Ça : Chapitre 2 a t-il vraiment été une déception après le carton monstre du premier ?

Prescilia Correnti | 3 février 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Prescilia Correnti | 3 février 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Réussite, semi-échec ou échec, retour sur la carrière au box-office de Ça : Chapitre 2. 

En 2017, Ça cartonne. Il flambe sur le podium du box-office et devient le film d’horreur classé R au plus gros box-office mondial de tous les temps, sans inflation. Un succès pour les gros bonnets du cinéma, un succès pour la presse et surtout un succès pour le public qui, à la fin de l’histoire, ne demandait qu’à voir la suite. En toute logique, Ça : Chapitre 2 était donc fortement attendu de toute part. Qui plus est, pour son casting très alléchant et gratiné couplé à la promesse d’un film encore plus sanguinolent et sombre que le premier opus, le rendez-vous avec les spectateurs fans du genre était pris.

Pour autant, on s’est aperçu qu’au fur et à mesure de l’avancée de son exploitation dans les salles, Ça : Chapitre 2 ne marchait pas si bien que son prédécesseur. Alors, est-ce que les chiffres attendus sur le compteur ont été satisfaisants ? Est-ce que Ça 2 a été un succès au box-office ?

Retour sur la carrière d’une suite qui finalement peut être considéré comme un semi-échec.

 

photo, James McAvoyLaisse le spectateur partir McAvoy

 

LE BUDGET

Selon les chiffres dévoilés par Business Insider, le budget de Ça : Chapitre 2 se situerait entre 60 et 70 millions de dollars. C'est 79 millions selon Screenrant. Un chiffre nettement plus élevé que celui de son prédécesseur sorti en 2017 puisque ce dernier ne disposait que « de » 35 millions de dollars. Notons d'ailleurs pour l'anecdote que le film d'horreur affrontait en salles des longs-métrages qui, eux, avaient des budgets à l'ordre de 150 à 200 millions (au hasard, Le Roi Lion). Une bagatelle. 

Si on ne connait pas le chiffre exact du budget marketing de Ça 2, on sait en revanche par le biais de Deadline que le premier avait eu une campagne marketing estimée à 154 millions de dollars. En toute logique, on pourrait donc largement supposer que le deuxième épisode a coûté plus cher que le premier. Notamment parce que le casting de la suite est plus lourd, et plus propice à une promo énorme, puisque des vedettes comme James McAvoy, Bill Hader et Jessica Chastain ont joué les membres adultes du Losers' Club.

En comptant toute la promotion faite par les acteurs (pour les acteurs) et par le distributeur pour la bonne promotion du film, les zéros ont clairement dû être jolis sur le chèque. Pour les jaloux, Andrés Muschietti avait dit au micro de Business Insider : "Nous n’avons pas commencé avec un budget, nous avons commencé avec un scénario."  Sauf que ça ne nous donne concrètement que dalle. 

Bref, a priori, le retour du clown a coûté au minimum 200 millions au total.

 

photo, Bill HaderMais laissez ce pauvre garçon tranquille enfin !
 

LE BOX-OFFICE MONDIAL

En 2017, la nouvelle adaptation du roman classique de Stephen King a pulvérisé les records du box-office et est devenue un phénomène, terminant sa course comme le film d'horreur classé R le plus énorme de tous les temps - sauf si on compte l'inflation avec des succès comme L'Exorciste. À la fin de son exploitation dans les salles, Ça avait engrangé la somme de 700 millions de dollars. Une (très) belle réussite que son aîné n’arrivera malheureusement pas à rattraper, même s'il reste largement très correct pour le genre auquel il appartient.

La suite atteint les 472,9 millions de dollars de recette au box-office mondial. Ce qui peut paraître décevant pour une suite, mais reste tout de même une très belle performance pour un film d’horreur aussi long (2h50). C’est d’ailleurs cet aspect qui conduira à cette semi-réussite, ou à ce semi-échec de Ça : Chapitre 2 au box-office, mais nous y reviendrons en temps et en heure.

Dans tous les cas, Ça 2 est la grande réussite des producteurs en 2019, puisque si vous vous rappelez bien, New Line Studios sortait en juin 2019 Annabelle : la Maison du mal, qui terminait au BO mondial avec 231,2 millions de dollars de recette. L'Art du mensonge terminait avec 33,1 millions tandis que Shazam! finissait sa course avec 364,5 millions de dollars.

 

photoVous avez compris le plan pour séduire le marché US ? 

 

LE BOX-OFFICE DOMESTIQUE

Aux États-Unis, Ça : Chapitre 2 a été projeté au total dans plus de 4 570 salles. Il a engrangé plus de 37 millions de dollars lors de sa première journée d’exploitation (10,5 millions venant des quelques avant-premières le jour précédent sa sortie) et rapporté 91 millions de dollars lors de son premier week-end d’ouverture. Notons d'ailleurs que c'est largement supérieur à ce qu'espérait la Warner qui comptait sur une ouverture à 85 millions de dollars

En comparaison, Ça engrangeait 95 millions de dollars dès sa première journée (50,4 millions lors de son avant-première) et terminait son premier week-end avec 123,4 millions de dollars en poche. À noter que si Ça est à la cinquième place des plus gros succès R-Rated de tous les temps aux États-Unis, Ça : Chapitre 2 a fini à la 16e place du classement.

En détail et pour l'anecdote, Ça : Chapitre 2  s'est mieux joué sur la Côte ouest des États-Unis notamment grâce à la ville de Los Angeles qui a été le marché le plus important suivi de New York, puis Chicago, Dallas et San Francisco. 

 

PhotoQuand ton plan marche mieux que prévu



Lors de sa deuxième semaine, Ça : Chapitre 2 a conservé sa place de leader au box-office et récolté près de 152,6 millions de dollars. Son aîné lui plafonnait à 218 millions pour une diffusion moindre dans 4 148 salles lors de son exploitation. Ce n’est qu’en troisième semaine, que le blockbuster horrifique a été détrôné par… Downton Abbey qui a récolté 31 millions pour son premier week-end, tandis que le film d’Andrés Muschietti atteignait les 178,9 millions de dollars, juste derrière Rambo : Last Blood avec 18,8 millions de dollars.

Le site Comscore rapporte que cette année, la projection post-Fête du travail (qui est un moment crucial pour les distributeurs) a rapporté 136,7 millions de dollars, soit une hausse de 13 % par rapport à l'année dernière, lorsque New Line avait présenté La Nonne.

In fine, Ça : Chapitre 2 termine sa course au BO domestique avec 211,5 millions de dollars, là où son aîné engrangeait 327,4 millions de dollars.

 

photo, Jessica ChastainQuand tu refuses d'écouter les critiques

 

LE BOX-OFFICE ÉTRANGER

À l’international, Ça : Chapitre 2 a pu bénéficier d’un joli coup de pouce, notamment en Europe. Le film a attiré le public anglais (23,1 millions), mexicain (21,5 millions), allemand (21 millions de dollars), russe (17 millions), japonais (16,9 millions) et français (12.6 millions). Légère déception du côté de la Corée du Sud (4,3 millions) et de l’Indonésie (5,5 millions), moins bien que le premier film (dans les 6 millions des deux côtés).

On peut toutefois applaudir la petite réussite du marché chinois. Alors que Hong Kong rapportait 1,7 million pour Ça, la ville chinoise a permis cette fois de récolter 2,2 millions de dollars supplémentaires à Ça : Chapitre 2. Une petite prouesse étant donné que la population chinoise n'est généralement pas très friande du genre horrifique.

Résultat : Ça : Chapitre 2 a rapporté à l’international 261,4 millions de dollars. En comparaison, Ça finissait avec la coquette recette de 372,9 millions de dollars en grande partie grâce au Royaume-Uni (42,5 millions), l’Allemagne (35,4 millions), au Mexique (27,6 millions) et bien évidemment la France avec 20,2 millions de dollars recette. Justement en parlant de la France…

 

photo, James McAvoy, Bill HaderQuand t'es en quête des spectateurs

 

LE BOX-OFFICE FRANÇAIS

En France, le film a reçu un très bon accueil et tenu la tête du box-office : 635 000 billets vendus lors de la première semaine du film. Dans plus de 600 salles, c’est en moyenne 1 058 spectateurs par copies qui se sont pressés pour voir le dernier volet. C'est un bon score, mais largement inférieur au premier volet. En effet, Ça récoltait 909 000 entrées pour sa première semaine, dans 354 salles, pour une moyenne de 2 567 spectateurs par copie.

La semaine suivante, Ça 2 s'est d'ailleurs fait détrôner par Ad Astra (434 000 entrées). Avec 340 000 tickets vendus supplémentaires, le film a perdu un peu d’importance dans les salles de cinéma en étant diffusé dans près de 585 salles pour une moyenne qui, elle, a atteint les 581 spectateurs par film. À l'inverse, Ça continuait sur une belle montée avec 581 000 nouvelles entrées pour une diffusion dans 387 salles et une moyenne de 1 502 spectateurs.

Au final, Ça finissait sa course chez nous avec un total de 2,22 millions d’entrées, là où le second chapitre a terminé avec un total de 1,49 million d’entrées.

 

Photo Bill HaderEt là, c'est le choc

 

LE BILAN

Selon la règle « générale », si Ça : Chapitre 2 voulait rentrer dans son bénéfice, il devait donc passer la barre des 140 millions de dollars de recette. Une ligne qui clairement a été atteinte puis que nous voyons bien que côté domestique, il a encaissé 211 millions de dollars plus 261,4 millions à l’international soit un total de 472,9 millions dans le monde. Pour un film d’horreur classé R qui dure près de trois heures, c’est clairement un très beau score, mais Ça : Chapitre 2 reste tout de même en deçà des résultats obtenus par son aîné. 

Toutefois, notons que Ça 1 et 2 détiennent tous les deux les records des meilleurs démarrages de films d’horreur R Rated de l’histoire du cinéma. Donc peut-on parler d’échec au box-office ? Non. Nous dirions simplement qu’il s'agit plutôt d’une déception. Mais, alors que le film était pourtant chaudement attendu, pourquoi son démarrage n’a pas été à la hauteur du premier et que ses résultats finals ont fini en dessous des espérances du premier ? Et bien, nous avons justement nos raisons.

 

PhotoLe clow, lui, survole le BO 

 

LES RAISONS

Par conséquent, comment expliquer une telle baisse comparée à son aîné, alors que l’attente était pourtant au rendez-vous ? Selon les informations rapportées par Deadline, on pourrait attribuer l'une des raisons de ce semi-échec au box-office par un accueil plus mitigé de la critique. La preuve en est que sur la « Bible en ligne » qu’est Rotten Tomatoes, le film obtient sur une base de 349 critiques une note aux alentours de 63%, ce qui correspond à quelque chose près à une note sans prétention de 6/10.

Sur l’autre bible en ligne, Metacritic, le film obtient une moyenne pondérée de 58/100 pour une base de 52 critiques. Une critique qui, vous l’aurez compris, est donc mi-figue, mi-raisin sur toutes les échelles même si de leurs côtés, les spectateurs ont attribué la note sommaire de « B+» sur le site CinemaScore (pas si mal).

Les fans de leur côté ont fait un plongeon dans les sorties du Ça : Chapitre 2 , jeudi, en offrant à Screen Engine/Comscore's Post Trak un quatre étoiles (80% de réponses données à la sortie) avec une recommandation définitive de 62%. Une fois que les foules sont sorties le vendredi et le samedi, elles ont chuté à 3,5 étoiles (76% de réponses positives) et 56% de recommandations. Ce qui aurait pu contribuer à un certain ralentissement au box-office. 

 

PhotoLe grand final se prépare

 

Deuxième raison, sa durée d’exploitation de près de trois heures. 2h50, ça a pas mal freiné les moins téméraires et ça aurait largement contribué à vendre moins de billets - avec notamment moins de séances possibles, forcément. Selon les faits rapportés par Deadline qui s’est amusé à interroger les exploitants des salles américaines, ces derniers ont révélé avoir eu du mal à programmer des séances tardives propices à un film d’horreur.

À titre d’exemple, l’un des exploitants situés sur la côte Est des États-Unis expliquait qu’il pouvait diffuser Ça : Chapitre 2 sur quatre écrans sur ses neufs de disponibles avec, en tout, 13 films à l’affiche. Il explique ainsi que cinq de ses 13 séances étaient des séances du soir, mais qu'il aurait pu en programmer largement plus si la durée totale de diffusion du film était plus courte (notez qu'il y a la bande-annonce, la publicité et le nettoyage entre les séances). Ce qui signifiait aussi que le personnel restait plus tard dans la nuit et que les spectateurs sortaient à une heure du matin. On vous rappelle aussi que dans une interview donnée à Deadline, Andrés Muschietti affirmait qu’une première monture de Ça : Chapitre 2 durait quatre heures et qu’il exprimait son désir d’offrir un "super-film d’environ 6h30". Alors, imaginez si ça avait été le cas ? 

Enfin, l’autre facteur qui n’a pas aidé à sa longévité au box-office, du moins en France, tient en partie de sa concurrence féroce au cinéma. Si Ça : Chapitre 2 a été leader pour sa première semaine, il a très vite été détrôné par Ad Astra la semaine suivante. Celle qui suit a été encore pire, puisque le film d’horreur de la Warner a chuté à la cinquième place et du trouver sa place en survivant face à Rambo : Last Blood, Ad Astra et Downton Abbey qui a été un énorme succès au BO nord-américain. En comparaison, le premier Ça avait tenu la tête du box-office français pendant trois semaines avant de se faire détrôner par Le Sens de la fête suivi de Blade Runner 2049.

 

photoÀ ce film trop long qui a causé sa perte 

 

LES CONSÉQUENCES

Après tout ça, peut-on vraiment parler de conséquences concernant Ça : Chapitre 2 ? Étant donné que le film d’Andrés Muschietti suit les livres de Stephen King, Ça : Chapitre 2 clôt définitivement l’arc de Pennywise et des jeunes (et adultes) membres du Club des Losers. Toute idée de suite avortée, car l’opus n’a pas fonctionné au cinéma n’est donc pas à prendre en compte. En revanche, Ça 2 a eu pour effet (positif ou pas, on vous laisse juger) de relancer la machinerie Stephen King au cinéma. 

 

photoPetit, petit, vient voir la Warner, tes amis

 

Tout d’abord, on parlait non pas d’une suite, mais d’un "préquel" ou tout du moins d’un film qui serait lié aux origines de Pennywise. Andrés Muschietti avait relativisé l'annonce au micro de Collider : "C’est toujours passionnant de penser à explorer éventuellement cette mythologie. C’est très excitant. Mais, pour l’instant, il n’y a rien sur la table pour un troisième film." 

Seulement tous les films adaptés des romans de Stephen King ne sont pas auréolés de succès. L’exemple est flagrant avec La Tour sombre qui n’avait engrangé que 113 millions côté domestique pour un budget de 70 millions. En revanche, si le cinéma peut parfois bouder les films du "grand maître de l’horreur", il y a un nouveau venu qui lui s’y intéresse particulièrement et c’est bien Netflix. Jessie, 1922, Dans les hautes herbes sont arrivés, sans oublier les séries, comme The Mist ou la tentative avortée sur La Tour sombre.

Et ça n'est pas fini : Mike Flanagan travaille sur Chantier, L'Excursion, et a même évoqué d'autres projets avec Stephen King ; Le Fléau va revenir en série de 10 épisodes, en 2020 ; Les Tommyknockers sont censés revenir ; Marche ou crève va devenir un film, réalisé par André Øvredal ; et Salem, Roadmaster, The Outsider et Lisey's Story, sont à l'horizon. Et tant pis si Doctor Sleep n'a pas été un carton.

En bref, il est clair que l'univers de Stephen King attirera toujours, et que les recettes, succès ou échecs, n’entacheront jamais l’engouement porté par ses fans puisque cet engouement parviendra toujours à se renouveler.

 

Affiche française

Tout savoir sur Ça : Chapitre 2

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Geoffrey Crété - Rédaction
04/02/2020 à 16:30

@Terminéator

Oui, on a déjà été amené à le dire souvent ici, et nuancer grandement la valeur des critiques (notamment quand on nous accuse d'être responsables de tout et n'importe quoi).

Cela dit, le public du cinéma de genre peut être assez exigeant, et le bon ou bad buzz peut vite exister et être visible. Surtout quand on ajoute le côté Stephen King, puisqu'il est très aimé, suivi, analysé, et a des fans très présents.
Tout cela contribue au bouche-à-oreille, la satisfaction, l'engouement, et donc le succès.

D'autant que bon, le premier film a largement été critiqué aussi pour le peur de terreur qu'il invoque. Si la qualité d'un film était si importante pour son succès, ça se saurait, et le box-office serait sûrement différent chaque année...

Oui, la durée du film est un critère qu'on cite aussi :)
Et la concurrence de Downton Abbey par ex, on en parle bien côté US. Pas français.

Terminéator
04/02/2020 à 15:36

@EL le grand public (celui qui se déplace en masse pour aller voir un film) ne sait généralement pas si la critique a été bonne ou mauvaise. Ce n'est pas un indicateur prioritaire qui entre en ligne de compte du spectateur lambda. Par contre la bande annonce, la promo faite autour du long métrage , l'attente générée par l'épisode précédent et la durée également (trop long et ça en décourage certain) sont des paramètres qui influencent le spectateur. Les critiques n'intéressent que ceux qui les font , les médias spécialisés ou les purs passionnés de cinéma (et éventuellement quelques cinéphiles curieux mdr). Moi je pense que si ce chapitre a eu moins de succès c'est parce qu'il était trop long ( des gens découragés et des séances en moins ) moins bon que Le premier . Il n'y avait plus l'effet de terreur que l'on ressentait dans le 1er film par rapport au clown et Le fait que les enfants aient grandi n'a pas aider car il n'y a plus ce côté nostalgique et aussi inquiétant que l'on ressent pour des enfants plutot que pour un adulte en situation de danger . Apres je ne suis pas trop d'accord avec vous quand vous parlez de concurrence. On ne peut pas dire que Ad Astra qui fait dans les 400.000 entrées 1ère semaine soit une grosse concurrence même si c'était une "grosse" sortie (Le film a en plus été un bide aux USA) Encore moins pour Rambo qui n'a pas du tout fait d'étincelles (et encore moins d'ombre au clown tueur) au bo et ne parlons même pas de Downtown Habbey qui a été un gros succès aux USA mais pas du tout en France . Donc la concurrence Ça 2 s'est poliment assis dessus hein ;D

Alex
04/02/2020 à 12:36

J'ai vraiment accrochée avec le 1er mais le 2 j'étais dégoutée, il est long, il n'y a aucune surprise et ne fait même pas peur une seule fois. Je suis extrêmement déçue !

Fatal
04/02/2020 à 07:27

j'ai adoré le 1 bien-aimé le 2 mais c'est vrai un peu longuet et répétitif

greg67
03/02/2020 à 20:29

J'ai trouvé le Premier pas mal et le 2 vraiment très nul, sans surprise.

Nesse
03/02/2020 à 19:58

Mais quel ennuis ce film et long, très long d ailleurs j ai arrêté au bout d'une heure. (le 1 était un peu mieux)

StarLord
03/02/2020 à 17:08

2 films censés mettre en scène le personnage peut-être le plus effrayant jamais crée... mais qui ne font absolument pas peur. Cherchez l’erreur

Pat Rick
03/02/2020 à 16:17

Une bonne suite certes moins prenante que le 1er à cause notamment de sa durée trop excessive, le final s'étire un peu trop.
Mais cela demeure une bonne adaptation du roman plus fidèle à son esprit que le téléfilm.

BB Allo
03/02/2020 à 16:12

Un film trop long, répétitif dans ses séquences (une séquence par héros qui doit retrouver un objet par ex.) puis incohérent et répétitif avec le premier (les attaques de Pennywise quand ils sont jeunes).

Ben
03/02/2020 à 14:44

c'était bien bien mauvais comme suite... tellement loin du bouquin!

votre commentaire