (bide bide bide) avant de terminer avec Ghosts of Mars, ultime baroud d'honneur autant qu'agressif doigt d'honneur final, mais qui, paradoxalement, rapporte un énorme paquet d'argent grâce à la présence totalement incongrue d'Ice Cube au casting et... évidemment non, c'est encore un gros bide baveux (mais Ice Cube est bien présent), et John Carpenter se retire (quasiment) pour de bon.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

fourtwo
25/08/2020 à 12:37

C'est vraiment un film génial, encore une fois très ancré dans la matrice de HP Lovecraft, plein de visuels dérangeants, un humour poilant, et un Sam Neill tope moumoute. Je crois que c'est mon Carpenter préféré.

Simon Riaux - Rédaction
24/08/2020 à 17:43

@ moi

Hello,

Comme vous pouvez l'imaginer, on aimerait bien incorporer ce type de dispositifs. Et on surveille les possibilités en la matière. A l'heure actuelle, il s'agit de systèmes très lourds et complexes à mettre en place pour une structure de la taille de la nôtre, qui n(ont pas la faveur de beaucoup de lecteurs. Il est donc encore un peu tôt pour qu'on puisse se permettre de l'ajouter, tant que les technos ou services n'évoluent pas.

Moi
24/08/2020 à 17:40

Merci à la personne qui m'a répondu.
C'est dommage de ne pas pouvoir payer pour un article.


24/08/2020 à 12:18

@ moi

C'est un abonnement. Pareillement, j'aurais aimé avoir un système de point rechargeable pour lire des articles qui nous intéresse. Un peu comme sur certains sites web de journaux.

Pat Rick
24/08/2020 à 09:59

Un de ses meilleurs films.

Moi
23/08/2020 à 15:56

Bonjour,
Je suis intéressé par cet article. Est-il possible de payer uniquement pour un article ? Ou est-ce qu'il faut s'abonner ?

Enfin je me comprends !!!
23/08/2020 à 01:41

Big John. Ton cinéma incompris à l'époque a tout de meme ouvert les portes à des real comme Guillermo Del Toro et consorts...


Merci pour tes films nihilistes et avant gardistes qui ont marqué au fer rouge le cinoche de genre.

Enfin je me comprends !!!
23/08/2020 à 01:38

Je me suis procuré le dvd l'an dernier avec une joie immense .Moi qui visionnai ce chef d'oeuvre il y'a plus de 10 ans.

L'un des plus beaux hommages fait à Lovecraft. Le meilleur de la trilogie de l'apocalypse après The Thing.

Une histoire emboitée dans une histoire.

Avez vous tous lu Sutter Cane?????

Cooper
23/08/2020 à 00:54

@MX, j’avais ce hors série de Mad Movies mais j ai tombé de l eau dessus et il était ultra mort j l ai jeté... et bien sur introuvable maintenant ou à un prix d’or.

Kyle Reese
23/08/2020 à 00:05

@ Dario 2 Palma

Merci pour ces éclaircissements ;)
Il l’a bien mérité sa retraite après tout et malgré les échecs commerciaux de certains de ses films il s’en sort bien et ca c’est cool.

Plus

votre commentaire