Cannes 2019 : John Carpenter fait le point sur ses projets

Simon Riaux | 15 mai 2019
Simon Riaux | 15 mai 2019

Cette année, le Festival de Cannes met à l’honneur John Carpenter. L’occasion pour la légende du cinéma fantastique de faire le point sur ses projets.

C’est une des légendes du 7e Art américain, un réalisateur qui a le western et le cinéma de Howard Hawks chevillés au corps, tant et si bien qu’il les distillera tout le long d’une carrière entre horreur sociale, subversion politique et fantastique. De Assaut, en passant par Halloween, The ThingL'Antre de la folie ou encore Christine, c’est toute la carrière de Big John qu’honore la Quinzaine des Réalisateurs en lui remettant le Carrosse d’or.

Le cinéaste, présent sur la Croisette en a profité pour donner quelques interviews, et les petits gars de Collider ont eu l’excellente idée de demander à John Carpenter s’il comptait tourner prochainement un film.

 

Photo Ghosts of MarsJohn Carpenter sur le tournage de Ghosts of Mars

 

« Je n’en ai pas programmé pour le moment, mais je travaille sur plusieurs choses. J’ai réalisé beaucoup de films et je me suis épuisé, c’est pourquoi j’ai dû m’arrêter un moment. Je dois bien avoir une vie. Pour que je m’y remette j’aurais besoin de conditions correctes. J’adorerais refaire un petit film d’horreur ou un gros film d’aventures.

Il me faudrait un projet qui me plaise, avec un budget décent. De nos jours on fait faire à de jeunes réalisateurs des films avec 2 millions de dollars de budget, quand ils ont été écrits pour coûter 10 millions. Et ils doivent tout restreindre, limiter, et je ne veux plus faire ça à présent. »

 

Photo Invasion Los AngelesSur le tournage d'Invasion Los Angeles

 

Rappelons que la carrière du maître a connu plusieurs revers et difficultés, les studios goûtant parfois peu ses œuvres au discours politiquement chargé. De plus, certaines de ses créations, notamment The Thing, ont connu un sort dramatique au box-office (et se sont faites laminer par la critique), lui valant quelques sévères revers.

Ainsi, si on regrette que John Carpenter n’ait pas un projet sous le coude, connaissant les obstacles qu’il aura dû surmonter, on se félicite déjà qu’il n’écarte pas simplement l’idée de repasser derrière la caméra.

 

Photo Kurt RussellSur le tournage de Los Angeles 2013

commentaires

Louig
17/05/2019 à 17:50

@CinéGood

"Sauf que Carpenter est un peu plus malin que vous." "C'est assez limpide, mais visiblement trop complexe pour ceux qui s'arrêtent en surface." "mais ne critiquez pas quand vous ne comprenez pas le travail d'un réalisateur comme John Carpenter."

Merci pour ce débat.

CinéGood
17/05/2019 à 11:33

@ Louig

Si votre seul argument est de dire que les autres ont "choppé la grosse tête", gardez vos petites certitudes, n'échangez pas sur un forum, vous n'y arrivez pas.

Mr Vide
16/05/2019 à 14:45

Vive lui. Mais tous ses films sont loin d'être des chefs d'œuvre.
The thing c'est le top , pour moi.
Et 1997 aussi , mais le 2013 ,pardon , ça ne passe pas.
Et vive Jack Burton ! Bon, et Prince des ténèbres, puis L antre de la folie et Starmani sont cools. Et l homme invisible est bien.
Ouais bon, j aime plutôt bien voyez. Mais pas 2013, ni Invasion LA, c'est quand même loupé. Ah et Christine est super!

Louig
16/05/2019 à 14:06

@CinéGood

Oui de ce que je comprends c'est en fait un remake ananard jemenfoutsiste jecrachepasurlepognon de NY 1997.
Merci d'éclairer notre lanterne TOI QUI SAIT.
Mais j'ai quand même l'impression que t'as choppé la grosse tête comme Big John. D'ailleurs je conseil de regarder son interview qui passe parfois sur OCS (sur des réalisateurs des années 80) pour voir son niveau de melonite (et c'est pas le seul ^^)

sylvinception
16/05/2019 à 10:42

"C'est quand même incroyable que des surdoués du cinéma comme Carpenter, Mctiernan ou Dante galèrent pour trouver un budget correct pour un film..."

En même temps ils l'ont bien cherché, en s'entêtant à refuser les Marvel, DC et autres Star Wars!!
(lol ?)

CinéGood
16/05/2019 à 10:26

@Louig et aux autres

Si pour vous la qualité des effets spéciaux fait la qualité d'un film alors certes, LA 2013 est un nanard.

Sauf que Carpenter est un peu plus malin que vous. Tout est volontairement "trop" dans ce film : trop de chirurgie esthétique (les maquillages soulignent le grotesque de la pratique), la séquence de surf - hommage à Easy Rider - est moche, les personnages (président US et "Che Guevara" révolutionnaire sont caricaturaux) mais c'est justement pour souligner le de Big John et son coté "anar", qu'il affirmera dans son final où Snake ne choisi ni les Conservateurs, ni les révolutionnaires et préfère le chaos. Il enjoint ses compatriotes à le rejoindre dans sa "croisade" quand Snake allume sa cigarette (produit interdit) dont La marque n'est pas choisi au hasard : American Spirit.

C'est assez limpide, mais visiblement trop complexe pour ceux qui s'arrêtent en surface.

Les effets spéciaux des derniers Star Wars/Marvel/DC/FF sont bien plus réussis, mais les films sont pour la plupart vides de sens. Ce n'est en aucun cas un critère de qualité... et vous avez le droit de les aimer, mais ne critiquez pas quand vous ne comprenez pas le travail d'un réalisateur comme John Carpenter.

Louig
16/05/2019 à 10:04

Tout sonne faux dans LA2013 (aucune inspiration pour le look es soldats, vision technologique foireuse... ) il ne suffit pas de dénoncer pour faire un bon film. Scénario nanard au possible et des images de synthèses dignent d'un jeu westwood de l'époque.

Carpenter est vraiment meilleur quand il n'a pas d'argent ;o)

CinéGood
16/05/2019 à 09:16

@ Cuira

Totalement d'accord.
LA 2013 est même visionnaire de l'évolution totalitaire de la société et particulièrement de la dérive républicaine américaine. C'est un film aux thématiques fortes et qui a sans doute l'une des meilleures fins du cinéma d'action. Snake is the best.

Xprocessor
16/05/2019 à 09:15

Je suis bien d'accord avec Stridy : Carpenter, Mac Tiernan, Dante au pilori... C'est juste inadmissible et cela reflète quand même bien le niveau de réflexivité d'un cinéma US dont les considérations politiques sont devenues plus que pauvres... Il suffit de voir les remakes produits ces temps ci pour se dire qu'il manque quand même quelque chose !

Stridy
16/05/2019 à 08:22

C'est quand même incroyable que des surdoués du cinéma comme Carpenter, Mctiernan ou Dante galèrent pour trouver un budget correct pour un film...

Plus

votre commentaire