Dikkenek : du flop en salles au film culte, retour sur ce phénomène comique

Marion Barlet | 20 septembre 2022 - MAJ : 26/09/2022 12:15
Marion Barlet | 20 septembre 2022 - MAJ : 26/09/2022 12:15

Dikkenek s'est imposé comme un incontournable de la culture populaire, avec ses répliques cultes et ses personnages cinglés, mais qui n'ont pas fait l'unanimité lorsque le film est sorti (et encore aujourd'hui, hélas). Retour sur les coulisses d'une oeuvre grande gueule.

D'aucuns n'aiment toujours pas Dikkenek et ne voient pas l'intérêt d'une telle création, se mettant en porte-à-faux des passionnés du film, qui l'ont vu 10, 15, 100 fois et connaissent ses dialogues par cœur. Aujourd'hui encore, le film est sujet à controverses, mépris et délit de surcotage, mais appartient à la cinémathèque intérieure de beaucoup de spectateurs, qui s'auto-biberonnent de l'incessant délire qu'il constitue.

Les passionnés d'humour belge, cruel, cru, mordant, dégénéré et mal poli poncent leur version DVD ou Blu-ray plusieurs fois par an, et ils peuvent être fiers d'avoir sauvé la mise au film. Malgré son casting juteux, le film a été un échec commercial et critique à sa sortie en 2006, mais il s'est rattrapé grâce aux ventes physiques, au fil du temps. 

 

photo"Ma main à couper qu'ça va encore tourner autour du trou d'balle c't'histoire"

 

Le réalisateur, Olivier Van Hoofstadt a fait une entrée en matière remarquable avec Dikkenek, son premier long, mais n'a pas joui d'une postérité éclatante pour ses autres créations, dont deux longs-métrages : Go fast, sorti en 2007, et Lucky, qui sort en salles post-coronavirus. Son bijou initial reste une perle dans le paysage comique et dans l'esprit second degré au cinéma.

Retour sur un objet culte, sa production, son budget, son accueil, ses influences, ses picoles extradiégétiques et son créateur intempestif.

 

photo, François Damiens"Tu m'remettras la p'tite sœur"

 

UNE PRODUCTION AUDACIEUSE

Avant Dikkenek, Olivier Van Hoofstadt a compté à son actif trois courts-métrages : dans le premier, Snuff Movie, il tourne avec Marion Cotillard qui n'a alors que 15 ans, et il enchaîne avec Keo et Parabellum, dans lesquels joue José Garcia. Passionné depuis son enfance par le cinéma, il commence une école dans ce domaine, mais les cours ne lui plaisent pas, et il décide d'abandonner l'IAD (nom de l'école qu'on retrouve au début du métrage, lorsque Claudy donne une interview à deux étudiants pas bien cuits). Il s'inscrit alors en licence de philosophie et de lettres, mais ne cesse de filmer et de tenir des caméras sur son temps libre.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
garez
22/09/2022 à 14:51

J'ai adoré ce film dès le premier visionnage. À l'époque j'étudiais en Belgique (je suis français) et ma copine était une belge de Charleroi, autant dire que le baraki ne m'était pas inconnu quand j'étais les histoires de ma copine de l'époque

Si les français voient ce film comme un moyen de se rassurrer comme étant supérieur aux Belges ils n'ont rien compris. Ce film c'est une lettre d'amour à l'humour belge, au même titre que C'est arrivé près de chez vous. Je reste persuadé que si je n'avais pas vécu en Belgique pendant trois ans je verrais le film différemment. Et mon dieu que la Belgique et les Belges (enfin les wallons surtout) sont accueillant.

Donc oui il est culte, pour certains et pas pour d'autres, comme certains trouve que Predator est un nanard ou que les films de Tarantino ne sont que violent.

Et je rejoins @ilia si les français pouvait arrêter de s'approprier le moindre truc francophone... c'est comme avec les humoristes, si ça parle français c'est forcément de chez nous même s'ils sont suisses, quebecois ou belges !

Fritz low velocity
21/09/2022 à 14:44

En Suisse Romande j'ai l'impression que le film est bien connu des cinéphiles et même des spectateurs plus lambda, je me souviens pas l'avoir vu à l'affiche dans les cinémas mais il a acquis sont statut culte à la télévision et dans les vidéoclubs. Merci Van Hoofstadt pour cet OVNI de l'humour "white trash"

Zapan
20/09/2022 à 23:36

Compliqué comme film. Culte, pas sûr perso.
La 1er fois je suis passé à coté. Cela ne me faisait ni rire ni sourire.
Je l'ai revu une autre fois lorsque je travaillais du côté de la belgique et me rapelle avoir pensé "comment ai-je pu passer à côté de ca."

Je l'ai revu à nouveau pour le montrer à ma mère et mon frère durant le confinement.... on à dû arreter à mi-parcours tellement on s'ennuyait. Ya vraiment un effet de "localisation" qui marche plus ou moins bien autour de ce film.

rientintinchti2
20/09/2022 à 21:55

Superbe documentaire et étude sociologique

BuntM4gnet
20/09/2022 à 21:16

C'est avec ce genre de films qu'on mesure toute la différence qu'il y a entre la Belgique et la France. Quoi qu'on en pense et malgré les envies de certains Wallons de se rallier à la France (ne faites jamais ça, pauvres fous), en estimant que nos cultures sont finalement très proches, force est de constater que; parisien d'origine vivant en Belgique depuis une 15e d'années, l'écart entre les civilisations de ces deux pays est aussi grand qu'entre les français et les anglais.

L'humour notamment, a une saveur qui n'est que difficilement compréhensible par un Français, tout comme un Belge ne comprend pas souvent la vulgarité des français. Deux mondes à part qui se croient proches.

ilia
29/12/2021 à 09:23

Bon déjà les cocos ricos là, c'est un film BELGE et pas franscillon... Alors arrêtez un peu. Vous connaissez le second degré flamand ? Je crois pas non.... Secundo, ce film est largement plébiscité par les français, bien plus que chez nous en Belgique. La raison est simple : c'est un galimatias rempli de clichés, de préjugés et surtout qui vous confortent vous, les français, dans votre perception de l'autre, et surtout de nous, les Outre-Quiévrains qui confine à la suffisance et à la facilité de juger et de tout mettre dans des tiroirs. Y'a qu'à voir vos délires sur le masque et le vaccin. Et de plus, c'est un bon navet qui à déjà très mal vieilli....

zazou
29/12/2021 à 09:14

Vu hier et c'était pas ouf..

totodu36
28/12/2021 à 22:01

Dikkenek : du flop en salles au film culte, retour sur ce phénomène co(s)mique.

/A tous les grognards :

Nous savons tous que l'humour francophone est souvent mis à mal.
Mais certains d'entre vous faites la fine bouche ?

Imaginez un monde francophone fait de "Joséphine ange gardien" en long métrage ? Avec des vannes écrites par Laurent Ruquier ? EN 6 FILMS !!! Ou alors d'encore plus d'Astérix ratés, ou de Kaamelot en long métrages inutiles alors que l'auteur a du talent pour faire des films avec la grande IZA-ZAZA ? Voulez-vous plus de films avec Florence Foresti ? Avec Dubosc ? Avec GAD ? Sérieux ???

Quand vous dites que ce film, Dikkenek , manque de rythme, je me dis que, à son époque, les "Tontons" ont fait un bide, que le Cave, lui aussi, que le Père noël est une ordure aussi, et on leur reprochait la meme chose.
Le manque de rythme, c'est ces moments ou personne ne comprend plus la situation, manque d'attention parce que la séquence précédente les a bluffé... Ou alors, c'est vraiment mauvais. Mais en général, c'est là que tout ce passe, dans les moments de calme. Là ou on développe les personages, sur des dialogues incongrus.
Et ce queje déteste le plus, pour donner mon avis, c'est que dans aucun film que je vois depuis des annés, les dialogues sonts intéressants. Consensuels, inintéressants, pas droles, pas glauques, pas intéressants...

Autani dire que dans ce "Dikkenek " c'est écrit et plutot bien vu, meme dans les moments " mous" du film, et je n'en ai pas trouvé.

les baveux fonts la fine bouche.

Et "Les démons de Jésus", "la vie est un long fleuve tranquille," et surtout, SURTOUT ! Tous ces films de Délepine et Kervern que pratiquement aucun francophone n'a vu ? Alors qu'ils sont vraiment dans notre (NOTRE) temps...
Dans tous leurs films, il y a des passages un peut lents, mais faits pour avoir cette attention pour le suivant. C'est comme une composition de musique classique. Comme le calme avant la tempête.
Dailleurs, Spielberg lui-même, avait expliqué l' l'échêque commercial d'Indy 2 parce qu'il n'y avait pas de moments de pause entre deux actions....

J'ajoute Dupontel dans la liste.
Olivier Van Hoofstadt aussi, et je leur souhaite vraiment beaucoup de bonheur.

Le rythme, ce n'est pas l'action. Leur rythme est de provoquer l'intention et la situation.
Si vous n'êtes pas capable de le comprendre, restez à vos Spiderman et Batman avec des dialogues insippides et des actions convenues.

Citez 10 comédies françaises dont les américains ont fait une remarque, et surtout, l'inverse ?

vraiment, les gars... voyez autre choses que des mecs en collants !!
(bon ou bein je veux bien participer à vos orgies ^^)
allez passez de bonnes fetes de (super pere) noel ^^

totodu36
28/12/2021 à 20:29

à tous les grognards/

Untel
20/05/2021 à 09:12

Cela n'a rien de groland chez les Belges !
Peu importe vos déceptions ou vos critiques ,mais ce film a son (grand) succès en rediffusion et aux ventes DVD et Blu-ray.
C'est comme le Père Noël est une ordure, à sa sortie, il n'a pas marché. Il était déjanté voire marginal pour l'esprit de l'époque (le titre prévu : Le Père Noël s'est tiré une balle dans le cul). Mais il est devenu cultissime avec ses rediffusions, on s'en lasse plus !

Bonjour depuis la Belgique :-))

Plus
votre commentaire