Les oubliettes : The Invitation, ce film d'horreur moderne fou, passé inaperçu

Créé : 26 février 2019 - Geoffrey Crété
Geoffrey Crété | 26 février 2019
Affiche
123

Les oubliettes, c'est le coin où Ecran Large parle de films passés inaperçus, boudés par les distributeurs, rangés au rayon DTV, écartés par le système, et qui méritent mieux.

 

SI T'AS PAS VU LE FILM

Ça parle de quoi : Will va dîner chez Eden, son ex-femme, en compagnie de sa nouvelle petite amie. Eden organise une soirée avec son nouveau mari David, et de vieux amis. Leur séparation a été douloureuse, liée à un terrible drame, mais elle a retrouvé goût à la vie. Will, lui, est encore rongé par la douleur, et il est peu à peu persuadé que quelque chose ne tourne absolument pas rond dans cette maison et ce groupe d'amis.

Ça te plaira si tu aimes : Rosemary's Baby, Martha Marcy May MarleneThe Strange Ones.

C'est dispo où : Sur Netflix, en VOD.

 

 

SI TU L'AS DÉJÀ VU (SPOILERS DONC)

Pour comprendre The Invitation, il est utile de revenir à Karyn Kusama, la réalisatrice. Révélée en 2000 avec Girlfight, un drame indé qui a lancé la carrière de Michelle Rodriguez, elle a enchaîné cinq ans après sur Aeon Flux, superproduction avec Charlize Theron post-Oscar, qui s'est vautrée comme Halle Berry et son Catwoman post-Oscar.

Une expérience pas si banale que ça, puisque ce blockbuster a été simplement détruit en post-production. Karyn Kusama a été dépossédée de son film suite à un changement de direction du studio, et comme souvent dans ces histoires, c'est bien elle qui en a souffert. Au point d'avoir été par la suite absente durant des années, et pas intentionnellement de toute évidence.

 

Photo Charlize TheronSouvenir tenace

 

De retour en 2009 avec Jennifer's Body, elle a vécu une expérience similaire, quoi que moins extrême : son film d'horreur féministe, écrit par Diablo Cody, a été bêtement vendu sur le sex appel de Megan Fox, et n'a pas rencontré son public.

Six ans plus tard, Karyn Kusama a visiblement retenu la leçon. Pour The Invitation, elle se sépare du système, pour maintenir le contrôle. Le budget sera d'un million, le même que Girlfight, son tout premier film. Loin des 16 de Jennifer's Body et des 64 d'Aeon Flux. C'est la boîte de production XYZ Films (The RaidBig Bad WolvesThese Final Hours) qui la soutient. 

Le film n'a pas rencontré son public, chose normale vu qu'il a été distribué dans un circuit très réduit aux Etats-Unis, et a simplement été lâché en VOD ou vidéo dans quelques territoires. En France, il a finalement débarqué sur Netflix.

 

Photo Charlize Theron, Karyn KusamaKaryn Kusama sur le tournage d'Aeon Flux

 

The Invitation, c'est donc une renaissance, un retour aux sources : un décor quasi unique, un groupe d'acteurs, un scénario féroce et une mise en scène qui l'épouse à la perfection. Pas de star, pas de fonds verts, pas d'esbrouffe, mais un simple drame humain matiné de thriller, qui s'ouvre presque en douceur avant de sombrer inexorablement vers l'horreur sournoise.

Karyn Kusama entretient le doute d'une main de maître, laissant le spectateur interroger la situation et l'état mental du héros, et jongler entre la conviction que cette histoire de secte est bien louche, et la sensation grandissante que cet homme endeuillé est instable.

C'est un film particulièrement noir, d'une maîtrise impeccable, qui économise ses effets jusqu'à un final terrifiant qui tombe sur les personnages, tel un coup de massue que le spectateur se prend de plein fouet lui aussi. En un instant, le film bascule, et le choc (appuyé par des ralentis très réussis) laisse le film changer de couleur et de genre.

Le principe est bien connu, mais le scénario de Phil Hay et Matt Manfredi (déjà derrière Aeon Flux) est une petite leçon en terme de dramaturgie. Et malgré quelques ficelles un peu faciles (la scène d'ouverture, l'utilisation des flashbacks), cette petite soirée qui vire au cauchemar est d'une efficacité et sobriété exemplaires.

 

photo Jusque là, tout va bien

  

C'est aussi l'occasion pour l'excellent Logan Marshall-Green de briller au premier plan. Vu dans Prometheus et Upgrade, ou encore dans la série Quarry, il porte ce rôle d'homme meurtri avec un talent fou. Ce n'est pas un hasard s'il a les cheveux longs et la barbe : en retrait, il ressemble à un animal sauvage à peine dompté, susceptible de sauter à la gorge d'un autre sans crier gare.

Face à lui, l'étrange et flippante Tammy Blanchard et Michiel Huisman (Game of ThronesThe Haunting of Hill House) tirent leur éplinge du jeu, tandis que John Carroll Lynch confirme son fort potentiel effrayant.

 

photo, Logan Marshall-GreenUn dîner presque pas parfait du tout

 

Et c'est aussi grâce au talent des acteurs que derrière le thriller qui vire au film d'horreur, peut se construire ce drame sur le deuil. L'angoisse se dispute avec l'émotion quand Eden, ensanglantée, tend la main à Will pour enfin lui avouer que leur fils lui manque. Cette thématique en filigrane donne un réel impact au film pour en faire autre chose - une vraie histoire, forte et humaine, comme tous les bons films d'angoisse.

C'est néanmoins la terreur qui clôt le récit lorsque les survivants observent, effarés, l'étendue du cauchemar au-delà du jardin de la maison. Un plan final glaçant qui reste longtemps en mémoire.

The Invitation a ainsi permis à Karyn Kusama de revenir par la petite porte, mais en force. Et c'est certainement grâce à ça qu'elle n'aura mis que trois ans à réaliser un nouveau film : Destroyer, avec Nicole Kidman, en salles depuis le 20 février. Notre critique du film est ici.

 

Affiche

commentaires

ratartarta
26/02/2019 à 20:18

le pauvre Logan Marshall-Green c'est un super acteur qu'on aimeraient plus voir mais qui possède un seul défaut celui de ressembler comme 2 gouttes d'eaux à Tom Hardy j'imagine que ça doit le freiner au niveau des casting . Sinon très bon film et bonne critique

Rorov94
26/02/2019 à 16:55

Ce film est une pépite que je recommande aux réfractaires au genre.
Dans le mille à chaque fois!
Pas la peine de faire passer du nutella pour du pétrole,le nutella c'est super bon!
Ce film est court,rythmé,bien joué,bien réalisé et il y a plusieurs rebondissements et un twist final...que demande le peuple?!
Un futur classique.

Geoffrey Crété - Rédaction
26/02/2019 à 14:52

@MystereK

Un joli petit parcours oui, mais néanmoins rien d'assez spectaculaire et notable pour lui offrir la carrière normalement dévolue aux buzz de festival...

christian
26/02/2019 à 14:50

Merci pour la découverte

MystereK
26/02/2019 à 14:43

The Invitation a eu un joli parcours dans les festivals.

MystereK
26/02/2019 à 14:41

55% Recommandé sur Netflix

Attention, les recommandation sur Netflix sont personnalisées. Pour moi il affiche 91%. Ce pourcentage est censé être calculé par rapport à ce que vous avez déjà noté. Mais ça marche généralement moyen, il me note très haut certain films que j'ai déjà vu et n'aime pas beaucoup et bas des films que j'ai adoré, alors j'ai appris à ne plus tenir compte de leur algorithme.

Geoffrey Crété - Rédaction
26/02/2019 à 14:33

@@tlantis

Ce qui est en partie expliqué par le côté mystérieux du film, avec son pitch très vague. Nul doute que certains attendaient autre chose vu que c'est catégorisé "horreur", alors que c'est plus un thriller psychologique qu'un "film d'horreur" classique.

@tlantis
26/02/2019 à 14:26

55% Recommandé sur Netflix ... sa donne moyennement envie...

PIKA
26/02/2019 à 14:17

J'ai adoré le film, son ambiance, sa mise en scène et ses acteurs…

Flippant de bout en bout et le final…

mich mich
26/02/2019 à 13:58

Cet acteur a confirmé tout le bien qu'on pensait de lui avec Upgrade dernièrement, il sait choisir de bonnes petites séries B savamment torchées lui!

Plus

votre commentaire