Charlize Theron reconnaît qu'Aeon Flux est bien un gros ratage

Geoffrey Crété | 12 juillet 2017
Geoffrey Crété | 12 juillet 2017

A l'occasion de la sortie d'Atomic Blonde, Charlize Theron est revenue sur un autre film d'action de sa filmographie : Aeon Flux.

Atomic Blonde n'est pas la première occasion de voir Charlize Theron taper des gens. Il y a bien sûr eu Mad Max : Fury RoadHancock avec Will Smith, Braquage à l'italienne, mais aussi Aeon Flux, superproduction réalisée par Karyn Kusama. Adapté de la série d'animation MTV des années 90, le film met en scène une mystérieuse agent secret en cuir, en croisade contre un pouvoir corrompu dans une dystopie.

Propulsée par son Oscar, Charlize Theron s'est embarquée dans l'aventure, comme Halle Berry avec Catwoman l'année précédente. Avec un même bilan : un joli navet et un bel échec en salles. En pleine promo d'Atomic Blonde, qui lui portera certainement plus chance, l'actrice est revenue sur l'expérience pour Variety :

« On m'avait offert beaucoup de trucs dans des films d'action, la fille derrière l'ordinateur ou a femme. Quand on m'a proposé Aeon Flux, je me suis dit que ça pouvait donner quelque chose. Je n'ai jamais été entièrement convaincue par tout le concept, mais j'aimais vraiment le film de Karyn Kusama, Girlfight. Donc je me suis lancée avec la conviction que c'est une grande cinéaste. »

 

Photo Charlize Theron

Soirée SM ratée ? Cosplay réussi ? Costumière bourrée ?

 

« Et puis on a tout foutu en l'air. Je pense juste qu'on ne savait pas comment s'y prendre. Et c'est décevant, mais ça arrive. Je suis dans ce milieu depuis assez longtemps pour savoir qu'on ne peut pas réussir à chaque fois. »

Une sincérité à contrebalancer avec quelques faits. Car Aeon Flux a en partie échappé à la réalisatrice Karyn Kusama : peu séduite par un film trop arty, la Paramount l'éjecte de la salle de montage et remonte une version plus courte en évacuant plusieurs éléments de l'intrigue. Le résultat est si affreux qu'ils la rappellent pour recoller les morceaux, la privant néanmoins d'une vraie liberté. Kusama aura bien du mal à s'en remettre, et la sortie du bizarroïde Jennifer's Body n'aidera pas. Il faudra attendre le fantastique The Invitation en 2015 pour mesurer son talent.

 

Photo Charlize Theron

 Aeon Flux, Charlize flex

 

En citant les incontournables Ellen Ripley et Sarah Connor, héroïnes mythiques du cinéma américain, Charlize Theron déclare :

« On a eu des moments comme ça, où les femmes se sont vraiment mises en valeur et ont en quelque sorte brisé un plafond de verre. Et puis on ne maintient pas ça. Ou il y a un film qui ne marche pas, et d'un coup, plus personne ne veut faire un film mené par une femme. »

Une vision des choses terriblement vraie, dans un sens comme dans l'autre. Il aura suffit que Charlie's Angels - Les Anges se déchaînent et Lara Croft : Tomb Raider - Le Berceau de la vie déçoivent au box-office, ou que Catwoman soit un nanar aux dimensions épiques, pour que les blockbusters portés par des actrices redeviennent rares. Il aura fallu que la comédie Mes meilleures amies de Paul Feig devienne un immense succès surprise pour que les studios acceptent l'idée qu'il y a un public pour ça, allant jusqu'à tenter de recopier la formule pour enchaîner les échecs (Pire soirée avec Scarlett Johansson étant le dernier en date). Et personne ne doute des conséquences du succès de Wonder Woman, devenue la super-héroïne la plus solide des écuries DC.

 

Photo Charlize Theron

 

Atomic Blonde : Furiosa origins

commentaires

Geoffrey Crété - Rédaction
13/07/2017 à 13:23

@Euh !

On parle ici d'échecs retentissants pour mettre en perspective les propos de Charlize Theron. Et on parle aussi du succès phénoménal de Wonder Woman, donc bon.

Resident Evil et Underworld sont des franchises à succès, oui, mais il faut nuancer. RE est tiré d'une franchise ultra populaire, ce qui joue beaucoup. Et surtout, ces films ont des budgets nettement inférieurs comparés aux 100 millions environ de Charlie's Angels, Catwoman et Tomb Raider. RE a coûté en moyenne deux fois mois, et le dernier Underworld encore moins. Donc il y a bien peu de superproductions.

Ghost in the Shell était un blockbuster avec un budget à la hauteur, mais n'a pas été un succès. Etant donné que Johansson a en plus enchaîné avec le bide de la comédie Pire soirée, son nom est encore loin d'être un gage de succès. Même chose pour Lawrence : le succès de Hunger Games et X-Men repose principalement sur une marque (elle était quasi inconnue à l'époque des premiers), et les petits échecs de Passengers (superproduction construite en partie sur son nom, avec gros salaire) ou Joy, montrent bien les limites de sa popularité retranscrite en nombre d'entrées.

Euh!
13/07/2017 à 10:59

Vous ne retenez que les echec les plus cuisant!
Certes on a pas eu d'autres personnages féminins qui nous impreignent la rétine comme une princess Leia, Ripley ou la fameuse Sarah Conor, quoi que on a eu Furiosa mais c'est tout neuf!
Mais bien avant, on s'est qd mm tapé 6 Resident Evil porté par Jovovich, de l'Underworld etalé sur les mm périodes avec Kate.
ScarJo qui est loin de passer inaperçu ds l'univers Marvel, porte des projets qu'avec son nom! (Lucy et GITS mais c'est plus rescent en effet).
Jennifer Lawrence qui est en train de prendre le mm chemin que ScarJo (en mieux?) promet une belle carriere (avec déjà Katniss et Mistic comme personnage fort dans des grandes licence) elle en a largement sous le coude pour porter des films que sur son nom.
Et je suis sur que Charlise Theron n'a pas dit son dernier mot avec Furiosa et qu'on va voir Gal Gadot ds les bottes de Wonderwoman pdt encore longtemps (pas sur par contre qu'elle arrive à passer outre ce personnage).
Impatient de voir ce que va nous faire Brie Larson avec Capt Marvel.

john
13/07/2017 à 10:40

Daube , mais dedans wouah qu elle bombe!!!

votre commentaire