Last Flag Flying : dernière critique pour la route

Créé : 16 janvier 2018 - Alexandre Janowiak

Après avoir réalisé un film totalement unique en 2014 avec Boyhood, tourné sur douze années, Richard Linklater est revenu à un cinéma plus simple et nostalgique durant l'été 2016 avec Everybody Wants Some. Avec son nouveau long-métrage, le cinéaste nous embarque dans un road-movie au coeur de l'Amérique touchant, drôle et mené par son excellent trio d'acteur.

Photo Bryan Cranston, Steve Carell, Laurence Fishburne
25 réactions

GÉNÉRATION REBELLE

Larry « Doc » Sheperd est un ancien médecin de la Navy. Fin 2003, il retrouve Sal Nealon, un gérant de bar, et Richard Mueller, un révérend. Les trois quinquagénaires ont combattu ensemble au Vietnam mais ne se sont jamais revus depuis la fin de la guerre.

Si Doc décide de revenir vers ses deux anciens camarades de guerre, c’est pour leur demander de les accompagner à l’enterrement de son fils, mort au combat en Irak, et dont le corps va être rapatrié aux Etats-Unis. Sur la route, les trois hommes vont alors se remémorer leur passé entre rires et pleurs.

  

Photo Steve Carell, Bryan CranstonUn trio plein d'alchimie

 

Adapté du livre éponyme de Darryl Ponicsan, et suite de The Last Detail (devenu La Dernière corvée au cinéma), Last Flag Flying est un projet que Richard Linklater souhaite concrétiser depuis 2005. Il a cependant préféré attendre quelques années pour porter à l’écran cette histoire dressant un parallèle entre la guerre du Vietnam et la guerre en Irak, afin de prendre un peu de recul sur le nouveau conflit dans lequel s’embourbait les Etats-Unis dans les années 2000.

 

Photo Richard LinklaterRichard Linklater et Bryan Cranston sur le tournage

 

FRIENDHOOD

Avec Last Flag Flying, le réalisateur de la trilogie Before confirme qu'il est l'un des maitres du cinéma indépendant américain. À travers cette histoire intimiste, Richard Linklater - qui co-écrit le film - livre une œuvre plus sombre qu’à l’accoutumée mais réussit à mêler les émotions avec une grande délicatesse. Avec une fluidité déconcertante, il enchaîne les situations tragiques et comiques. En quelques instants, il passe ainsi d’un recueillement très émouvant de Doc sur le cercueil de son fils à une arrestation burlesque du trio par la police fédérale.

Cette habilité à changer de registre en un claquement de doigt est une des grandes forces du long-métrage. Le spectateur s’accroche facilement au trio et s’inclut rapidement dans leur aventure à travers l’Est Américain. En situant son road-movie dans un train dans une grande partie du deuxième acte, le cinéaste apporte d’ailleurs une véritable originalité à son œuvre.

 

Photo Steve CarellLe comique Steve Carell confirme son talent d'acteur dramatique

 

Fabuleux road-movie sur l'amitié et le deuil, Last Flag Flying pose également de nombreuses pistes de réflexions sur le patriotisme, la foi et les injustices de la vie même si son portrait de l'Amérique du XXIe siècle manque peut-être de profondeur. Il connaît d'ailleurs, ici ou là, quelques longueurs, néanmoins bien trop rares et légères pour déclencher une once d'ennui. 

Grâce à une caractérisation accomplie de ses personnages, les admirables performances du rebelle Bryan Cranston, du pieux Laurence Fishburne et surtout du discret Steve Carell (décidément phénoménal dans les rôles dramatiques) et une parfaite alchimie du trio, le récit réussit toujours à garder l'attention du spectateur jusqu'à son émouvante séquence finale.

 

Affiche française

Résumé

Last Flag Flying manque peut-être un peu de profondeur mais reste un road movie sincère, drôle et touchant porté par un superbe trio de comédiens.

commentaires

rOUKESH 18/01/2018 à 13:24

Faire 30min de route pour voir ce film, c'est quand même rageant ces maigres distributions.

Satan LaTeube 18/01/2018 à 10:07

Richard Linklater, Steve Carell, Lawrence Fishburne, Bryan Cranston : what else ??

Le Grand Blond Avec Une Faucheuse Noire 17/01/2018 à 10:55

Avec une si jolie affiche c'est sûr que le public français va courir en masse le voir en salle... Si tant est que la cible du distributeur soit les quinquagénères en manque de comédie romantique avec Hugh Grant.

Zanta 16/01/2018 à 19:09

Steve Carell est un mec au jeu super touchant...
Pour l'instant, il n'a pas eu les rôles au ciné qu'a eu un Jim Carrey.

votre commentaire